à la croisée des savoirs: science occidentale et savoirs autochtones, un dialogue de sourds ?

Comment mieux échanger nos savoirs avec les peuples autochtones ?

Le 3 octobre 2019 a eu lieu la conférence « Amérindianités et savoirs, proposition épistémologique » au sein de l’Université de Poitiers. Elle a été proposée par par Michel Riaudel et André Magord, chercheurs et professeurs, dans le cadre de l’explication de la publication de leur livre (https://www.univ-poitiers.fr/amerindianites-et-savoirs-propositions-epistemologiques/) et d’un retour sur leurs expériences de recherche en lien avec le croisement des savoirs et l’étude des peuples autochtones.


Croisement des savoirs

Afin de pouvoir échanger nos savoirs, il est important de partir d’une prise de contact avec les populations concernées. La pratique de terrain s’impose comme l’une des meilleures façon d’approcher les savoirs d’une population. La connexion directe avec ces peuples permet une observation et un échange constructif et objectif en se rendant compte de la réalité épistémologique, environnementale, culturelle, etc de la population étudiée. La rencontre avec l’autre implique de se séparer de sa détermination culturelle et de l’influence qu’elle implique sur l’identification et l’interprétation des savoirs. La communication est le point fondamental des échanges qui permettent ainsi de transmettre et de croiser les savoirs et pratiques de chacun. Le problème linguistique se pose alors: mais comment communiquer ? Monsieur Riaudel apporte ici la possibilité de parler dans une langue commune ou régional bien plus accessible que les dialectes locales. Ou alors, il est envisageable d’apprendre la langue de l’autre ou de recourir à une traduction. Ici les problèmes de traduction, d’interprétation et d’équivalence des mots et des sens se posent et compliquent ainsi la compréhension.

Construction d’un savoir

Chaque peuple définit un savoir selon ses paradigmes et ses épistémologies. Ici, le savoir universitaire et le savoir informel des peuples autochtones sont opposés. L’un semble reconnu, diffusé et donne un statut à l’individu qui se l’approprie. L’autre parait inaccessible, insaisissable et empirique tant il constitue une énigme pour les savoirs traditionnels ou dominants. Ainsi, les savoirs occidentaux se rapprochent aux connaissances académiques et universitaires, aux théories reconnues et diffusées dont chacun est capable de les comprendre et de se les approprier. Dans cette culture, les institutions et la pratique écrite représentent les savoirs. Quant aux savoirs autochtones, ils s’associent aux pratiques chamaniques et à la tradition orale en lien avec une interprétation du monde et des êtres qui le composent. Ces savoirs apparaissent ainsi, d’un point de vue occidental, comme informels et non compatibles aux représentations et connaissances traditionnelles.

Épistémologie et ethnocentrisme

Le croisement des savoirs permet de redéfinir la conception même de ce qu’est un savoir et de comment on le formule, on le diffuse et on se l’approprie. Cet échange permet ainsi de remettre en cause ce qui nous semble vrai et ce qui constitue nos connaissances et savoirs. La condition même du savoir implique une remise en question de nos certitudes permettant ainsi de les faire évoluer. La confrontation des savoirs implique également une révision de nos paradigmes et épistémologies souvent associés à un ethnocentrisme qui détermine nos perceptions et nos « aprioris » conceptuels des savoirs et des réalités autochtones. De cette façon, l’approche se voudra plus objective par le détachement qu’elle implique avec les épistémologies culturelles. Ces réalités permettent également de souligner des différences et des ressemblances entre les populations pour ainsi compléter ou varier les points de vue et les savoirs.

La quête de l’autre et de soi-même

La prise de contact avec les populations autochtones et le croisement des savoirs impliquent une prise de conscience de la diversité des savoirs et des paradigmes qui régissent le monde. Ainsi, la quête de l’autre permet une quête de soi-même en reconfigurant nos conceptions culturelles et empiriques. Le détachement avec nos paradigmes et épistémologies implique de mieux comprendre les pratiques et savoirs d’une culture qui nous est inconnue. L’opposition et la différence sont indispensables pour nous définir et reconfigurer nos savoirs. L’expérience de chacun enrichie nos connaissances et aide à formuler de nouveaux savoirs ou à modifier d’anciennes pratiques. De cette façon, le croisement des savoirs permet d’accéder à des configurations qui sont propres à des situations, des contextes, des représentations et conceptions propres à chaque population. Le monde et les savoirs sont alors envisageables de diverses façons et impliquent une interdisciplinarité aussi bien dans les approches que dans les représentations du savoir.


Si tu veux en savoir plus, Jeremy Narby, anthropologue, répondra à la question du titre et poursuit la réflexion sur le croisement des savoirs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.