¡Vamos todos ! Une méthode éclectique

Dans le cadre de la validation du Master Professionnel Didactique des Langues à l’université de Poitiers, il est demandé aux étudiants de créer un outil pédagogique à expérimenter lors d’un stage pratique. Ce stage, je l’ai obtenu en tant que professeur d’espagnol dans un l’établissement scolaire français.

Les apprenants qui m’ont été confiés sont des adolescents entre 14 et 15 ans. En les accueillant, j’ai pu constater la grande difficulté qu’éprouvent ceux-ci au moment de parler dans une langue étrangère qu’ils ne maîtrisent pas. Le rôle essentiel de la pratique dans l’apprentissage d’une langue m’a poussée à essayer de créer des situations de communication propice au développement de la compétence de production orale en classe.

J’ai créé ¡Vamos todos ! pour eux. Mon manuel se veut un outil qui pourrait aider les élèves à acquérir des stratégies et des connaissances leur permettant de communiquer dans des situations et des contextes différents.

La construction de ce volume a débuté par un questionnement. Quels savoirs et savoir-faire doivent être transmis à mes apprenants ?

J’ai commencé par identifier leur motivation. L’une des deux principales motivations des élèves pour apprendre l’espagnol était le voyage en Espagne organisé tous les ans par l’établissement pour les élèves de troisième. Ils savaient qu’ils allaient dormir chez une famille d’accueil espagnole, alors ils souhaitaient les comprendre et communiquer avec eux. L’autre motivation était le sentiment de progresser, d’obtenir des notes qui récompenserait leurs efforts.

Ensuite, j’ai adapté une pédagogie en tenant compte non seulement du public mais aussi des conditions de travail propres de l’enseignement scolaire. Le premier axe de travail qui s’est imposé était l’interaction entre les apprenants et la communication orale en essayant de mettre en place des tâches plus propices à l’interactivité des élèves. C’est pour ces raisons que j’ai réalisé des séquences en utilisant une approche communicative et actionnelle.

Cependant, au cours de cette expérimentation, nous avons détecté des difficultés qui m’ont gêné, surtout dans la gestion de la classe et qui m’ont obligé à changer la méthodologie établie.

Tout d’abord, une classe de troisième se caractérise par des effectifs chargés de 23, de 27 et de 29 élèves respectivement. Les conséquences sur la prise de parole des élèves sont multiples : le temps de participation réduit, le risque de débordements et bavardages, le risque de répétition du même type de phrases qui entraîne la lassitude. Il est d’autant plus important alors d’établir des rites de participation et d’écoute dès le début de l’année.

Puis, lors des moments de communication orale, les élèves en difficulté se plaignaient de ne pas avoir de supports grammaticaux sous les yeux. Le fait d’avoir un support écrit leur apportait possiblement un sentiment de sécurité. Ils avaient besoin de prendre connaissance des nouvelles règles de grammaire. Ils avaient l’impression de maîtriser une partie du système linguistique. Cela les rassurait pour participer à l’oral. En plus, au moment du premier conseil de classe, les délégués m’ont demandé de réintroduire de la grammaire dans leur enseignement de façon explicite et démonstrative. Alors, face à cette demande, mon manuel adapte une méthode traditionnelle et met en place une page qui aborde les points grammaticaux en français. A ce sujet, j’ai dû privilégier la grammaire en favorisant moins les interactions orales. Néanmoins, le manuel conseille de réaliser l’explication explicite uniquement quand il y a une difficulté de perception sur des points grammaticaux. Parfois, la grammaire ne pouvait pas être tout le temps réemployée dans des situations de communication. L’expression orale, surtout en interactivité, est un travail de longue haleine où les habitudes et les stratégies de communication ont besoin de beaucoup de temps et de rigueur pour être mises en place. La difficulté, dans mon contexte d’enseignement était la contrainte temporelle car il y avait un programme à suivre.

Dans le but de motiver les apprenants et de leur créer un climat de confiance et par conséquent de les faire parler sans contrainte, j’ai diversifié mon enseignement pour bâtir le manuel.

Comment ?

Afin de répondre à un plus grand nombre de critères favorisant la réussite des élèves, j’ai emprunté à la méthodologie traditionnelle, active, directe, SGAV et aux approches communicatives et actionnelles quelques-uns des principes fondamentaux en réalisant des croisements méthodologiques. Selon Christian Puren, il s’agit d’un éclectisme méthodologique. Cette approche, se centre sur l’enseignant et sa capacité et liberté d’utiliser la méthode qui lui semble bonne et utile, selon les situations où il se sent à l’aise.

Par rapport à l’expérience vécue au cours du stage, l’idée est qu’au lieu de se limiter à une seule approche, l’enseignante aura l´avantage à adopter une approche éclectique, c’est-à-dire qu’elle emprunte le meilleur des différentes approches ou pédagogies. Ainsi, l’enseignant pourra gérer plus ou moins parfaitement une méthodologie qu’il n’a pas toujours eu la liberté de choisir. Grâce à l’utilisation de l’approche éclectique, l’enseignant sort du système limité et tend vers une diversification méthodologique. Le graphique ci-dessous propose la participation des méthodologies d’enseignement utilisées dans la méthode « ¡Vamos todos ! » collège LV2 en pourcentage.

Ainsi, l’objectif de la méthode ¡Vamos todos ! collège LV2, est de développer, acquérir et consolider les compétences pour une production en espagnol. Le manuel veut également permettre aux élèves, de prendre en main leur apprentissage, de développer des stratégies et des automatismes. A ce propos, j’ai voulu me concentrer sur l’apport de connaissances en introduisant des approches dynamiques dans lesquelles le savoir-faire des élèves est activé.

Ce travail réalisé à partir de ma première expérience professionnelle et stage au sein d’un collège français a été enrichissant. En effet, j’ai constaté que pour permettre aux élèves d’acquérir un excellent niveau en espagnol, il est nécessaire de faire preuve de rigueur, d’avoir des exigences assez élevées et de manière continue. Durant mon stage, j’ai pu observer la mise en place des différentes stratégies abordées à l’université. Même s’il est conseillé de développer principalement l’approche communicative et actionnelle ainsi que la méthodologie structuro-globale audiovisuelle, je me suis rendue compte que la méthode traditionnelle était efficace et nécessaire, comme l’a prouvé mon stage dans l’établissement. Pour obtenir de bons résultats en langue en milieu scolaire, je me suis rendue compte qu’il ne faut pas négliger les autres types de méthodologie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.