Les Réputations ou la caricature de l’autre

“La caricature est l’hommage que la médiocrité paie au génie.”

(Oscar Wilde)

Résumé

En Colombie, au début du XXe siècle, l’un des plus célèbres caricaturistes était Ricardo Rendón, qui a mis fin à ses jours à l’âge de 37 ans en 1931. C’est avec l’histoire de l’un de ses successeurs, Javier Mallarino, que Juan Gabriel Vásquez nous emmène une fois de plus au cœur de la société colombienne et de l’humanité.  

 Une caricature peut d’un seul coup, ébranler, blesser et vaincre les réputations les plus fortes et les plus établies. Elle peut renverser les gouvernements, tout en influençant l’opinion publique. C’est en tout cas ce que qu’essaie de nous montre l’auteur à travers son protagoniste Javier Mallarino. Caricaturiste de renommée, au point d’être devenu une institution nationale Javier Mallarino a su se forger une haute réputation. Mais à quel prix ? Quel est l’impact de son influence ? C’est l’une des choses que notre travail de recherche tentera de clarifier.

1. La réputation comme moyen de notoriété

Il existe bien des façon de définir le terme de réputation, du moins c’est bien ce que nous souligne Philippe Boistel lorsqu’il nous affirme : « Si la réputation a été considérée comme une des « Gold Research Priorities » du Marketing Science Institute en 2002, il faut reconnaître que la thématique reste difficile à traiter en raison de la profusion des sens attribués au concept ».

Vous trouverez ici son article complet: https://journals.openedition.org/communicationorganisation/4796

La réputation, est le thème central de l’œuvre au point d’en être le titre du roman. Juan Gabriel Vásquez parle de la fragilité d’une réputation dans le monde d’aujourd’hui. Quand on parle de réputation, il semble essentiel d’évoquer la notion d’identité, c’est-à-dire, de la façon dont notre propre réputation s’est forgée. Ainsi, les premières pages du roman soulignent la difficulté du protagoniste de Mallarino à créer sa notoriété. Dix ans durant lesquels, après avoir vécu dans l’anonymat, il s’est forgé une réputation en devenant célèbre grâces à la publication de ses caricatures quotidiennes. La réputation de Mallarino va lui permettre, par la suite, de jouir d’une certaine marginalité. Il se permettra, d’ailleurs, une forme de travail atypique puisqu’il n’entre pas dans un bureau pour y travailler toute la journée comme la plupart de ses homologues ; il travaille à la maison en toute liberté.

2. La réputation comme moyen de destruction.

Un autre aspect que le livre étudie et qui me semble essentiel est l’analyse de la réputation comme moyen de destruction. Pour développer cet aspect, je me suis appuyé sur le Estante literario qui nous précise que « l’information aujourd’hui se réplique exponentiellement dans le monde aussi facilement et rapidement qu’un virus ».. L’intérêt de cette situation, c’est qu’elle met le livre en perspective avec nos modes de vie actuels, plus précisément les réseaux sociaux actuels : « une photo que nous publions dans nos profils de réseaux sociaux ou quelque chose que nous commentons est littéralement accessible à tous et on peut littéralement en faire n’importe quoi ». La réputation de l’un peut détruire la réputation de l’autre, du moins c’est ce que ce travail semble nous confirmer.  

3. Le problème de la fiabilité d’une réputation.

En outre, un autre aspect soulevé par le roman est la fiabilité de la réputation. Ainsi, par exemple, après les événements d’Adolf et ses révélations effrayantes, la nouvelle réputation de Cuellar était prête : celle d’un violeur perverti. Cette idée s’est développée avec la caricature accusatrice et assumée de Mallarino. Mais quel est le fondement d’une réputation ? Sur quoi Mallarino se base-t-il réellement avant de produire cette caricature ? C’est la première fois dans le roman que l’auteur remet en question le bien-fondé des accusations. Une telle situation me peut aussitôt nous faire songer à une citation, celle d’un philosophe qui nous dit : « Il est plus facile de traiter avec sa mauvaise conscience qu’avec sa mauvaise réputation” (Friedrich Nietzsche, 1844 – 1900) https://citations.ouest-france.fr/citations-friedrich-nietzsche-611.html. Tout cela montre s’il est important ou non d’accorder la priorité à la fiabilité d’une réputation.

4. Le souci du maintien d’une réputation

Enfin, le roman aborde l’un des principaux problèmes posés par la réputation, celui de sa conservation. Ainsi, après avoir pris l’initiative de chercher la vérité, Mallarino sait qu’il y a un risque de perdre sa réputation et d’en créer une nouvelle, celle d’un meurtrier, un menteur qui aurait bénéficié de sa notoriété. L’idée de vouloir préserver sa réputation (et d’une certaine manière sa notoriété) va de pair avec l’idée de ne pas être oublié, ce qui, je pense, peut devenir une source de prétention. Le souci de préserver une réputation s’explique, à mon avis, par la crainte, la peur d’être oublié et de ne plus faire partie de la mémoire collective. Cette idée s’illustre par la grande présence de la mémoire qui est est un thème récurrent dans l’œuvre de Juan Gabriel Vásquez. D’ailleurs, dans le livre, la mémoire et sa capacité à réformer le présent, voire à déterminer le futur, définissent le comportement et les décisions des personnages.

5. Conclusion

On peut dire que dans Las Reputaciones, Juan Gabriel Vasquez revient à ses obsessions les plus intenses : le poids du passé, les échecs de la mémoire. Un roman qui se démarque également par la profondeur des thèmes qu’il aborde telle que l’importance de l’opinion dans nos sociétés. L’une des principales raisons de mon intérêt pour ce roman et s’illustre par la notion de réflexion. En d’autres termes, l’œuvre nous donne la possibilité de réfléchir sur nos faits, nos choix, à travers tous les personnages de l’œuvre. La proximité, le parallélisme de cette œuvre avec l’époque qui est la nôtre, obsédée par la peur de l’image, du souci de la réputation dans un mode ultra-digitalisé, est un choix audacieux de la part de l’auteur mais convaincant à tout point de vue.



Citer ce billet
arthurpiedel (2020, 6 février). Les Réputations ou la caricature de l’autre. Dynamiques et pluralités culturelles. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9sw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.