Tous les articles par khadijaderouiche

Bénévolat au sein d’une association  POUR ENSEIGNER LE FRANÇAIS

« Une compétence se traduit par une capacité à combiner un ensemble de savoirs, savoir-faire et savoir-être en vue de réaliser une tâche ou une activité. Elle a toujours une finalité professionnelle. »

http://pedagogie.ac-guadeloupe.fr/files/File/bdivialle/2_1_document_accompagnement_pdf_82128.pdf

Tout au long de notre vie nous ne cessons d’acquérir de nouvelles compétences. Elles peuvent s’acquérir au cours d’une formation, au cours de nos études, lors de stages, ou au sein même de notre travail. Cet ensemble de compétences acquis permet donc à chacun de déterminer ce qu’il est, ce qu’il sait et ce qu’il sait faire.

C’est en déterminant nos compétences que l’on peut prendre conscience de ce que nous savons faire et ainsi déterminer ce que l’on veut faire. Les compétences acquises lors de nos années universitaires jouent ainsi un rôle majeur dans notre vie, mais il reste toutefois parfois difficile de les déterminer, c’est pourquoi un outil tel que le portfolio que nous avons réalisé cette année m’a pour ma part, grandement aidé à regrouper et à prendre conscience de toutes les compétences que j’avais pu acquérir au cours de ces années universitaires. J’ai pu ainsi également prendre conscience que ces compétences m’ont été bénéfiques lorsque j’ai débuté mon travail en tant que bénévole au sein d’une association. Ma mission consistait à accompagner de façon régulière un étranger non francophone désireux de mieux maîtriser la langue française à l’oral ou à l’écrit. La première compétence que j’ai pu mettre à profit au cours de cette expérience en tant que bénévole a été l’écoute active.

En effet, en tant que bénévole, il faut être en permanence à l’écoute des besoins des élèves, besoins exprimés ou non exprimés. La plupart des apprenants ont des difficultés à s’adapter au climat du pays, à s’adapter à un nouveau mode vie, et à apprendre la langue officielle du pays. Il est donc primordial d’être compréhensif et à l’écoute avec notre apprenant. Pour ma part, avant le début de chacun de mes cours, je questionnais mon apprenante sur sa semaine, sur son ressenti, son état d’esprit actuel. Une autre compétence qui m’a été utile lors de l’enseignement du français a été la capacité d’analyse de différents supports. En effet, lors de nos années universitaires, nous avons appris à analyser différents supports tels que les articles scientifiques, les films, les livres, etc. Cette capacité analytique m’a notamment servi lorsque je préparais les cours pour mon apprenante. En effet, j’ai dû m’appuyer sur différents supports, tels que des journaux télévisés, des textes, des articles de journaux, des lettres, que j’ai ensuite dû analyser afin de préparer une série de questions pertinentes à mon élève et afin lui expliquer en détails chaque document étudié. Pour terminer, une autre compétence qui m’a été très utile lors de cette mission a été la capacité de pouvoir passer du français à l’anglais. Cela a permis de faciliter l’échange avec mon apprenante. Les nombreux cours de traduction ainsi que les échanges en classe m’ont permis de développer ces compétences linguistiques et communicationnelles.

En effet, lors de mes premiers cours, j’ai eu beaucoup de mal à me faire comprendre par mon apprenante, et inversement. C’est donc pour faire face à ce problème que j’ai à certains moments privilégié l’utilisation de la langue anglaise.

Ces compétences acquises au cours de ces années universitaires ont donc pour ma part été bénéfiques en dehors du cadre universitaire. De manière générale, les compétences acquises à l’université, sont pour moi le socle d’une bonne intégration sociale et professionnelle.

L’utilisation des Humanités Numériques au sein du domaine universitaire

Le “Manifeste des Digital humanities“, définit les humanités numériques comme “une transdiscipline, porteuse des méthodes, des dispositifs et des perspectives heuristiques liés au numérique dans le domaine des Sciences humaines et sociales”.

Il y a plusieurs années, l’utilisation et l’utilité des humanités numériques au sein du milieu universitaire pouvaient paraître moins essentielle que d’autres disciplines, mais, de nos jours, la recherche et l’exploitation de sources et des fichiers électroniques sont devenues des actions “naturelles”.

En effet, les bibliothèques numériques deviennent tout aussi importantes que les bibliothèques physiques grâce à la numérisation massive de nombreux ouvrages, d’articles scientifiques, etc.

Les conséquences de cette numérisation ont eu un impact sur le milieu de la recherche, et plus particulièrement dans le domaine des Sciences humaines et sociales. En effet, les humanités numériques ont apporté une perspective de travail différente car elles permettent d’accéder plus facilement à certains ouvrages ou articles. L’utilisation des humanités numériques dans le cadre d’un travail de recherche est devenue quasi essentielle car elles favorisent également les échanges trans-disciplinaires entre l’informatique et les sciences humaines et également entre l’utilisateur et l’outil informatique. Pour ma part, les humanités numériques ont joué un rôle clé dans le cadre de mon travail de recherche en première année de Master car j’ai pu appuyer mes recherches sur de nombreux ouvrages et articles scientifiques trouvés en ligne. Par exemple, l’utilisation de “Jstor”, un système d’archivage en ligne d’articles scientifiques et de publications universitaires m’a permis d’exploiter énormément de ressources en ligne, et ainsi de faciliter mon travail de recherche. De plus, l’an passé, nous avons également appris à nous servir de l’outil informatique “Zotero”, un logiciel informatique permettant de réaliser une bibliographie en fonction d’un style de présentation bibliographique déterminé.

Progressivement, l’utilisation des humanités numériques au sein du milieu universitaire se propage, et à mon sens, les humanités numériques sont devenues une nouvelle forme d’archivage des sources, de gestion, de diffusion, et d’exploitation, c’est pourquoi l’intégration de cette transdiscipline dans le milieu universitaire devient essentielle.