Tous les articles par martialpouzin

Margaret Thatcher et la politique de l’éducation

Fille d’un père épicier et prédicateur méthodiste et d’une mère couturière, Margaret Thatcher est dès son plus jeune âge affiliée aux classes sociales les plus modestes du Royaume Uni, prédominantes à l’époque. Une situation financière précaire qui lui vaut insultes et moqueries de ses vaniteuses camarades de classe ne soupçonnant pas un instant, qu’elles tournaient en ridicule celle qui deviendra maintes années plus tard, la “Dame de fer”.

Un diplôme à Oxford

Après avoir intégré une grammar school sélective du Lincolnshire, dans laquelle ses efforts et sa détermination furent congratulés par ses professeurs, Margaret Thatcher est quelques années après, admise à l’université d’Oxford, de laquelle elle ressortira bénéficiaire d’une licence en chimie, mention Honorable, après avoir conduit des recherches sur la cristallographie et la gramicidine B. Une éducation scolaire rigoureuse principalement incarnée par une volonté sincère de réussir et de démontrer, comme la science tend à le promouvoir, que l’image dégradante qui lui fut régulièrement prêtée n’était manifestement pas celle que ses plus fervents ennemies tentaient de lui dépeindre.

Début en politique

Margaret Thatcher se confronte très tôt au monde de la politique, notamment au lycée lorsque qu’elle rejoint les rangs de l’Oxford University Conservative Association. Un destin politique semblait alors quelque peu se dessiner, délinéant les questions “traditionnelles” de l’époque. En 1946, Margaret Thatcher assiste au congrès du parti conservateur britannique à Blackpool où elle se familiarise avec la base militante conservatrice, à laquelle elle s’associe vivement.

En 1950, elle illustre ses prémisses de femme politique en se présentant à un mandat de député. Siège qu’elle n’obtiendra finalement pas. En dépit de cet échec face au parti travailliste, Margaret Thatcher ne s’interdit pas “le succès et la réussite”, encourageant ainsi “le dynamisme et l’initiative”. En 1959, Margaret Thatcher se porte candidate au parlement britannique dans la circonscription du Finchley. Après une campagne assidue, elle remporte finalement l’élection haut la main face au candidat travailliste Eric Deakins avant d’intégrer la chambre des communes du Royaume Uni.

Du parlement britannique au département de l’éducation

Lors des élections générales de 1970, le parti conservateur, autrefois opposition devient majorité politique, soutenant le gouvernement Heath duquel Margaret Thatcher est nommée secrétaire d’état à l’éducation et à la science. Le programme politique de Margaret Thatcher, au demeurant ambitieux et selon lequel le système éducatif britannique devrait souligner le mérite et l’effort, apparait comme inadéquat aux yeux du premier Ministre Edward Heath, notamment au regard du contexte éducationnel marqué principalement par un engouement général autour du progrès et de l’inclusion à l’école, découlant de l’esprit des années 1960.

En 1974, lorsque le gouvernement conservateur se voit perdre les élections générales face aux travaillistes, Margaret Thatcher regrette de ne pas avoir eu l’occasion de réformer davantage l’éducation en dépit de ses nombreux souhaits et ambitions, réfutées par son Premier Ministre. Quelques années plus tard, Margaret Thatcher est finalement élue Premier Ministre du Royaume Uni, en 1979. Cette position fut-elle davantage propice à prétendre réformer l’éducation que lorsque que Margaret Thatcher était ministre de l’éducation ou au contraire, cette dernière fut -elle distraite par d’autres problématiques que l’éducation ?

Premier Ministre

Consciente des limites auxquelles elle fut confrontées au ministère de l’éducation, Margaret Thatcher redoute toute référence ou connotation quant à sa volonté de promouvoir une école sélective et compétitive, au moment où ses années de ministre de l’éducation furent paradoxalement marquées par une expansion des écoles inclusives. Au fil du mandat conservateur, secrétaires d’état à l’éducation et réformes se succèdent, posant les questions du maintien du processus de sélection, du pouvoir des parents, du programme scolaire, du rôle des autorités locales et des institutions, et même de la place de la religion dans l’éducation. Alors que la fin du mandat de Margaret Thatcher approche et que le système éducatif ne semble pas aussi reformé que promis, Kenneth Baker, l’avant-dernier secrétaire d’état à l’éducation du gouvernement s’engage dans la proposition d’un nouveau projet de loi en 1988, considéré comme l’acte de réforme de l’éducation le plus important depuis 1944 et de sa loi “Butler” et ayant figuré comme définitoire de l’ensemble des mesures prises pendant les années Thatcher.

Ainsi, bien que Margaret Thatcher apparut comme désinvolte au regard de l’éducation, la fin de son mandat, davantage tourné vers les réformes économiques et budgétaires du pays, fut néanmoins marqué par un investissement notable des forces politiques et une volonté de réforme indubitable alors que de nombreux spécialistes de l’éducation britannique tels que Clyde Chitty, Michael Flude, Merril Hammer ou même Nicholas Timmins dans son ouvrage sur l’état providence, confirment le caractère considérable de l’acte de 1988, ce dernier, légitime et “vénéré” concurrent du fruit de la politique éducationnelle de R. A Butler.

Sources :

BAKER, Kenneth, The Turbulent Years: My life in politics, Faber and Faber Limited, 1993.

CHITTY, Clyde, Education Policy in Britain, London, Palgrave Macmilan, 2009.

FLUDE, Michael, HAMMER, Merril, The Education Reform Act: Its origins and implications, The Falmer Press, 1990.

THATCHER, Margaret, The Downing Street Years, HarperCollins, 1993.

TIMMINS, Nicholas, The five giants: A Biography of the Welfare State, HarperCollinsPublishers, 1995.

Initiation au “commentaire de texte”

Le “commentaire littéraire”, où plus communément le “commentaire de texte” est une production orale ou écrite dont l’auteur explique, interprète et juge un texte en introduisant notes et éclaircissements destinés à faciliter l’analyse d’un “texte”.

Qu’est ce qu’un “texte” archétype du commentaire ? Parmi eux, on trouve plus précisément des articles, dans une approche historique par exemple, des extraits de romans, dans un contexte littéraire, ou même des discours retranscrits, dans un contexte plus politique.

L’élaboration d’un “commentaire de texte” nécessite l’étude préalable d’un certain nombre de méthodes, propres à chacun, et dont le résultat final sera sensiblement le même, à savoir une compréhension plus élaborée du texte en question. Mais comment étudier un “texte” ? Par quel moyen et sous quelle convention ?

Tout d’abord par le biais d’une introduction, le commentaire de texte devra premièrement situer, présenter, contextualiser, problématiser et annoncer le sujet traité ainsi que le plan qui servira à son “développement”.

Dans un second temps, le commentaire de texte inclura un “développement”, composé de deux à trois parties dans lesquelles le rédacteur pourra se pencher davantage sur les détails et évidences sous entendues par l’auteur, et dont la saillance sera “décroissante”. Autrement dit, la première partie sera sensiblement plus générale que la seconde, cette dernière, contentée d’étudier les éléments annexes plus précis, mais demeurant néanmoins essentiels (méthode de l’entonnoir).

Finalement, le commentaire se verra achevé par une “conclusion”, dans laquelle sera émise une réponse générale aux problématiques posées précédemment dans l’introduction. Une ouverture, sous forme directe, indirecte, de question, ou même une citation peut être envisagée, le cas échéant, sous réserve que la consigne soit précisée par l’enseignant référent.