Archives de catégorie : Billets

Bénévolat au sein d’une association  POUR ENSEIGNER LE FRANÇAIS

« Une compétence se traduit par une capacité à combiner un ensemble de savoirs, savoir-faire et savoir-être en vue de réaliser une tâche ou une activité. Elle a toujours une finalité professionnelle. »

http://pedagogie.ac-guadeloupe.fr/files/File/bdivialle/2_1_document_accompagnement_pdf_82128.pdf

Tout au long de notre vie nous ne cessons d’acquérir de nouvelles compétences. Elles peuvent s’acquérir au cours d’une formation, au cours de nos études, lors de stages, ou au sein même de notre travail. Cet ensemble de compétences acquis permet donc à chacun de déterminer ce qu’il est, ce qu’il sait et ce qu’il sait faire.

C’est en déterminant nos compétences que l’on peut prendre conscience de ce que nous savons faire et ainsi déterminer ce que l’on veut faire. Les compétences acquises lors de nos années universitaires jouent ainsi un rôle majeur dans notre vie, mais il reste toutefois parfois difficile de les déterminer, c’est pourquoi un outil tel que le portfolio que nous avons réalisé cette année m’a pour ma part, grandement aidé à regrouper et à prendre conscience de toutes les compétences que j’avais pu acquérir au cours de ces années universitaires. J’ai pu ainsi également prendre conscience que ces compétences m’ont été bénéfiques lorsque j’ai débuté mon travail en tant que bénévole au sein d’une association. Ma mission consistait à accompagner de façon régulière un étranger non francophone désireux de mieux maîtriser la langue française à l’oral ou à l’écrit. La première compétence que j’ai pu mettre à profit au cours de cette expérience en tant que bénévole a été l’écoute active.

En effet, en tant que bénévole, il faut être en permanence à l’écoute des besoins des élèves, besoins exprimés ou non exprimés. La plupart des apprenants ont des difficultés à s’adapter au climat du pays, à s’adapter à un nouveau mode vie, et à apprendre la langue officielle du pays. Il est donc primordial d’être compréhensif et à l’écoute avec notre apprenant. Pour ma part, avant le début de chacun de mes cours, je questionnais mon apprenante sur sa semaine, sur son ressenti, son état d’esprit actuel. Une autre compétence qui m’a été utile lors de l’enseignement du français a été la capacité d’analyse de différents supports. En effet, lors de nos années universitaires, nous avons appris à analyser différents supports tels que les articles scientifiques, les films, les livres, etc. Cette capacité analytique m’a notamment servi lorsque je préparais les cours pour mon apprenante. En effet, j’ai dû m’appuyer sur différents supports, tels que des journaux télévisés, des textes, des articles de journaux, des lettres, que j’ai ensuite dû analyser afin de préparer une série de questions pertinentes à mon élève et afin lui expliquer en détails chaque document étudié. Pour terminer, une autre compétence qui m’a été très utile lors de cette mission a été la capacité de pouvoir passer du français à l’anglais. Cela a permis de faciliter l’échange avec mon apprenante. Les nombreux cours de traduction ainsi que les échanges en classe m’ont permis de développer ces compétences linguistiques et communicationnelles.

En effet, lors de mes premiers cours, j’ai eu beaucoup de mal à me faire comprendre par mon apprenante, et inversement. C’est donc pour faire face à ce problème que j’ai à certains moments privilégié l’utilisation de la langue anglaise.

Ces compétences acquises au cours de ces années universitaires ont donc pour ma part été bénéfiques en dehors du cadre universitaire. De manière générale, les compétences acquises à l’université, sont pour moi le socle d’une bonne intégration sociale et professionnelle.

Le paragraphe A.E.I : l’incontournable de l’argumentation

Image tirée du site : saintmartindheres.fr le 28 février 2020.

Alors que nos professeurs nous « reprochent parfois, souvent, ou même toujours de ne pas suffisamment développer nos idées », ces derniers prescrivent à leurs élèves et étudiants diverses méthodes argumentatives pour y remédier. Autrefois lycéen en économie et sciences sociales, je fus sensibilisé à cette formule dans le cadre de la rédaction d’un « commentaire composé » à l’épreuve d’économie du Baccalauréat. Cette méthode, réunissant un ensemble de capacités que nous développerons dans les paragraphes suivants, représente à elle seule une compétence à part entière : « argumenter ». Bien qu’argumenter semble commun aux yeux des élèves et étudiants de par son usage fréquent en classe, peut-on l’appréhender si aisément ? Y a-t-il un moyen d’éclaircir nos idées à travers l’usage d’un outil efficace ? Quelles sont les étapes du paragraphe A.E.I ?

L’affirmation

Le paragraphe A.E.I me permet de développer mon raisonnement de manière logique en un paragraphe structuré. La méthode en question préconise tout d’abord d’apporter en amorce de l’argument une affirmation, faisant allusion au « A » dans le sigle de la formule.

Exemple : Élue Premier Ministre britannique le 03 mai 1979, Margaret Thatcher s’apprêtait à devenir l’une des plus grandes personnalités politiques du Royaume-Uni.

L’affirmation me permet de présenter l’idée que je souhaite écrire de manière succincte. Le lecteur saisit ainsi le postulat engagé et peut être en mesure d’anticiper les lignes suivantes du paragraphe. Bien que l’affirmation me rende capable de résumer une déclaration en une phrase claire et concise, elle ne se suffit pas à elle même. L’affirmation doit être suivie d’une explication. Sans quoi, l’affirmation ne sert pas l’argument .

“Nier c’est encore affirmer.”

Alfred Capus

L’explication

L’explication représente la seconde étape du paragraphe structuré. Elle me permet de « donner des précisions » à mon sujet en détaillant par exemple « une description ou un mécanisme ». Je fais notamment en sorte à ce que le lecteur comprenne les termes et mots-clefs figurant dans la première partie de mon paragraphe qui peuvent paraitre pédants, ou a priori alambiqués. Le lecteur ne perd pas le fil de mon argument qui n’attend qu’à être illustré et en conséquence, jugé valide ou acceptable.

Exemple : Élue Premier Ministre britannique le 03 mai 1979, Margaret Thatcher s’apprêtait à devenir l’une des plus grandes personnalités politiques du Royaume-Uni. Alors qu’elle succède au candidat travailliste James Callaghan, Margaret Thatcher, occupant à son tour le 10 Downing Street, entend réformer le pays autour de lignes et projets de loi pouvant selon elle, enrayer le déclin national marqué par la crise économique et sociale de la fin des années 1970.

“Quand on ne sait pas, on ne se pose pas trop de questions, mais quand on commence à disposer d’un début d’explication, on veut à tout prix tout savoir, tout comprendre.”

Bernard Werber

L’illustration

Maillon essentiel de l’argumentation pour clôturer le paragraphe structuré, l’illustration me permet de « donner de la force » à mon explication, de prouver ce que j’avance. Le lecteur,  dans le cas où ce dernier ne semble pas avoir saisi le sens de mon explication, doit désormais comprendre ce que je désire démontrer. L’illustration est probablement la phase la plus importante du paragraphe argumenté car elle valide les prémisses de l’argument par le biais de citations, données statistiques, schémas etc.

Exemple : Élue Premier Ministre britannique le 03 mai 1979, Margaret Thatcher s’apprêtait à devenir l’une des plus grandes personnalités politiques du Royaume-Uni. Alors qu’elle succède au candidat travailliste James Callaghan, Margaret Thatcher, occupant à son tour le 10 Downing Street, entend réformer le pays autour de lignes et projets de loi pouvant selon elle, enrayer le déclin national marqué par la crise économique et sociale de la fin des années 1970. Margaret Thatcher offre la victoire au parti Conservateur avec 43,9% des voix contre 36,9% pour les travaillistes et permet à 339 conservateurs de siéger au parlement britannique, contre 269 pour l’opposition. Elle assurera le mandat de Premier Ministre le plus long de l’histoire du Royaume-Uni avec trois victoires consécutives (1979, 1983 et 1987).

« Les titres des tableaux ne sont pas des explications et les tableaux ne sont pas des illustrations des titres. »

René Magritte

Dans le domaine de la recherche, la méthode A.E.I semble essentielle dans la construction d’un argument, de surcroît lors de la réalisation d’un mémoire, ou plus spécifiquement, d’un commentaire, ou d’une dissertation. Le recours à la méthode A.E.I m’a notamment permis d’obtenir la note de 18/20 à mon épreuve d’économie au Baccalauréat. Alors que son efficacité semblait porter ses fruits, j’ai en conséquence décidé de faire de la formule A.E.I un leitmotiv indispensable de mes diverses rédactions universitaires.

Sources :

http://ww2.ac-poitiers.fr/ses/sites/ses/IMG/pdf/fiche_methode_-_realiser_des_ecrits_de_qualite-2.pdf

https://sesame.apses.org/index.php?option=com_content&view=article&id=169&Itemid=239

https://sites.google.com/site/sitedeketch/4-ap/6–le-paragraphe-aei

https://manuelweb.belin.education/ses-seconde/topics/ses2-fm-145-a_fiche-methode-2-construire-un-paragraphe-argumente

COMMENT FAIRE UNE NOTE DE SYNTHÈSE

Faire une note de synthèse d’une conférence, revient à dire, rendre compte du thème présenté par  le conférencier, et être capable de dire de manière claire tout en tenant compte des différentes étapes du déroulement de celle-ci.

Pour faire une bonne synthèse, il important pour nous se poser les questions suivantes :

-Quel  est le thème présenté par le conférencier.

-Où et quand a eu lieu cette  conférence.

-La conference le conférencier (nom, prénom et profession).

-Comment il a développé son thème.

-Quels sont les intervenants.

Cette démarche nous renvoie en tant qu’étudiants en Master de recherche à nos sorties de terrain, tout en nous permettant de  savoir rentre compte de nos recherches sur terrain. Mais aussi être capable d’exposer ces recherches de manière claire.

Exemple de note de synthèse

Titre de la conférence : L’EXPÉRIENCE DE MIGRATION EN CONTEXTE DE VIOLENCE GÉNÉRALE Où RACONTER DEVIENT IMPOSSIBLE

Conférence tenue par monsieur Guillaume Martin  le 17 Octobre 2019 à l’université de Poitiers, à la faculté des langues et  lettres  lors d’une journée d’études.

Monsieur Guillaume Mongeau Martin, médecin dans une clinique de réfugiés au Canada nous raconte son expérience avec des réfugiés venus d’Irak pendant le génocide de 2014, précisément le génocide du peuple Yazidis une communauté de ce pays.

Le conférencier a abordé plusieurs points ; L’expérience de migration, la thématique de la réussite, les difficultés et les défis.

L’expérience de migration  a permis de connaître les réalités vécues par les réfugiés en vue de leur apporter de l’aide nécessaire. Comme exemple le conférencier a  parlé d’une réfugiée qui répond au nom de Nadia Murad qui a été une esclave sexuelle.

Pour la thématique de réussir il est question de répondre aux attentes des réfugiés en leur permettant aussi de rentrer en contact avec leur famille. Réussir à créer un lien de fraternité avec ces réfugiés.

En ce qui concerne  les  difficultés il a mentionné le manque de soutien du gouvernement face aux besoins des réfugiés;  des maladies telles que le traumatisme sévère qui n’a pas de traitement.

Les défis à relever ne sont rien d’autre que de remédier aux difficultés qui se présentent dans ce camp de réfugiés.

En définitive nous pouvons noter que cette conférence a été très enrichissante avec l’intervention des uns et des autres, en plus elle nous a permis de connaitre les réalités des réfugiés dans des camps. Cependant le plus important à retenir nous en tant qu’étudiants en Master de chercher c’est la présentation c’est-à-dire  comment structurer le thème à présenter, comment se tenir devant un public et rendre de manière claire votre travail ou votre recherche.

comment choisir son sujet de memoire ?

Le deuxième cycle universitaire est marqué le plus souvent par l’amorce d’un exercice de réflexion à caractère méthodologique appelé : sujet de mémoire auquel l’étudiant est confronté. Dans l’UFR de langues, l’étudiant est appelé à faire le choix de son propre sujet sur lequel il fait des recherches pour donner son point de vue. Cette réflexion est sanctionnée en fin de compte par une soutenance de mémoire qui est un moment crucial, qui permet au candidat ou l’étudiant de mettre en évidence ces connaissances acquises sur le sujet. Mais, bien avant cet exercice oral, il est indéniable de souligner la première difficulté relative au choix du sujet à laquelle l’étudiant est confrontée par manque d’expérience et constitue même le point essentiel, le point de départ pour effectuer son travail. Définir son sujet de recherche peut être une tâche complexe pour tout étudiant novice dans le domaine de la recherche, vue l’immensité de l’objectif à atteindre. Même s’il n’existe pas réellement de critères spécifiques définis pour le choix d’un sujet de mémoire, il y a tout de même un ensemble d’éléments à considérer avant ou pendant le choix de celui-ci.

Ce présent travail traitera de mon expérience personnelle, à travers des conseils pratiques, des cours de méthodologie et d’autres disciplines de mon programme qui m’ont plus forgé, pour un début de recherche et de choix du sujet.

●Concept définitionnel du sujet de mémoire

Le sujet de mémoire est un thème spécifique sur lequel il convient de mener une réflexion profonde en vue d’apporter des réponses idoines à la problématique qu’il dégage.

●Le choix du sujet de mémoire

L’an dernier en master I, n’ayant jamais fait de mémoire, je me trouvais face à une nouvelle approche de notre formation, la soutenance d’un TER (Travail d’Etude et de Recherche). Choisir mon sujet de TER a été une étape difficile, car je n’avais aucune idée de ce sur quoi je voulais travailler. Le séminaire intitulé De la Résistance à la citoyenneté : les stratégies politiques des minorités en Amérique Latine dans lequel il était question de comprendre et de connaitre les processus et stratégies d’intégration et d’assimilation des minorités en Amérique Latine à savoir les mouvements féministes, les mouvements pour la diversité sexuelle, la question du droit pour tous ; au-delà des connaissances premières de ce séminaire, il nous a aussi permis d’appréhender les caractéristiques, les qualités d’un bon chercheur, en nous inculquant des notions de savoir-faire et de savoir-être dans la recherche ou pour le choix du sujet. Comme compétences d’une part, en terme de savoir-être, ce séminaire m’a instruit à être impartial, à avoir un esprit critique, être rigoureux, méthodologique. D’autre part comme savoir-faire, à être capable d’avoir un thème de recherche bien définis dans l’espace et dans le temps et qui suscite un intérêt particulier pour moi. Être chercheur ou faire le choix d’un sujet, c’est avoir aussi la capacité d’aller au-delà de ce qui est connu par le commun des mortels, c’est-à-dire avoir la volonté de dépassement.

Ce séminaire a été d’une grande utilité, les connaissances et compétences acquises lors de ce séminaire m’ont permis de définir mon sujet qui est : Personnalité et condition féminine dans la Tia Tula de Miguel de Unamuno. C’était en quelque sorte l’outil déclencheur de mon choix du sujet. Il m’a permis de comprendre que mon thème de recherche devrait s’inscrire dans l’un des trois axes d’études liés à ma formation : Littérature, Civilisation et linguistique regroupés sous le chapeau de : Archives, Mémoire et Ecritures.

Pour définir un sujet de mémoire, on peut aussi partir d’un thème global qui nous intéresse, d’une thématique abordée en cours qu’on souhaiterait développer ou travailler sur d’autres aspects non développés.

●L’originalité du sujet

L’originalité d’un sujet fait référence à la forme spécifique du sujet. Le sujet doit être lié à une problématique actuelle et applicable dans la résolution de mise en question d’une aire déterminée de connaissances. La particularité d’un sujet original est qu’il vise à produire de nouveaux résultats. Après avoir définir son sujet, l’étudiant se doit de le soumettre à l’appréciation de son encadreur. Celui-ci apportera des précisions qui détermineront la faisabilité dudit sujet. Ainsi pour faire un bon choix de sujet, l’étudiant se doit de prendre en compte les facteurs tels que définis précédemment.

●Le corpus

La qualité du mémoire dépend en grande partie du corpus sur le sujet. Après le choix du sujet il est important de constituer le corpus. C’est un ensemble de documents, articles, romans, livres, écrits sur le sujet de réflexion. La richesse du corpus détermine la qualité de la rédaction du mémoire.

●Les erreurs à éviter

-Ne pas choisir un thème trop vaste, savoir être précis et concis.

-Ne pas se laisser imposer un sujet pour lequel on n’a aucun intérêt.

-Ne pas choisir un sujet irréalisable dans le temps et l’espace.

-Eviter le plagiat, ne pas reprendre un sujet déjà traité.

-Ne pas choisir un sujet de recherche avec lequel nous avons des idées personnelles. Le sujet doit être d’ordre scientifique, le travail doit être objectif et non subjectif. Le chercheur doit être impartial, mettre ses idéologies de côté et avoir un esprit critique.

En définitive le choix du sujet de mémoire est une étape importante et déterminante pour faire une bonne rédaction de mémoire. Le choix du sujet doit respecter certains critères tels que l’originalité, la faisabilité, etc. Il convient donc à l’étudiant de prendre en compte ces éléments utiles avant de choisir son sujet.

LA TRADUCTION DE TEXTES et l’enseignement des langues

Le parcours LLCER regorge plusieurs matières fondamentales. En ce qui me concerne, c’est la traduction de textes qui m’a beaucoup inspiré. Etant dans ce département de la recherche, mon attraction a été celle du domaine de la compréhension de textes. car de nombreux apprenants font face à cette difficulté, au collège, au lycée ainsi qu’à l’Université c’est le même problème.

En effet, étudiante avertie et suivant le parcours, j’ai eu des propositions de cours dans certains collèges. J’ai donc commencé par donner des cours à domicile et quelle ne fut pas ma surprise, les apprenants rencontraient vraiment d’énormes difficultés qu’à la traduction de texte (français-espagnol). Le souci des apprenants se situaient au niveau de la connaissance des notions de bases en traduction. Notamment, la compréhension de texte, la traduction contextuelle, littérale etc. Face à cela, je me suis mise alors de prime à bord dans la tête d’un bon enseignant. Car mon objectif principal était de les emmener à connaitre les notions et éléments nécessaires avant de se mettre à traduire.

Pour ce faire, j’ai élaboré un plan d’attaque très simple, qui au départ paraissait anodin. Mais qui par la suite s’est avéré efficace. Les différentes classes que je tenais, chaque apprenant devait apprendre par coeur la conjugaison des verbes à tous les temps, ainsi que la concordance des temps, les verbes à diphtongue et surtout étudier des proverbes qu’ils devaient réciter individuellement, toutes les fois ou j’intervenais dans leurs salles comme à la maison pour certains. Cela fut très productif. Car au fur et à mesure, le constat fut tel qu’ils étaient enthousiastes à l’idée de me retrouver le plus souvent, chacun d’eux voulant montrant ce qu’il avait assimilé. A la base nous partions sur de simples principes, de phrases simples qu’ils devaient traduire en tenant compte du contexte, puis du vocabulaire. En traduisant chacun donnait une idée. Car le but était que tous soient participatifs du projet, si bien que lorsque je distribuais le texte la première consistait à ce que soit rappelé le procédé avant toute chose.

Alors, les interventions étaient toujours à point. Car dans l’amusement, je suis parvenue à leur apprendre à s’approprier le texte avant tout, en le lisant plusieurs fois, à le découper par virgules répéter les mots durs du texte, à connaitre les règles de grammaire de même que l’orthographe des mots. La traduction était un moment de partage. Car l’objectif était que chacun sorte de là, en ayant appris quelque chose. Et à la fin de nos séances, ils faisaient déjà une bonne traduction en s’appuyant sur les normes que je leur avais inculquées.

Cette expérience m’a moi-même servi. Car, cela n’a fait que renforcer mes acquis en traduction. Cela me permettait d’assister à des colloques sur la traduction organisés dans mon département . J’ai compris par exemple qu’il ne faut jamais mettre deux négations avant le verbe, ne pas faire dans le désordre, de bien contextualiser le texte. En enseignant à ces apprenants ces astuces sur la traduction, j’ai moi aussi appris davantage et appliquer toutes ces connaissances. Cela est susceptible demain d’aider dans le concours de traduction.

En résumé, la traduction reste un élément crucial pour tout apprenant qui prétend apprendre une langue étrangère ou passer un concours dans le domaine. Dans le parcours de LLCER c’est très important d’avoir de bonnes bases en traduction de textes. Car cela ouvre à plusieurs champs(traducteur, interprète). Maitriser aussi l’orthographe des mots, faciliterait la rédaction sans faute du texte traduit.

Les Réputations ou la caricature de l’autre

« La caricature est l’hommage que la médiocrité paie au génie. »

(Oscar Wilde)

Résumé

En Colombie, au début du XXe siècle, l’un des plus célèbres caricaturistes était Ricardo Rendón, qui a mis fin à ses jours à l’âge de 37 ans en 1931. C’est avec l’histoire de l’un de ses successeurs, Javier Mallarino, que Juan Gabriel Vásquez nous emmène une fois de plus au cœur de la société colombienne et de l’humanité.  

 Une caricature peut d’un seul coup, ébranler, blesser et vaincre les réputations les plus fortes et les plus établies. Elle peut renverser les gouvernements, tout en influençant l’opinion publique. C’est en tout cas ce que qu’essaie de nous montre l’auteur à travers son protagoniste Javier Mallarino. Caricaturiste de renommée, au point d’être devenu une institution nationale Javier Mallarino a su se forger une haute réputation. Mais à quel prix ? Quel est l’impact de son influence ? C’est l’une des choses que notre travail de recherche tentera de clarifier.

1. La réputation comme moyen de notoriété

Il existe bien des façon de définir le terme de réputation, du moins c’est bien ce que nous souligne Philippe Boistel lorsqu’il nous affirme : « Si la réputation a été considérée comme une des « Gold Research Priorities » du Marketing Science Institute en 2002, il faut reconnaître que la thématique reste difficile à traiter en raison de la profusion des sens attribués au concept ».

Vous trouverez ici son article complet: https://journals.openedition.org/communicationorganisation/4796

La réputation, est le thème central de l’œuvre au point d’en être le titre du roman. Juan Gabriel Vásquez parle de la fragilité d’une réputation dans le monde d’aujourd’hui. Quand on parle de réputation, il semble essentiel d’évoquer la notion d’identité, c’est-à-dire, de la façon dont notre propre réputation s’est forgée. Ainsi, les premières pages du roman soulignent la difficulté du protagoniste de Mallarino à créer sa notoriété. Dix ans durant lesquels, après avoir vécu dans l’anonymat, il s’est forgé une réputation en devenant célèbre grâces à la publication de ses caricatures quotidiennes. La réputation de Mallarino va lui permettre, par la suite, de jouir d’une certaine marginalité. Il se permettra, d’ailleurs, une forme de travail atypique puisqu’il n’entre pas dans un bureau pour y travailler toute la journée comme la plupart de ses homologues ; il travaille à la maison en toute liberté.

2. La réputation comme moyen de destruction.

Un autre aspect que le livre étudie et qui me semble essentiel est l’analyse de la réputation comme moyen de destruction. Pour développer cet aspect, je me suis appuyé sur le Estante literario qui nous précise que « l’information aujourd’hui se réplique exponentiellement dans le monde aussi facilement et rapidement qu’un virus ».. L’intérêt de cette situation, c’est qu’elle met le livre en perspective avec nos modes de vie actuels, plus précisément les réseaux sociaux actuels : « une photo que nous publions dans nos profils de réseaux sociaux ou quelque chose que nous commentons est littéralement accessible à tous et on peut littéralement en faire n’importe quoi ». La réputation de l’un peut détruire la réputation de l’autre, du moins c’est ce que ce travail semble nous confirmer.  

3. Le problème de la fiabilité d’une réputation.

En outre, un autre aspect soulevé par le roman est la fiabilité de la réputation. Ainsi, par exemple, après les événements d’Adolf et ses révélations effrayantes, la nouvelle réputation de Cuellar était prête : celle d’un violeur perverti. Cette idée s’est développée avec la caricature accusatrice et assumée de Mallarino. Mais quel est le fondement d’une réputation ? Sur quoi Mallarino se base-t-il réellement avant de produire cette caricature ? C’est la première fois dans le roman que l’auteur remet en question le bien-fondé des accusations. Une telle situation me peut aussitôt nous faire songer à une citation, celle d’un philosophe qui nous dit : « Il est plus facile de traiter avec sa mauvaise conscience qu’avec sa mauvaise réputation » (Friedrich Nietzsche, 1844 – 1900) https://citations.ouest-france.fr/citations-friedrich-nietzsche-611.html. Tout cela montre s’il est important ou non d’accorder la priorité à la fiabilité d’une réputation.

4. Le souci du maintien d’une réputation

Enfin, le roman aborde l’un des principaux problèmes posés par la réputation, celui de sa conservation. Ainsi, après avoir pris l’initiative de chercher la vérité, Mallarino sait qu’il y a un risque de perdre sa réputation et d’en créer une nouvelle, celle d’un meurtrier, un menteur qui aurait bénéficié de sa notoriété. L’idée de vouloir préserver sa réputation (et d’une certaine manière sa notoriété) va de pair avec l’idée de ne pas être oublié, ce qui, je pense, peut devenir une source de prétention. Le souci de préserver une réputation s’explique, à mon avis, par la crainte, la peur d’être oublié et de ne plus faire partie de la mémoire collective. Cette idée s’illustre par la grande présence de la mémoire qui est est un thème récurrent dans l’œuvre de Juan Gabriel Vásquez. D’ailleurs, dans le livre, la mémoire et sa capacité à réformer le présent, voire à déterminer le futur, définissent le comportement et les décisions des personnages.

5. Conclusion

On peut dire que dans Las Reputaciones, Juan Gabriel Vasquez revient à ses obsessions les plus intenses : le poids du passé, les échecs de la mémoire. Un roman qui se démarque également par la profondeur des thèmes qu’il aborde telle que l’importance de l’opinion dans nos sociétés. L’une des principales raisons de mon intérêt pour ce roman et s’illustre par la notion de réflexion. En d’autres termes, l’œuvre nous donne la possibilité de réfléchir sur nos faits, nos choix, à travers tous les personnages de l’œuvre. La proximité, le parallélisme de cette œuvre avec l’époque qui est la nôtre, obsédée par la peur de l’image, du souci de la réputation dans un mode ultra-digitalisé, est un choix audacieux de la part de l’auteur mais convaincant à tout point de vue.

la traduction audiovisuelle – définition ET compétences demandées

La traduction audiovisuelle correspond à la traduction d’un document vidéo à partir de l’utilisation d’un logiciel de traduction numérique. Au niveau de l’audiovisuel, la fonction du traducteur est de réaliser le doublage et les sous-titrages de films, de séries ou de documentaires. Le traducteur doit respecter plusieurs éléments techniques comme la synchronisation du texte avec l’audio du fichier vidéo ou alors la vitesse de déroulement des sous-titres.

Cependant, ce type de traduction requiert plusieurs étapes avant de terminer la traduction du document.

Tout d’abord, il est nécessaire de voir et écouter le document que l’on souhaite adapter dans une autre langue. C’est pourquoi le traducteur audiovisuel est souvent spécialisé dans la langue dans laquelle il devra traduire le document afin de respecter la syntaxe de la langue et adapter correctement la traduction du document vidéo.

Ensuite, le traducteur doit transcrire le dialogue rencontrés dans le fichier et l’ajouter dans un programme de traduction assistée par ordinateur. Pour cela, le traducteur doit être capable d’utiliser différents types de logiciels informatiques pour éditer des fichiers audio ou vidéos et doit maitriser le programme de traduction exploité afin de respecter les normes requises par le logiciel. Comme par exemple, le nombre de caractères autorisés dans un sous-titres et le temps à respecter entre l’apparition et la disparition du dialogue placé en bas de l’écran.

Pour terminer, le traducteur audiovisuel doit utiliser les mêmes compétences que les autres traducteurs en général, c’est-à-dire savoir comprendre un texte, un dialogue et l’adapter dans une autre langue dans un programme informatique ou dans un document vidéo.

Définir la traduction audiovisuelle et les étapes de sa conception permettent alors de déterminer l’utilisation de plusieurs compétences apprises au long de la licence Langues Traduction et Médiation Interculturelle et le Master Langues Littératures Civilisations Étrangères et Régional, Études hispaniques: Une maitrise approfondie de la langue étudié dans ces formations, une réflexivité linguistique pour comprendre, écouter, lire et écrire un document audio ou vidéo et la capacité à analyser des sources cinématographiques pour adapter la culture de la langue source du document vers la langue utilisée pour la traduction.

Liens utiles sur la traduction audiovisuelle et la formation de l’Institution de Traducteurs, d’interprètes et de relations internationales (ITIRI) de la ville de Strasbourg.

https://itiri.unistra.fr/masters-traduction/traduction-audiovisuelle/

http://www.onisep.fr/Ressources/Univers-Metier/Metiers/traducteur-interprete-traductrice-interprete

« Las Reputaciones o la caricatura del otro » Juan Gabriel Vasquéz (2014)

La caricatura es el tributo que la mediocridad paga al genio”.

(Oscar Wilde)

Resumen

En Colombia, a principios del siglo XX, uno de los más famosos fue Ricardo Rendón, que terminó su vida cuando tenía apenas 37 años en 1931. Es con la historia de uno de sus sucesores, Javier Mallarino, que Juan Gabriel Vásquez nos lleva una vez más al corazón de la sociedad colombiana y al corazón de la humanidad.

De un solo golpe, puede sacudir, herir y derrotar a las reputaciones más fuertes y establecidas, puede derrotar a los gobiernos, influir en las decisiones políticas simplemente con una hoja de papel en blanco y un poco de tinta. Javier Mallarino tiene ese poder, y lo conoce, e incluso se ha convertido en una institución nacional, pero ¿a qué precio? ¿Cuál es el impacto de su influencia? Este es una de las cosas que nuestro trabajo de investigación intentará aclarar.

1. Las reputaciones como medio de notoriedad

La reputación: es, digamos, el tema central de la obra y a quien se le debe el nombre de la novela. Juan Gabriel Vásquez discute lo frágil que es la reputación en un mundo como el actual.Cuando hablamos de reputación, me parece esencial mencionar su identidad, cómo se forja nuestra propia reputaciónAsí, las primeras páginas de la novela ponen de relieve la dificultad que tuvo el protagonista Mallarino para crear su notoriedad. Diez años en los que, después de haber vivido en el anonimato, se forjó una reputación y se hizo famoso a razón de una caricatura al día. La reputación de Mallarino le permite disfrutar de una cierta marginalidad, se permite una forma atípica de trabajo, no entra en una oficina todo el día como los demás, trabaja en casa con total libertad.

2. La reputación como medio de destrucción.

Otro aspecto que el libro estudia y que me parece esencial es el estudio de la reputación como medio de destrucción. Para desarollar este aspecto, me apoyé en el Estante literario quién me precisa la información hoy en día se replica exponencialmente en el mundo y se fragmente y se riega tan fácil y rápido como un virus”. Lo que me parecía muy interesante con esta cita, es que pone el libro con nuestra actualidad y más precisamente las redes sociales Una foto que publicamos en nuestros perfiles de redes sociales o algo que comentemos son accesibles literalmente a todo el mundo y puede hacerse con ella, literalmente, cualquier cosa”. La reputación de uno puede destruir la reputación del otro, al menos eso es lo que este trabajo me confirmó.

3. El problema de la fiabilidad de una reputación.

Además, otro aspecto planteado por la novela es la fiabilidad de la reputación. Así, por ejemplo, después de los acontecimientos sobre Adolfo y su espantosas revelaciones, la nueva reputación de Cuéllar estaba lista: la de un violador pervertido. Esta idea se desarrolló aún más con la caricatura denunciante de Mallarino. Sin embargo, ¿cuál es la base para construir una reputación? Entonces, ¿en qué se basa Mallarino para hacer esta caricatura? ¿Qué sabía concretamente sobre el caso?Es la primera vez en la novela que el autor cuestiona el fundamento de las acusaciones. Una tal situación me hace pensar a una citación : ”Es más fácil tratar con tu mala conciencia que con tu mala reputación” (Friedrich Nietzsche, 1844 – 1900). Todo eso pone de manifiesto la importancia o no de que se dé prioridad o no a la fiabilidad de una reputación.

4. La preocupación por mantener una reputación

Por último, la novela aborda uno de los principales problemas que plantea la reputación , la de su conservación. Así, tras la iniciativa de buscar la verdad, Mallarino sabe que existe el riesgo de perder su reputación y de que se cree una nueva, la de un asesino, un mentiroso que se habría beneficiado de su notoriedad. La idea de mantenerlo va de la mano con la idea de no ser olvidado, lo que creo que puede convertirse en una fuente de pretensión. La preocupación por preservar una reputación puede explicarse, en mi opinión, por el miedo a ser olvidado y a dejar de formar parte de la memoria colectiva. Esa idea se ilustra por el hecho que La memoria es un tema recurrente en la obra de Juan Gabriel VásquezEn el libro, la memoria y su capacidad de reformar el presente, e incluso de determinar el futuro, definen los comportamientos y decisiones de los personajes.

5. Conclusión

En definitiva, a la cuestión de saber cuál es el papel de la reputación Se puede decir que en Las Reputaciones, Juan Gabriel Vasquez vuelve sobre sus mas intensas obsesiones : el peso del pasado, los fallos de la memoria. Pero es también una novela sobre la importancia que tiene la opinión en nuestras sociedades. Lo que me interesó fue la noción de reflexión, es decir que la obra nos da la posibilidad reflexionar sobre nuestros hechos, nuestras elecciones, a través de todos los personajes de la obra. Creo también que esta obra se inscribe perfectamente en muestra época, obsesionada por el miedo de la imagen y de su reputación.

Fake news : comment les eviter ?

Nous sommes quotidiennement confrontés à de nouvelles informations. Lorsque nous n’allons pas les chercher nous-même, ce sont elles qui nous parviennent. L’accès à l’information fait partie intégrante de notre société que ce soit dans le domaine de la recherche ou de façon beaucoup plus large pour informer la population [..]. Ce travail est généralement admis comme étant celui des journalistes, mais depuis quelques années la donne a quelque peu changée. En cause : le libre accès à des informations non vérifiées postées en ligne. Dans cet océan de nouvelles, tout n’est pas toujours avéré et ces fausses informations, appelée « Fake News » outre-Atlantique, portent en France depuis Octobre 2018 le nom d’Infox. Alors que dans le monde près de 9 personnes sur 10 admettent avoir déjà cru à une fausse information il convient de savoir se prémunir contre ces infoxs. Voici donc quelques points permettant à chacun de pouvoir se défendre face à l’assaut effréné des « Fake News » qui tente de s’infiltrer et d’influencer nos décisions :

1] La prise de recul

L’objectif principal d’une infox est d’être partagée, et pour cela elle est souvent rédigée pour générer une réaction immédiate qui donne envie de la partager. L’auteur fait alors appel à nos émotions et bien souvent une prise de recul suffit à éviter de tomber dans la plupart des pièges tendus. En effet, nous avons plus tendance à confirmer nos idées préconçues plutôt que celles qui iraient dans un sens opposé. En sciences cognitives on appelle ça le biais de confirmation. Indépendamment de notre désir de croire ou non, il convient alors de se poser une simple question : Cette info n’est-elle pas trop belle pour être vraie ?

2] Une recherche google image

Lorsqu’une image nous semble fallacieuse, l’outil de recherche inversée de Google devient alors très utile. Pouvoir vérifier l’authenticité d’une image peut nous permettre de ne pas partager à notre tour une fausse information. Il existe pour cela plusieurs options que le site anglais Common Sens Education explique très bien et même si vous n’êtes pas à l’aise avec l’anglais ce n’est pas un problème, ce point parlant de visuel, l’essentiel est à l’image.

Explication en anglais par le site Common Sens Education

3] Les sites de Fact-Checking (vérification d’informations)

A l’heure ou les fausses informations fusent, ou les infoxs sont utilisées comme argument politique, des groupes d’irréductibles défenseurs de l’exactitude ont entrepris un projet fou : Rétablir la vérité. Et c’est ainsi que plusieurs outils ont vu le jour. Créés par les site d’informations les plus reconnus, ces pôles de justiciers de la véracité s’attelle chaque jour à démonter et à remettre en contexte toute fake news » susceptible de nous tromper. En France, on peut compter sur « Les Observateurs », « Les Decodeurs » et leur outil Le Decodex ou encore « CheckNews » du journal Libération. Pour les utilisateurs de Twitter, certains comptes ont fait du Fact-Checking une priorité, des comptes que je recommande vivement de suivre, comme par exemple : @FAKE_Investiga, @AfpFactuel ou encore @20minFakeOff.

Pour un étudiant en recherche, la vérification d’information fait partie intégrante de la formation, mais ce qui est pour nous un réflexe ne l’est peut-être pas pour tout le monde. Partant du postulat que savoir, c’est pouvoir il est aujourd’hui plus que jamais important d’être capable de se prémunir contre ceux qui chercheraient à nous manipuler que ce soit à des fins économiques comme politique. Restez (bien) informés!

Nos compétences au service de la communication

Il est parfois difficile de savoir comment utiliser en dehors du cadre universitaire les compétences et savoir acquis lors de nos études. Il arrive même que dans certaines périodes de doutes on ne parvienne pas à trouver un sens et une finalité à nos études. Combien se sont un jour demandé ce à quoi pouvait servir tel ou tel cours ? Et bien il arrive parfois que les réponses à nos questions nous parviennent tout à fait par hasard et que l’on découvre une toute autre utilité aux compétences et savoir acquis. J’ai ainsi découvert que nous avions développé au cours de ces années d’études, des compétences rédactionnelles et relationnelles qui peuvent être exploitées dans le cadre de la communication.

J’ai personnellement pu utiliser ces compétences auprès de mon jeune frère. Ce dernier est sportif de haut niveau et sa carrière ne dépend pas seulement de performances et résultats sportifs mais aussi de la communication. En effet, la communication est un élément clé de la réussite car elle permet d’attirer des sponsors. Dans le sport de haut niveau les sponsors sont extrêmement importants, ils permettent la mise en place d’un environnement sain et financièrement stable permettant le bon déroulement d’une saison de compétition. C’est dans ce cadre que les compétences que j’ai acquise lors de mes études m’ont été particulièrement utiles.
Afin de gérer la communication de mon frère, j’ai tout d’abord dû échanger avec les différents sponsors via courrier électronique ou entretien audio visuel. C’est ainsi que mes compétences en traduction ont été sollicitées non seulement afin de communiquer en Anglais avec des sponsors internationaux mais aussi afin d’adapter mon discours aux personnes avec qui j’échangeais. J’ai aussi réalisé un press-book afin de communiquer de façon plus simple et ludique sur les différents aspects de la carrière sportive de mon frère.

A l’ère des réseaux sociaux, les sponsors s’attardent de plus en plus sur la visibilité du sportif (nombre de followers, de vues, de likes), il est donc important d’animer de façon professionnelle son écosystème digital, non seulement pour attirer de nouveaux sponsors mais également pour maintenir de bonnes relations avec les sponsors déjà existants. J’ai ainsi pu, augmenter la visibilité des posts sur les différents réseaux sociaux en rédigeant en Français et en Anglais afin d’atteindre une audience plus large. Il est important de maintenir un rythme de publication assez soutenu pour ne pas perdre en visibilité. Les compétences organisationnelles acquises lors de mes études m’ont été d’une grande utilité pour cela.

Le but de mon propos n’est pas d’expliquer en quoi consiste la communication mais de remarquer qu’il est possible d’exploiter nos compétences dans un but différent de celui que l’on envisage en premier. Les différents cours de traduction ne m’ont pas seulement permis d’améliorer mon anglais mais ils m’ont aussi appris à m’adapter à un contexte et une audience. Tout comme les différents exposés et exercices oraux m’ont permis de développer ma confiance en moi afin d’être capable d’échanger de façon claire et courante dans une langue qui n’est pas la mienne. Ce sont ces compétences acquises grâce aux différentes expériences, qui accompagnent nos années étudiantes et enrichissent nos parcours . Celles-ci permettent d’envisager différents avenirs adaptés à nos besoins et attentes.

L’utilisation des Humanités Numériques au sein du domaine universitaire

Le « Manifeste des Digital humanities« , définit les humanités numériques comme « une transdiscipline, porteuse des méthodes, des dispositifs et des perspectives heuristiques liés au numérique dans le domaine des Sciences humaines et sociales ».

Il y a plusieurs années, l’utilisation et l’utilité des humanités numériques au sein du milieu universitaire pouvaient paraître moins essentielle que d’autres disciplines, mais, de nos jours, la recherche et l’exploitation de sources et des fichiers électroniques sont devenues des actions « naturelles ».

En effet, les bibliothèques numériques deviennent tout aussi importantes que les bibliothèques physiques grâce à la numérisation massive de nombreux ouvrages, d’articles scientifiques, etc.

Les conséquences de cette numérisation ont eu un impact sur le milieu de la recherche, et plus particulièrement dans le domaine des Sciences humaines et sociales. En effet, les humanités numériques ont apporté une perspective de travail différente car elles permettent d’accéder plus facilement à certains ouvrages ou articles. L’utilisation des humanités numériques dans le cadre d’un travail de recherche est devenue quasi essentielle car elles favorisent également les échanges trans-disciplinaires entre l’informatique et les sciences humaines et également entre l’utilisateur et l’outil informatique. Pour ma part, les humanités numériques ont joué un rôle clé dans le cadre de mon travail de recherche en première année de Master car j’ai pu appuyer mes recherches sur de nombreux ouvrages et articles scientifiques trouvés en ligne. Par exemple, l’utilisation de “Jstor”, un système d’archivage en ligne d’articles scientifiques et de publications universitaires m’a permis d’exploiter énormément de ressources en ligne, et ainsi de faciliter mon travail de recherche. De plus, l’an passé, nous avons également appris à nous servir de l’outil informatique “Zotero”, un logiciel informatique permettant de réaliser une bibliographie en fonction d’un style de présentation bibliographique déterminé.

Progressivement, l’utilisation des humanités numériques au sein du milieu universitaire se propage, et à mon sens, les humanités numériques sont devenues une nouvelle forme d’archivage des sources, de gestion, de diffusion, et d’exploitation, c’est pourquoi l’intégration de cette transdiscipline dans le milieu universitaire devient essentielle.

How to develop a critical mindset

« Critical thinking is a desire to seek, patience to doubt, fondness to meditate, slowness to assert, readiness to consider, carefulness to dispose and set in order; and hatred for every kind of imposture. »Francis Bacon, philosopher

Having a critical mindset seems like a rather abstract notion. Indeed, we all have a critical mindset, more or less developed at a certain age. 

First, what is critical thinking? 

It is a clear and reflective thinking on something you are either studying or something you have learned. It usually is associated with the question tag « why? » and challenges the fact in itself instead of blatantly accepting it. 

At school, having a critical eye is essentiel. Something I have noticed is that usually during the first years of school, especially primary school, having a critical mind doesn’t seem a key part of the work, as you are expected to learn new things and not especially criticize them right away. But as you grow older and especially after high school you start to be used to criticizing. Being in college means no matter what work you are working on you have at some point to criticize what you are dealing with. 

There are a number of professions where having a critical mindset is essential but as scholars and especially dealing with literature, you cannot skip this step. 

Periods of time when you start developing a critical mindset 
  1. Primary school: children learn new things everyday and in primary school the emphasis is put on encouraging creativity because learning whilst playing entertain children 
  2. Secondary school: it introduces the concept of independence with more open-ended questions. Debates are also introduced especially in high school to confront the different critical mindsets 
  3. College: during these years, having a critical mindset is essential, you are always judged according to whether or not you give your opinion on a piece of work 
  4. Work experience: working constantly triggers your critical mindset

Don’t forget that you can always work on your critical mindset and that not everything is acquired so you need to keep practicing. 

stage: APPROCHE ET EXPLORATION DES ARCHIVES DU CRLA-ARCHIVOS: numerisation des fonds corTazar et jacques gilard

STAGE DE NUMÉRISATION DE FONDS D’ARCHIVES AU CRLA-ARCHIVOS: FONDS CORTAZAR ET JACQUES GILARD

Le stage: une période de formation pratique en entreprise, complémentaire aux études théoriques est une phase importante en deuxième année de Master dans notre parcours LLCER. Nous avons fait le choix du laboratoire de littérature CRLA- ARCHIVOS tant particulièrement pour son travail de conservation et d’éditions de fonds d’écrivains. D’ailleurs, ce qui nous semble en lien avec la thématique (Archives, Mémoire et Écritures) de notre Master. Ce stage nous permet de nous familiariser davantage avec le versant archives des œuvres déjà éditées via le thème : Approche et exploration: numérisation des fonds Cortazar et Jacques GILARD.

La numérisation est une conversion d’un signal analogique en un signal numérique.

LES OBJECTIFS DE LA NUMÉRISATION DES ARCHIVES

Ce procédé électronique visant à reproduire un document papier sur un support informatique a pour principales fonctions:

  • la préservation des documents de toute détérioration ou perte
  • la valorisation d’un fonds documentaire comme celui de Cortazar ou de Jacques Gilard afin de le rendre ludique, joli et attrayant pour les utilisateurs
  • l’incitation à la recherche: la numérisation offre la possibilité d’effectuer des recherches dans des catalogues aussi bien locaux que lointains. Elle facilite et rend plus efficace la recherche pour les conservateurs, le étudiants, les chercheurs…
  • l’accessibilité aux documents en permettant au public d’en faire usage sans risques de les détériorer.
  • la facilité des échanges informatiques à distance
  • l’amélioration de la visibilité et lisibilité des documents; le cas des documents déjà défraichis et tachés voire carrément illisibles.
  • la reproduction afin de réaliser des copies de l’information déjà numérisée en utilisant soit le format de stockage, soit un autre format numérique sans perdre de qualité.

Tous ces avantages énumérés traduisent l’importance de la conservation des manuscrits, des documents quelle que soit leur nature en les numérisant ou en les informatisant. Cela nous permet, quant à leur conservation de gagner en espace, de mieux les protéger durablement et les rendre accessibles à tous. Cette vidéo peut nous en dire plus:

QUELQUES ÉTAPES DE LA NUMÉRISATION

Un certain nombre de principes peuvent être définis partant tant sur les moyens à mettre en place, que pour les résultats attendus pour des critères de qualité minimaux. Les étapes peuvent être entre autre: la sélection des documents à numériser,, le scan des documents et import des données, la classification des données, l’indexation et la mise en ligne

LES COMPETENCES ACQUISES DU STAGE

La numérisation qui était notre activité principale a été beaucoup enrichissante pour nous, comme savoir-faire, à pouvoir

  • utiliser un tableur, un scanner ou un numériseur
  • indexer un document
  • créer la cote d’un document pour le numériser
  • contrôler la qualité des images obtenues
  • classer les documents d’un fonds d’archives
  • contrôler le transfert des données avant leur intégration dans une solution d’archivage ( SME, GED…)
  • veiller au format de numérisation.

Et comme savoir- être, cette expérience nous a inculqué:

  • la rigueur
  • la ponctualité
  • l’adaptabilité au changement
  • le respect des instructions
  • l’autonomie
  • le travail en équipe

QUELQUES GRANDS PROGRAMMES DE NUMÉRISATION

Nous pouvons en retenir en autres:

  • Internet archives
  • le gramophone virtuel
  • Google books
  • Interface de consultation
  • gallica
  • projet numdam de la cellule math doc

Ce stage de numérisation nous a énormément servi par son caractère instructif et son apport dans la pérennisation et diffusion du savoir pour les étudiants, les chercheurs et spécialistes en facilitant non seulement le traitement et le stockage des informations mais également en offrant une qualité de transmission incomparable.

« Tout le monde s’en va » de Wendy Guerra: une fenêtre sur le Cuba des années 80.

Ce billet est une traduction de : « Todos se van de Wendy Guerra: una ventana sobre Cuba en los años 1980″. La traduction se veut la plus proche possible du texte espagnol cependant, la syntaxe des deux langues étant différente, il est possible que la formulation des idées ainsi que les représentations mentales qu’elles peuvent donner aux lecteurs changent.

Ne possédant pas le livre en français, je vais traduire les citations en essayant de ne pas dénaturer ce que l’auteure a voulu dire.

Sommaire

Introduction

Tout le monde s’en va mais pas Nieve, elle reste à Cuba et vit à Cienfuegos; du haut de ses huit ans, elle écrit des journaux intimes. Ces journaux sont ceux que l’on trouve dans Tout le monde s’en va. A travers la vie de l’auteure, nous verrons que ce roman, basé sur des faits réels est une fenêtre sur le Cuba des années 80 et ainsi, sur la dictature de Fidel Castro qui dura de 1976 à 2008.

Carte nous indiquant la position de Cienfuegos.

I/. Un roman basé sur les expériences de son auteure

a. Sa vie comme influence

Portrait de Wendy Guerra.
Source: site web d’Anagrama.

Tout le monde s’en va est l’un des romans de Wendy Guerra, née en 1970 à La Havane, c’est une auteure cubaine contemporaine. Peu après sa naissance, sa famille décide de déménager et de s’installer dans un petit village; Cienfuegos. Elle commence à écrire des poèmes à 17 ans, puis se lance ensuite dans les journaux intimes. Tout le monde s’en va est publié en 2006 et va être traduit dans différentes langues telles que le français ou l’anglais; nous pouvons donc l’acheter dans des nombreux pays mais pas à Cuba, qui est pourtant le pays d’origine de l’auteure, car considéré comme subversif. Le roman a inspiré le cinéma puisqu’en 2013, Sergio Cabrera, a réalisé un film homonyme.

Wendy Guerra est une auteure qui aime son pays et qui souhaite représenter la nationalité cubaine:

  • grâce à la population qu’elle décrit dans son roman.
  • grâce à sa propre intimité.

Dans Tout le monde s’en van, roman dont l’intrigue se déroule à Cienfuegos et à La Havane, les journaux intimes qu’écrit Nieve sont totalement inspirés de ceux qu’écrivait Wendy Guerra dans sa jeunesse; c’est-à-dire que les journaux de Nieve sont la réécriture et la fictionalisation de ceux de Wendy; Wendy et Nieve constituent donc à mes yeux une seule et même personne vivant aux mêmes endroits et écrivant pour ne pas oublier.

b. La répercussion dans l’oeuvre

Couverture de « Tout le monde s’en va », de Wendy Guerra (2014); édition « Anagrama ».
Source: site web d’Anagrama.

Pour écrire cette oeuvre, Wendy Guerra s’inspire de ce qu’elle connait. Tout au long de la lecture, nous faisons face à des arguments d’autorités, c’est-à-dire, des incidences reflétant la réalité. Ainsi, nous pouvons voir clairement le machisme de la société des années 1980 quand, par exemple :

  • Nieve montre que les hommes n’acceptent pas les femmes dans certains lieux. Ils ne veulent pas se mélanger ni partager des savoirs avec elles sous prétexte qu’ils ne partagent pas les mêmes valeurs: à savoir le courage et la force (Guerra, Wendy 2017: 128).
  • les hommes veulent contrôler la vie des femmes, en leur interdisant d’effectuer des actes de la vie quotidienne; Nieve ne veut pas de cette vie là, elle ne veut pas être la marionnette d’une homme peut importe qu’il soit son père ou son mari (Guerra, Wendy 2017: 128).

II/. Une fenêtre sur le régime établi

Le roman débute en 1978, Nieve a huit ans; lorsqu’il se termine en 1990, elle en a 20. Pendant tout se temps, le régime en vigueur est celui de Fidel Castro. Il est en place de 1976 jusque 2008 et peut être considéré comme une dictature; le roman nous décrit un régime autoritaire qui contrôle sa population en lui donnant des ordres indiscutables: « Je n’ai pas faim mais il faut y aller. C’est un régime militaire. Il faut obéir aux ordres » (Guerra, Wendy 2017: 142). Ce régime a un impact très fort sur sa population et tous ces ordres et restrictions font que les citoyens partent de Cuba, fait qui nous renvoie directement au titre prémonitoire de l’oeuvre.

Ainsi, le régime castriste souhaite contrôler tout ce qui touche à la population, c’est-à-dire:

  • l’éducation: les enfants doivent écrire un communiquer avec des phrases données, prédéterminées, elles sont donc pensées par le régime: « Le miracle de la révolution » ou « Patrie ou mort, nous vaincrons » (Guerra, Wendy 2017: 67).
  • les moyens de communication; la radio est censurée, il n’est pas permis de diffuser plus de deux chansons en anglais par jour et il existe une liste noire de chanteurs (Guerra, Wendy 2017: 133, 149 y 150).
  • les lieux de rencontre; le régime fait fermer des lieux d’échanges pour que la population ne puisse pas se réunir et comploter contre lui (Guerra, Wendy 2017: 215).
  • l’art; les livres sont surveillés et certains sont interdits (Guerra, Wendy 2017: 157).
  • l’immigration; le régime ne souhaite pas que les étrangers restent dans le pays, et, il existe une haine contre les américains « Ici être américain c’est pire que d’être lépreux » (Guerra, Wendy 2017: 130).

Mon ressenti

C’est un livre que j’ai beaucoup aimé; il m’a un peu fait découvrir Cuba, pays que je ne connais pas du tout. Le sujet abordé est un sujet que nous connaissons tous je pense, cependant, nous le voyons ici depuis l’intérieur, depuis la population; c’est un point de vue très intéressant.

Lire ce livre m’a permis via la compréhension du texte et l’apprentissage de nouveaux mots d’améliorer mon espagnol. Il m’a aussi permis de découvrir une nouvelle auteure cubaine et je liraistrès certainement d’autres de ses livres.

Bibliographie

Anagrama (s/a): “Todos se van” [en ligne]. Disponible sur: https://www.anagramaed.es/libro/narrativas-hispanicas/todos-se-van/9788433997821/NH_534 [consulté le: 30 de noviembre de 2019].

Guerra, Wendy (2017): Todos se van. Barcelona: Anagrama.

« Todos se van » de Wendy Guerra: una ventana sobre Cuba en los años 1980

Índice

Introducción

Todos se van pero Nieve no; Nieve sigue permaneciendo en Cuba, vive en Cienfuegos y de la cumbre de sus ocho años escribe diarios íntimos. Esos diarios son los que encontramos en Todos se van. A través del recorrido de la vida de la autora, voy a mostrar que esta novela, basada en hechos reales, es una ventana sobre Cuba en los años 1980, y así sobre la dictadura de Fidel Castro que duró de 1976 hasta 2008.

Mapa que nos indica la localización de Cienfuegos.

I/. Una novela basada en las experiencias de su autor

a. Su vida como influencia

Retrato de Wendy Guerra.
Fuente: sitio web de Anagrama.

Todos se van es una de las novelas de Wendy Guerra, una autora cubana contemporánea, nació en La Habana en 1970. Poco tiempo después de su nacimiento, su familia decide instalarse en un pequeño pueblo: Cienfuegos. Empezó a escribir a los diecisiete años con poemas y después con diarios. Todos se van, obra publicada en 2006, va a ser traducida en varias lenguas como el inglés y el francés, así se puede encontrarla en varios países pero no en Cuba, país de origen de la autora, por ser considerada como subversiva. La novela ha inspirado al cine, ya que en 2013 Sergio Cabrera hecho una película homónima.

Wendy Guerra es una autora que ama a su país y que quiere representar la nacionalidad cubana a partir de:

  • los cubanos que describe en sus obras
  • su propia intimidad.

En Todos se van, novela que se desarrolla parte en Cienfuegos y parte en la Habana, los diarios que Nieve escribe son totalmente inspirados en los que escribía Wendy Guerra cuando era joven; es decir, los diarios de Nieve son la reescritura y la ficcionalización de los de Wendy; es como si Nieve y Wendy constituyeran una misma persona viviendo en los mismos pueblos, una persona que escribe diarios para no olvidar.

b. La repercursión en la obra

Cubierta de « Todos se van », de Wendy Guerra (2014); editorial « Anagrama ».
Fuente: sitio web de Anagrama.

Wendy Guerra se inspira en lo que conoce para escribir esta novela. A lo largo de la lectura, encontramos argumentos de autoridad, o dicho más simplemente, incidencias que remiten a la realidad. Se ve claramente a través del machismo de los hombres en esta sociedad de los años 1980, cuando, por ejemplo:

  • Nieve muestra que los hombres no aceptan en ciertos lugares a las mujeres, como si no quisieran mezclarse y compartir cosas de orden intelectual con ellas porque no comparten las mismas valores; al saber la valientía o la fuerza (Guerra, Wendy 2017: 128).
  • los hombres quieren ordenar la vida de las mujeres, prohibiéndolas actos de la vida diaria, cosa que Nieve no quiere en absoluto, no quiere ser el títere de un hombre, que sea padre o marido (Guerra, Wendy 2017: 128).

II/. Una ventana sobre el régimen establecido

La novela empieza en 1978 cuando Nieve tiene ocho años y se acaba en 1990 cuando tiene 20 años, durante todo este tiempo el régimen en vigor es el de Fidel Castro. Duró de 1976 hasta 2008 y se puede considerar una dictadura; en la novela está descrito como un régimen militar que controla a su población dándole órdenes indiscutibles: “No tengo hambre pero hay que ir. Esto es un régimen militar. Hay que obedecer las órdenes.” (Guerra, Wendy 2017: 142). Este régimen tiene un impacto muy fuerte en su población y todos esos órdenes y restricciones hacen que ella se fuese de Cuba; hecho que nos remite al título premonitorio de la obra.

Así, el régimen castrista quiere controlar todo lo que toca a su población, es decir:

  • la educación; los niños tienen que escribir un comunicado con frases dadas, predeterminadas, es decir pensadas por el régimen : « El milagro de la revolución” o “Patria o muerte, venceremos” (Guerra, Wendy 2017: 67).
  • los medios de comunicación; la radio es censurada, no se admite más de dos canciones en inglés al día y existe una lista negra de cantores (Guerra, Wendy 2017: 133, 149 y 150).
  • los lugares de encuentro; el régimen hace cerrar lugares de intercambio como para que la población no se reúna para tramar sobre él (Guerra, Wendy 2017: 215).
  • el arte; los libros son controlados y algunos prohibidos (Guerra, Wendy 2017: 157).
  • la inmigración; el régimen no quiere que los extranjeros se queden en el país ,y existe un odio por los americanos: “Aquí ser americano es peor que ser leproso.” (Guerra, Wendy 2017: 130).

Lo que pienso

Fue un libro que me gustó mucho; me introdujo a Cuba, un país que no conozco en absoluto. El tema que estamos discutiendo es uno de que todos conocemos, pero lo vemos aquí desde adentro, desde la gente; es un punto de vista muy interesante.

La lectura de este libro me ha permitido mejorar mi español a través de la comprensión del texto y el aprendizaje de nuevas palabras. También me permitió descubrir una nueva autora cubana y sin duda leería más de sus libros.

Bibliografía

Anagrama (s/a): “Todos se van” [en línea]. Disponible en: https://www.anagramaed.es/libro/narrativas-hispanicas/todos-se-van/9788433997821/NH_534 [consulta: 30 de noviembre de 2019].

Guerra, Wendy (2017): Todos se van. Barcelona: Anagrama.