Archives de catégorie : Compétences

Bénévolat au sein d’une association  POUR ENSEIGNER LE FRANÇAIS

« Une compétence se traduit par une capacité à combiner un ensemble de savoirs, savoir-faire et savoir-être en vue de réaliser une tâche ou une activité. Elle a toujours une finalité professionnelle. »

http://pedagogie.ac-guadeloupe.fr/files/File/bdivialle/2_1_document_accompagnement_pdf_82128.pdf

Tout au long de notre vie nous ne cessons d’acquérir de nouvelles compétences. Elles peuvent s’acquérir au cours d’une formation, au cours de nos études, lors de stages, ou au sein même de notre travail. Cet ensemble de compétences acquis permet donc à chacun de déterminer ce qu’il est, ce qu’il sait et ce qu’il sait faire.

C’est en déterminant nos compétences que l’on peut prendre conscience de ce que nous savons faire et ainsi déterminer ce que l’on veut faire. Les compétences acquises lors de nos années universitaires jouent ainsi un rôle majeur dans notre vie, mais il reste toutefois parfois difficile de les déterminer, c’est pourquoi un outil tel que le portfolio que nous avons réalisé cette année m’a pour ma part, grandement aidé à regrouper et à prendre conscience de toutes les compétences que j’avais pu acquérir au cours de ces années universitaires. J’ai pu ainsi également prendre conscience que ces compétences m’ont été bénéfiques lorsque j’ai débuté mon travail en tant que bénévole au sein d’une association. Ma mission consistait à accompagner de façon régulière un étranger non francophone désireux de mieux maîtriser la langue française à l’oral ou à l’écrit. La première compétence que j’ai pu mettre à profit au cours de cette expérience en tant que bénévole a été l’écoute active.

En effet, en tant que bénévole, il faut être en permanence à l’écoute des besoins des élèves, besoins exprimés ou non exprimés. La plupart des apprenants ont des difficultés à s’adapter au climat du pays, à s’adapter à un nouveau mode vie, et à apprendre la langue officielle du pays. Il est donc primordial d’être compréhensif et à l’écoute avec notre apprenant. Pour ma part, avant le début de chacun de mes cours, je questionnais mon apprenante sur sa semaine, sur son ressenti, son état d’esprit actuel. Une autre compétence qui m’a été utile lors de l’enseignement du français a été la capacité d’analyse de différents supports. En effet, lors de nos années universitaires, nous avons appris à analyser différents supports tels que les articles scientifiques, les films, les livres, etc. Cette capacité analytique m’a notamment servi lorsque je préparais les cours pour mon apprenante. En effet, j’ai dû m’appuyer sur différents supports, tels que des journaux télévisés, des textes, des articles de journaux, des lettres, que j’ai ensuite dû analyser afin de préparer une série de questions pertinentes à mon élève et afin lui expliquer en détails chaque document étudié. Pour terminer, une autre compétence qui m’a été très utile lors de cette mission a été la capacité de pouvoir passer du français à l’anglais. Cela a permis de faciliter l’échange avec mon apprenante. Les nombreux cours de traduction ainsi que les échanges en classe m’ont permis de développer ces compétences linguistiques et communicationnelles.

En effet, lors de mes premiers cours, j’ai eu beaucoup de mal à me faire comprendre par mon apprenante, et inversement. C’est donc pour faire face à ce problème que j’ai à certains moments privilégié l’utilisation de la langue anglaise.

Ces compétences acquises au cours de ces années universitaires ont donc pour ma part été bénéfiques en dehors du cadre universitaire. De manière générale, les compétences acquises à l’université, sont pour moi le socle d’une bonne intégration sociale et professionnelle.

Le paragraphe A.E.I : l’incontournable de l’argumentation

Image tirée du site : saintmartindheres.fr le 28 février 2020.

Alors que nos professeurs nous « reprochent parfois, souvent, ou même toujours de ne pas suffisamment développer nos idées », ces derniers prescrivent à leurs élèves et étudiants diverses méthodes argumentatives pour y remédier. Autrefois lycéen en économie et sciences sociales, je fus sensibilisé à cette formule dans le cadre de la rédaction d’un « commentaire composé » à l’épreuve d’économie du Baccalauréat. Cette méthode, réunissant un ensemble de capacités que nous développerons dans les paragraphes suivants, représente à elle seule une compétence à part entière : « argumenter ». Bien qu’argumenter semble commun aux yeux des élèves et étudiants de par son usage fréquent en classe, peut-on l’appréhender si aisément ? Y a-t-il un moyen d’éclaircir nos idées à travers l’usage d’un outil efficace ? Quelles sont les étapes du paragraphe A.E.I ?

L’affirmation

Le paragraphe A.E.I me permet de développer mon raisonnement de manière logique en un paragraphe structuré. La méthode en question préconise tout d’abord d’apporter en amorce de l’argument une affirmation, faisant allusion au « A » dans le sigle de la formule.

Exemple : Élue Premier Ministre britannique le 03 mai 1979, Margaret Thatcher s’apprêtait à devenir l’une des plus grandes personnalités politiques du Royaume-Uni.

L’affirmation me permet de présenter l’idée que je souhaite écrire de manière succincte. Le lecteur saisit ainsi le postulat engagé et peut être en mesure d’anticiper les lignes suivantes du paragraphe. Bien que l’affirmation me rende capable de résumer une déclaration en une phrase claire et concise, elle ne se suffit pas à elle même. L’affirmation doit être suivie d’une explication. Sans quoi, l’affirmation ne sert pas l’argument .

“Nier c’est encore affirmer.”

Alfred Capus

L’explication

L’explication représente la seconde étape du paragraphe structuré. Elle me permet de « donner des précisions » à mon sujet en détaillant par exemple « une description ou un mécanisme ». Je fais notamment en sorte à ce que le lecteur comprenne les termes et mots-clefs figurant dans la première partie de mon paragraphe qui peuvent paraitre pédants, ou a priori alambiqués. Le lecteur ne perd pas le fil de mon argument qui n’attend qu’à être illustré et en conséquence, jugé valide ou acceptable.

Exemple : Élue Premier Ministre britannique le 03 mai 1979, Margaret Thatcher s’apprêtait à devenir l’une des plus grandes personnalités politiques du Royaume-Uni. Alors qu’elle succède au candidat travailliste James Callaghan, Margaret Thatcher, occupant à son tour le 10 Downing Street, entend réformer le pays autour de lignes et projets de loi pouvant selon elle, enrayer le déclin national marqué par la crise économique et sociale de la fin des années 1970.

“Quand on ne sait pas, on ne se pose pas trop de questions, mais quand on commence à disposer d’un début d’explication, on veut à tout prix tout savoir, tout comprendre.”

Bernard Werber

L’illustration

Maillon essentiel de l’argumentation pour clôturer le paragraphe structuré, l’illustration me permet de « donner de la force » à mon explication, de prouver ce que j’avance. Le lecteur,  dans le cas où ce dernier ne semble pas avoir saisi le sens de mon explication, doit désormais comprendre ce que je désire démontrer. L’illustration est probablement la phase la plus importante du paragraphe argumenté car elle valide les prémisses de l’argument par le biais de citations, données statistiques, schémas etc.

Exemple : Élue Premier Ministre britannique le 03 mai 1979, Margaret Thatcher s’apprêtait à devenir l’une des plus grandes personnalités politiques du Royaume-Uni. Alors qu’elle succède au candidat travailliste James Callaghan, Margaret Thatcher, occupant à son tour le 10 Downing Street, entend réformer le pays autour de lignes et projets de loi pouvant selon elle, enrayer le déclin national marqué par la crise économique et sociale de la fin des années 1970. Margaret Thatcher offre la victoire au parti Conservateur avec 43,9% des voix contre 36,9% pour les travaillistes et permet à 339 conservateurs de siéger au parlement britannique, contre 269 pour l’opposition. Elle assurera le mandat de Premier Ministre le plus long de l’histoire du Royaume-Uni avec trois victoires consécutives (1979, 1983 et 1987).

« Les titres des tableaux ne sont pas des explications et les tableaux ne sont pas des illustrations des titres. »

René Magritte

Dans le domaine de la recherche, la méthode A.E.I semble essentielle dans la construction d’un argument, de surcroît lors de la réalisation d’un mémoire, ou plus spécifiquement, d’un commentaire, ou d’une dissertation. Le recours à la méthode A.E.I m’a notamment permis d’obtenir la note de 18/20 à mon épreuve d’économie au Baccalauréat. Alors que son efficacité semblait porter ses fruits, j’ai en conséquence décidé de faire de la formule A.E.I un leitmotiv indispensable de mes diverses rédactions universitaires.

Sources :

http://ww2.ac-poitiers.fr/ses/sites/ses/IMG/pdf/fiche_methode_-_realiser_des_ecrits_de_qualite-2.pdf

https://sesame.apses.org/index.php?option=com_content&view=article&id=169&Itemid=239

https://sites.google.com/site/sitedeketch/4-ap/6–le-paragraphe-aei

https://manuelweb.belin.education/ses-seconde/topics/ses2-fm-145-a_fiche-methode-2-construire-un-paragraphe-argumente

COMMENT FAIRE UNE NOTE DE SYNTHÈSE

Faire une note de synthèse d’une conférence, revient à dire, rendre compte du thème présenté par  le conférencier, et être capable de dire de manière claire tout en tenant compte des différentes étapes du déroulement de celle-ci.

Pour faire une bonne synthèse, il important pour nous se poser les questions suivantes :

-Quel  est le thème présenté par le conférencier.

-Où et quand a eu lieu cette  conférence.

-La conference le conférencier (nom, prénom et profession).

-Comment il a développé son thème.

-Quels sont les intervenants.

Cette démarche nous renvoie en tant qu’étudiants en Master de recherche à nos sorties de terrain, tout en nous permettant de  savoir rentre compte de nos recherches sur terrain. Mais aussi être capable d’exposer ces recherches de manière claire.

Exemple de note de synthèse

Titre de la conférence : L’EXPÉRIENCE DE MIGRATION EN CONTEXTE DE VIOLENCE GÉNÉRALE Où RACONTER DEVIENT IMPOSSIBLE

Conférence tenue par monsieur Guillaume Martin  le 17 Octobre 2019 à l’université de Poitiers, à la faculté des langues et  lettres  lors d’une journée d’études.

Monsieur Guillaume Mongeau Martin, médecin dans une clinique de réfugiés au Canada nous raconte son expérience avec des réfugiés venus d’Irak pendant le génocide de 2014, précisément le génocide du peuple Yazidis une communauté de ce pays.

Le conférencier a abordé plusieurs points ; L’expérience de migration, la thématique de la réussite, les difficultés et les défis.

L’expérience de migration  a permis de connaître les réalités vécues par les réfugiés en vue de leur apporter de l’aide nécessaire. Comme exemple le conférencier a  parlé d’une réfugiée qui répond au nom de Nadia Murad qui a été une esclave sexuelle.

Pour la thématique de réussir il est question de répondre aux attentes des réfugiés en leur permettant aussi de rentrer en contact avec leur famille. Réussir à créer un lien de fraternité avec ces réfugiés.

En ce qui concerne  les  difficultés il a mentionné le manque de soutien du gouvernement face aux besoins des réfugiés;  des maladies telles que le traumatisme sévère qui n’a pas de traitement.

Les défis à relever ne sont rien d’autre que de remédier aux difficultés qui se présentent dans ce camp de réfugiés.

En définitive nous pouvons noter que cette conférence a été très enrichissante avec l’intervention des uns et des autres, en plus elle nous a permis de connaitre les réalités des réfugiés dans des camps. Cependant le plus important à retenir nous en tant qu’étudiants en Master de chercher c’est la présentation c’est-à-dire  comment structurer le thème à présenter, comment se tenir devant un public et rendre de manière claire votre travail ou votre recherche.

comment choisir son sujet de memoire ?

Le deuxième cycle universitaire est marqué le plus souvent par l’amorce d’un exercice de réflexion à caractère méthodologique appelé : sujet de mémoire auquel l’étudiant est confronté. Dans l’UFR de langues, l’étudiant est appelé à faire le choix de son propre sujet sur lequel il fait des recherches pour donner son point de vue. Cette réflexion est sanctionnée en fin de compte par une soutenance de mémoire qui est un moment crucial, qui permet au candidat ou l’étudiant de mettre en évidence ces connaissances acquises sur le sujet. Mais, bien avant cet exercice oral, il est indéniable de souligner la première difficulté relative au choix du sujet à laquelle l’étudiant est confrontée par manque d’expérience et constitue même le point essentiel, le point de départ pour effectuer son travail. Définir son sujet de recherche peut être une tâche complexe pour tout étudiant novice dans le domaine de la recherche, vue l’immensité de l’objectif à atteindre. Même s’il n’existe pas réellement de critères spécifiques définis pour le choix d’un sujet de mémoire, il y a tout de même un ensemble d’éléments à considérer avant ou pendant le choix de celui-ci.

Ce présent travail traitera de mon expérience personnelle, à travers des conseils pratiques, des cours de méthodologie et d’autres disciplines de mon programme qui m’ont plus forgé, pour un début de recherche et de choix du sujet.

●Concept définitionnel du sujet de mémoire

Le sujet de mémoire est un thème spécifique sur lequel il convient de mener une réflexion profonde en vue d’apporter des réponses idoines à la problématique qu’il dégage.

●Le choix du sujet de mémoire

L’an dernier en master I, n’ayant jamais fait de mémoire, je me trouvais face à une nouvelle approche de notre formation, la soutenance d’un TER (Travail d’Etude et de Recherche). Choisir mon sujet de TER a été une étape difficile, car je n’avais aucune idée de ce sur quoi je voulais travailler. Le séminaire intitulé De la Résistance à la citoyenneté : les stratégies politiques des minorités en Amérique Latine dans lequel il était question de comprendre et de connaitre les processus et stratégies d’intégration et d’assimilation des minorités en Amérique Latine à savoir les mouvements féministes, les mouvements pour la diversité sexuelle, la question du droit pour tous ; au-delà des connaissances premières de ce séminaire, il nous a aussi permis d’appréhender les caractéristiques, les qualités d’un bon chercheur, en nous inculquant des notions de savoir-faire et de savoir-être dans la recherche ou pour le choix du sujet. Comme compétences d’une part, en terme de savoir-être, ce séminaire m’a instruit à être impartial, à avoir un esprit critique, être rigoureux, méthodologique. D’autre part comme savoir-faire, à être capable d’avoir un thème de recherche bien définis dans l’espace et dans le temps et qui suscite un intérêt particulier pour moi. Être chercheur ou faire le choix d’un sujet, c’est avoir aussi la capacité d’aller au-delà de ce qui est connu par le commun des mortels, c’est-à-dire avoir la volonté de dépassement.

Ce séminaire a été d’une grande utilité, les connaissances et compétences acquises lors de ce séminaire m’ont permis de définir mon sujet qui est : Personnalité et condition féminine dans la Tia Tula de Miguel de Unamuno. C’était en quelque sorte l’outil déclencheur de mon choix du sujet. Il m’a permis de comprendre que mon thème de recherche devrait s’inscrire dans l’un des trois axes d’études liés à ma formation : Littérature, Civilisation et linguistique regroupés sous le chapeau de : Archives, Mémoire et Ecritures.

Pour définir un sujet de mémoire, on peut aussi partir d’un thème global qui nous intéresse, d’une thématique abordée en cours qu’on souhaiterait développer ou travailler sur d’autres aspects non développés.

●L’originalité du sujet

L’originalité d’un sujet fait référence à la forme spécifique du sujet. Le sujet doit être lié à une problématique actuelle et applicable dans la résolution de mise en question d’une aire déterminée de connaissances. La particularité d’un sujet original est qu’il vise à produire de nouveaux résultats. Après avoir définir son sujet, l’étudiant se doit de le soumettre à l’appréciation de son encadreur. Celui-ci apportera des précisions qui détermineront la faisabilité dudit sujet. Ainsi pour faire un bon choix de sujet, l’étudiant se doit de prendre en compte les facteurs tels que définis précédemment.

●Le corpus

La qualité du mémoire dépend en grande partie du corpus sur le sujet. Après le choix du sujet il est important de constituer le corpus. C’est un ensemble de documents, articles, romans, livres, écrits sur le sujet de réflexion. La richesse du corpus détermine la qualité de la rédaction du mémoire.

●Les erreurs à éviter

-Ne pas choisir un thème trop vaste, savoir être précis et concis.

-Ne pas se laisser imposer un sujet pour lequel on n’a aucun intérêt.

-Ne pas choisir un sujet irréalisable dans le temps et l’espace.

-Eviter le plagiat, ne pas reprendre un sujet déjà traité.

-Ne pas choisir un sujet de recherche avec lequel nous avons des idées personnelles. Le sujet doit être d’ordre scientifique, le travail doit être objectif et non subjectif. Le chercheur doit être impartial, mettre ses idéologies de côté et avoir un esprit critique.

En définitive le choix du sujet de mémoire est une étape importante et déterminante pour faire une bonne rédaction de mémoire. Le choix du sujet doit respecter certains critères tels que l’originalité, la faisabilité, etc. Il convient donc à l’étudiant de prendre en compte ces éléments utiles avant de choisir son sujet.

LA TRADUCTION DE TEXTES et l’enseignement des langues

Le parcours LLCER regorge plusieurs matières fondamentales. En ce qui me concerne, c’est la traduction de textes qui m’a beaucoup inspiré. Etant dans ce département de la recherche, mon attraction a été celle du domaine de la compréhension de textes. car de nombreux apprenants font face à cette difficulté, au collège, au lycée ainsi qu’à l’Université c’est le même problème.

En effet, étudiante avertie et suivant le parcours, j’ai eu des propositions de cours dans certains collèges. J’ai donc commencé par donner des cours à domicile et quelle ne fut pas ma surprise, les apprenants rencontraient vraiment d’énormes difficultés qu’à la traduction de texte (français-espagnol). Le souci des apprenants se situaient au niveau de la connaissance des notions de bases en traduction. Notamment, la compréhension de texte, la traduction contextuelle, littérale etc. Face à cela, je me suis mise alors de prime à bord dans la tête d’un bon enseignant. Car mon objectif principal était de les emmener à connaitre les notions et éléments nécessaires avant de se mettre à traduire.

Pour ce faire, j’ai élaboré un plan d’attaque très simple, qui au départ paraissait anodin. Mais qui par la suite s’est avéré efficace. Les différentes classes que je tenais, chaque apprenant devait apprendre par coeur la conjugaison des verbes à tous les temps, ainsi que la concordance des temps, les verbes à diphtongue et surtout étudier des proverbes qu’ils devaient réciter individuellement, toutes les fois ou j’intervenais dans leurs salles comme à la maison pour certains. Cela fut très productif. Car au fur et à mesure, le constat fut tel qu’ils étaient enthousiastes à l’idée de me retrouver le plus souvent, chacun d’eux voulant montrant ce qu’il avait assimilé. A la base nous partions sur de simples principes, de phrases simples qu’ils devaient traduire en tenant compte du contexte, puis du vocabulaire. En traduisant chacun donnait une idée. Car le but était que tous soient participatifs du projet, si bien que lorsque je distribuais le texte la première consistait à ce que soit rappelé le procédé avant toute chose.

Alors, les interventions étaient toujours à point. Car dans l’amusement, je suis parvenue à leur apprendre à s’approprier le texte avant tout, en le lisant plusieurs fois, à le découper par virgules répéter les mots durs du texte, à connaitre les règles de grammaire de même que l’orthographe des mots. La traduction était un moment de partage. Car l’objectif était que chacun sorte de là, en ayant appris quelque chose. Et à la fin de nos séances, ils faisaient déjà une bonne traduction en s’appuyant sur les normes que je leur avais inculquées.

Cette expérience m’a moi-même servi. Car, cela n’a fait que renforcer mes acquis en traduction. Cela me permettait d’assister à des colloques sur la traduction organisés dans mon département . J’ai compris par exemple qu’il ne faut jamais mettre deux négations avant le verbe, ne pas faire dans le désordre, de bien contextualiser le texte. En enseignant à ces apprenants ces astuces sur la traduction, j’ai moi aussi appris davantage et appliquer toutes ces connaissances. Cela est susceptible demain d’aider dans le concours de traduction.

En résumé, la traduction reste un élément crucial pour tout apprenant qui prétend apprendre une langue étrangère ou passer un concours dans le domaine. Dans le parcours de LLCER c’est très important d’avoir de bonnes bases en traduction de textes. Car cela ouvre à plusieurs champs(traducteur, interprète). Maitriser aussi l’orthographe des mots, faciliterait la rédaction sans faute du texte traduit.

L’étude du harcèlement en classe d’espagnol au collège

Je suis professeure contractuelle d’espagnol dans un collège. Il est d’usage d’étudier le harcèlement en fin de 4ème ou début de 3ème pour sensibiliser les élèves au bon comportement à adopter s’ils sont victimes ou témoins de harcèlement.

Il ne s’agira pas ici de présenter une séquence (ensemble de plusieurs séances de la durée d’un cours) mais plutôt de mettre en valeur l’étude de certains documents.

Ce premier document est l’introduction de la séquence. Il permet aux élèves de s’exprimer à partir d’un document iconographique qui met en œuvre un vocabulaire déjà connu (description physique et des émotions, et lexique du milieu scolaire) et permet d’introduire les nouveaux mots de la séquence.

  • El acoso escolar = le harcèlement scolaire
  • Un cartel = une affiche
  • Una venda = un bandeau
  • Un testigo = un témoin
  • Un agresor = un agresseur
  • Una víctima = une victime
  • Falta de respeto = manque de respect
  • Burlarse de alguien = se moquer de quelqu’un
  • Señalar del dedo = montrer du doigt
  • Aislar = isoler
  • Maltratar = maltraiter
  • Golpear = frapper
  • Matar = tuer
  • Luchar = lutter
  • Ayudar = aider

La description d’un élève :

El documento es un cartel. Habla del acoso escolar. El título es Bulling, que en español se dice acoso y hay un eslogán que es : Quítate la venda. Vemos que la escena tiene lugar en un colegio porque hay alumnos que llevan mochilas.

Vemos a la izquierda a niños burlandose de otro niño que está en el centro del dibujo. Señalan del dedo al chico. Son los agresores.

Vemos a la derecha a niños con los ojos vendados. Son testigos del maltrato del chico en el centro.

Vemos que hay un niño en el centro. Nos está mirando. Vemos que está triste porque frunce el ceño. Es la víctima. Pide ayuda.

Matthias, 14 ans.

Il est d’usage de faire l’étude de 3-4 documents : un texte (article, extraits de roman, etc.), enregistrement audio, vidéo …

Pour terminer cette séquence, et après l’étude d’un texte sur le harcèlement en Espagne, nous avons travaillé sur la vidéo à suivre.

Ce dernier document permet de réviser et d’approfondir les notions étudiées tout au long de la séquence pour mieux les préparer aux évaluations finales (Expression écrite et Expression orale).

Expression écrite : 
Qu'est-ce que le harcèlement scolaire et qu'en pensez-vous ? 

Expression orale : 
Mise en scène de situation de harcèlement scolaire. 
Définition des différents harcèlements.

A la fin de cette séquence, les élèves sauront parler du harcèlement scolaire en espagnol. Et dans leurs vies de tout les jours, ils auront pris conscience des risques liés a cette pratique.

¡Vamos todos ! Une méthode éclectique

Dans le cadre de la validation du Master Professionnel Didactique des Langues à l’université de Poitiers, il est demandé aux étudiants de créer un outil pédagogique à expérimenter lors d’un stage pratique. Ce stage, je l’ai obtenu en tant que professeur d’espagnol dans un l’établissement scolaire français.

Les apprenants qui m’ont été confiés sont des adolescents entre 14 et 15 ans. En les accueillant, j’ai pu constater la grande difficulté qu’éprouvent ceux-ci au moment de parler dans une langue étrangère qu’ils ne maîtrisent pas. Le rôle essentiel de la pratique dans l’apprentissage d’une langue m’a poussée à essayer de créer des situations de communication propice au développement de la compétence de production orale en classe.

J’ai créé ¡Vamos todos ! pour eux. Mon manuel se veut un outil qui pourrait aider les élèves à acquérir des stratégies et des connaissances leur permettant de communiquer dans des situations et des contextes différents.

La construction de ce volume a débuté par un questionnement. Quels savoirs et savoir-faire doivent être transmis à mes apprenants ?

J’ai commencé par identifier leur motivation. L’une des deux principales motivations des élèves pour apprendre l’espagnol était le voyage en Espagne organisé tous les ans par l’établissement pour les élèves de troisième. Ils savaient qu’ils allaient dormir chez une famille d’accueil espagnole, alors ils souhaitaient les comprendre et communiquer avec eux. L’autre motivation était le sentiment de progresser, d’obtenir des notes qui récompenserait leurs efforts.

Ensuite, j’ai adapté une pédagogie en tenant compte non seulement du public mais aussi des conditions de travail propres de l’enseignement scolaire. Le premier axe de travail qui s’est imposé était l’interaction entre les apprenants et la communication orale en essayant de mettre en place des tâches plus propices à l’interactivité des élèves. C’est pour ces raisons que j’ai réalisé des séquences en utilisant une approche communicative et actionnelle.

Cependant, au cours de cette expérimentation, nous avons détecté des difficultés qui m’ont gêné, surtout dans la gestion de la classe et qui m’ont obligé à changer la méthodologie établie.

Tout d’abord, une classe de troisième se caractérise par des effectifs chargés de 23, de 27 et de 29 élèves respectivement. Les conséquences sur la prise de parole des élèves sont multiples : le temps de participation réduit, le risque de débordements et bavardages, le risque de répétition du même type de phrases qui entraîne la lassitude. Il est d’autant plus important alors d’établir des rites de participation et d’écoute dès le début de l’année.

Puis, lors des moments de communication orale, les élèves en difficulté se plaignaient de ne pas avoir de supports grammaticaux sous les yeux. Le fait d’avoir un support écrit leur apportait possiblement un sentiment de sécurité. Ils avaient besoin de prendre connaissance des nouvelles règles de grammaire. Ils avaient l’impression de maîtriser une partie du système linguistique. Cela les rassurait pour participer à l’oral. En plus, au moment du premier conseil de classe, les délégués m’ont demandé de réintroduire de la grammaire dans leur enseignement de façon explicite et démonstrative. Alors, face à cette demande, mon manuel adapte une méthode traditionnelle et met en place une page qui aborde les points grammaticaux en français. A ce sujet, j’ai dû privilégier la grammaire en favorisant moins les interactions orales. Néanmoins, le manuel conseille de réaliser l’explication explicite uniquement quand il y a une difficulté de perception sur des points grammaticaux. Parfois, la grammaire ne pouvait pas être tout le temps réemployée dans des situations de communication. L’expression orale, surtout en interactivité, est un travail de longue haleine où les habitudes et les stratégies de communication ont besoin de beaucoup de temps et de rigueur pour être mises en place. La difficulté, dans mon contexte d’enseignement était la contrainte temporelle car il y avait un programme à suivre.

Dans le but de motiver les apprenants et de leur créer un climat de confiance et par conséquent de les faire parler sans contrainte, j’ai diversifié mon enseignement pour bâtir le manuel.

Comment ?

Afin de répondre à un plus grand nombre de critères favorisant la réussite des élèves, j’ai emprunté à la méthodologie traditionnelle, active, directe, SGAV et aux approches communicatives et actionnelles quelques-uns des principes fondamentaux en réalisant des croisements méthodologiques. Selon Christian Puren, il s’agit d’un éclectisme méthodologique. Cette approche, se centre sur l’enseignant et sa capacité et liberté d’utiliser la méthode qui lui semble bonne et utile, selon les situations où il se sent à l’aise.

Par rapport à l’expérience vécue au cours du stage, l’idée est qu’au lieu de se limiter à une seule approche, l’enseignante aura l´avantage à adopter une approche éclectique, c’est-à-dire qu’elle emprunte le meilleur des différentes approches ou pédagogies. Ainsi, l’enseignant pourra gérer plus ou moins parfaitement une méthodologie qu’il n’a pas toujours eu la liberté de choisir. Grâce à l’utilisation de l’approche éclectique, l’enseignant sort du système limité et tend vers une diversification méthodologique. Le graphique ci-dessous propose la participation des méthodologies d’enseignement utilisées dans la méthode « ¡Vamos todos ! » collège LV2 en pourcentage.

Ainsi, l’objectif de la méthode ¡Vamos todos ! collège LV2, est de développer, acquérir et consolider les compétences pour une production en espagnol. Le manuel veut également permettre aux élèves, de prendre en main leur apprentissage, de développer des stratégies et des automatismes. A ce propos, j’ai voulu me concentrer sur l’apport de connaissances en introduisant des approches dynamiques dans lesquelles le savoir-faire des élèves est activé.

Ce travail réalisé à partir de ma première expérience professionnelle et stage au sein d’un collège français a été enrichissant. En effet, j’ai constaté que pour permettre aux élèves d’acquérir un excellent niveau en espagnol, il est nécessaire de faire preuve de rigueur, d’avoir des exigences assez élevées et de manière continue. Durant mon stage, j’ai pu observer la mise en place des différentes stratégies abordées à l’université. Même s’il est conseillé de développer principalement l’approche communicative et actionnelle ainsi que la méthodologie structuro-globale audiovisuelle, je me suis rendue compte que la méthode traditionnelle était efficace et nécessaire, comme l’a prouvé mon stage dans l’établissement. Pour obtenir de bons résultats en langue en milieu scolaire, je me suis rendue compte qu’il ne faut pas négliger les autres types de méthodologie.

Nos compétences au service de la communication

Il est parfois difficile de savoir comment utiliser en dehors du cadre universitaire les compétences et savoir acquis lors de nos études. Il arrive même que dans certaines périodes de doutes on ne parvienne pas à trouver un sens et une finalité à nos études. Combien se sont un jour demandé ce à quoi pouvait servir tel ou tel cours ? Et bien il arrive parfois que les réponses à nos questions nous parviennent tout à fait par hasard et que l’on découvre une toute autre utilité aux compétences et savoir acquis. J’ai ainsi découvert que nous avions développé au cours de ces années d’études, des compétences rédactionnelles et relationnelles qui peuvent être exploitées dans le cadre de la communication.

J’ai personnellement pu utiliser ces compétences auprès de mon jeune frère. Ce dernier est sportif de haut niveau et sa carrière ne dépend pas seulement de performances et résultats sportifs mais aussi de la communication. En effet, la communication est un élément clé de la réussite car elle permet d’attirer des sponsors. Dans le sport de haut niveau les sponsors sont extrêmement importants, ils permettent la mise en place d’un environnement sain et financièrement stable permettant le bon déroulement d’une saison de compétition. C’est dans ce cadre que les compétences que j’ai acquise lors de mes études m’ont été particulièrement utiles.
Afin de gérer la communication de mon frère, j’ai tout d’abord dû échanger avec les différents sponsors via courrier électronique ou entretien audio visuel. C’est ainsi que mes compétences en traduction ont été sollicitées non seulement afin de communiquer en Anglais avec des sponsors internationaux mais aussi afin d’adapter mon discours aux personnes avec qui j’échangeais. J’ai aussi réalisé un press-book afin de communiquer de façon plus simple et ludique sur les différents aspects de la carrière sportive de mon frère.

A l’ère des réseaux sociaux, les sponsors s’attardent de plus en plus sur la visibilité du sportif (nombre de followers, de vues, de likes), il est donc important d’animer de façon professionnelle son écosystème digital, non seulement pour attirer de nouveaux sponsors mais également pour maintenir de bonnes relations avec les sponsors déjà existants. J’ai ainsi pu, augmenter la visibilité des posts sur les différents réseaux sociaux en rédigeant en Français et en Anglais afin d’atteindre une audience plus large. Il est important de maintenir un rythme de publication assez soutenu pour ne pas perdre en visibilité. Les compétences organisationnelles acquises lors de mes études m’ont été d’une grande utilité pour cela.

Le but de mon propos n’est pas d’expliquer en quoi consiste la communication mais de remarquer qu’il est possible d’exploiter nos compétences dans un but différent de celui que l’on envisage en premier. Les différents cours de traduction ne m’ont pas seulement permis d’améliorer mon anglais mais ils m’ont aussi appris à m’adapter à un contexte et une audience. Tout comme les différents exposés et exercices oraux m’ont permis de développer ma confiance en moi afin d’être capable d’échanger de façon claire et courante dans une langue qui n’est pas la mienne. Ce sont ces compétences acquises grâce aux différentes expériences, qui accompagnent nos années étudiantes et enrichissent nos parcours . Celles-ci permettent d’envisager différents avenirs adaptés à nos besoins et attentes.

How to develop a critical mindset

« Critical thinking is a desire to seek, patience to doubt, fondness to meditate, slowness to assert, readiness to consider, carefulness to dispose and set in order; and hatred for every kind of imposture. »Francis Bacon, philosopher

Having a critical mindset seems like a rather abstract notion. Indeed, we all have a critical mindset, more or less developed at a certain age. 

First, what is critical thinking? 

It is a clear and reflective thinking on something you are either studying or something you have learned. It usually is associated with the question tag « why? » and challenges the fact in itself instead of blatantly accepting it. 

At school, having a critical eye is essentiel. Something I have noticed is that usually during the first years of school, especially primary school, having a critical mind doesn’t seem a key part of the work, as you are expected to learn new things and not especially criticize them right away. But as you grow older and especially after high school you start to be used to criticizing. Being in college means no matter what work you are working on you have at some point to criticize what you are dealing with. 

There are a number of professions where having a critical mindset is essential but as scholars and especially dealing with literature, you cannot skip this step. 

Periods of time when you start developing a critical mindset 
  1. Primary school: children learn new things everyday and in primary school the emphasis is put on encouraging creativity because learning whilst playing entertain children 
  2. Secondary school: it introduces the concept of independence with more open-ended questions. Debates are also introduced especially in high school to confront the different critical mindsets 
  3. College: during these years, having a critical mindset is essential, you are always judged according to whether or not you give your opinion on a piece of work 
  4. Work experience: working constantly triggers your critical mindset

Don’t forget that you can always work on your critical mindset and that not everything is acquired so you need to keep practicing. 

Experience de traduction à Amnesty International AlgErie

Les principes d’Amnesty

Quand j’étais en Algérie, j’étais membre d’Amnesty International Algérie qui est une ONG composée essentiellement de jeunes engagés pour la défense et la promotion des droits humains. Dans les ONG comme Amnesty, les mots jouent un rôle très important parce qu’ils servent à dénoncer, alerter, informer et faire pression. Donc, il est crucial de pouvoir atteindre toutes les cibles, partout dans le monde, qu’il s’agisse des autorités ou institutions à interpeller ou du public à informer et sensibiliser. En effet, dans chaque document qu’Amnesty produisait ou bien recevait, chaque mot et chaque formulation sont pesés. Il est bien entendu que même lorsqu’il s’agit de traduire, une interprétation même légèrement imprécise du texte source pourrait s’avérer très préjudiciable.

Mon expérience Personnelle:

Rejoindre Amnesty en tant qu’une étudiante en Anglais avec un socle de connaissance en langue Arabe déjà acquis au cours de mon parcours scolaire m’a permis de réaliser un premier projet directement lié à mon domaine d’étude. Ainsi, devenir une « militante traductrice bénévole » au sein de cette ONG m’a aidé à mettre en pratique mes connaissances tout en défendant une cause humaine .

La bougie de l’espoir

A travers cette expérience j’ai appris que parler couramment une langue n’est pas suffisant pour traduire car il faut avoir une connaissance approfondis des langues sources, c’est-à-dire des connaissances des langues à partir desquelles tu traduis. Pour traduire,  il est aussi nécessaire de connaitre les cultures et les coutumes liées à la langue en question. En effet, traduire vers la langue B me demander plus de recherches pour que je puisse repérer les jeux de mots, l’ironie, etc., et pour avoir un résultat satisfaisant.

Cet exercice était formateur vu qu’il faisait partie des taches d’un traducteur professionnel. Cependant, l’une des difficultés que j’ai rencontrées, c’était les délais limités qui devaient être respectés pour rendre les documents rédigés ou traduits. En effet, la flexibilité  n’était pas seulement par rapport aux horaires mais aussi dans la manière dont on aborde le travail. Ainsi, rendre sa traduction ou bien son texte rédigé dans les délais impartis était crucial. J’étais obligé de jongler entre les cours de l’université et les travaux de traduction bénévole. En revanche, mes travaux étaient révisés avant d’être transmis et je recevais souvent des commentaires constructifs de la part des réviseurs professionnels de l’ONG.

Etre membre d’Amnesty était aussi être un citoyen informé et engagé donc on devait se tenir informé de l’actualité et avoir une curiosité de ce qui se passe au niveau national et international. Ainsi, on était obligé de lire la presse quotidiennement  pour pouvoir développer son esprit critique et être capable de défendre sa cause humaine. L’ONG organisait souvent des sorties pour sensibiliser et dénoncer la violations des droits humains y compris la violence contre la femme, l’exploitation des enfants, des arrestations injustes des prisonniers nationaux ou internationaux. Durant ces sorties, on a appris à débattre sur des grands sujets de la société et sur tous les domaines.

Lire la presse quotidienne était aussi l’un des moyens les plus efficaces pour entretenir la langue, que ça soit pour l’oral ou pour l’écrit Donc, ceci me permettait d’enrichir mon vocabulaire et de conserver une orthographe et une syntaxe de qualité, ce qui était indispensables pour la traduction ou bien rédaction des textes. Ainsi, à travers cette expérience j’ai pu développer mes capacités rédactionnelles et linguistiques dans les quatres langues Tamazight, Arabe, Français et Anglais.

Durant cette expérience à Amnesty j’ai pu aussi prendre conscience d’un autre aspect important pour la vie professionnelle est celui de la capacité d’adaptation et l’esprit d’équipe. Cette ONG connaissait des changements constants , des fois des changements prévus et d’autres imprévus. En effet, il y avait des gens qui rejoignaient et d’autres qui quittaient sans un préavis et il était nécessaire de s’adapter à ces changements et garder l’esprit d’équipe. Cet esprit d’équipe est pu s’imposer parce qu’on privilégiait la réussite de tout le groupe plutôt que la réussite individuelle. Donc  on s’entraidait entre nous et on se conseillait les uns et les autres afin d’atteindre un objectif commun de l’organisation.

Certes, cette expérience de bénévolat m’a permis d’acquérir beaucoup de connaissances qui me seront utiles dans l’avenir professionnel. Bien qu’être militante traductrice bénévole  ait été compliqué au début, cette expérience a contribué à forger mon éthique professionnelle car elle présentait de nombreux avantages potentiels.

XML-TEI & littérature

Ici on va parler du XML-TEI un procédé de codage qui va permettre une meilleure analyse des textes et manuscrits pour les personnes initiés à ce langage. Pour celles et ceux qui ne savent ce qu’est le XML je vous renvoie au lien d’openclassrooms qui vous donnera un petit cours gratuit sur le sujet.

Le XML-TEI c’est quoi ?

La Text Encoding Initiative abrégée TEI c’est d’abord une communauté appartenant aux Humanités Numériques qui à pour objectif de définir un ensemble de règles et de recommandations pour l’encodage des documents textuels et leurs reproductions numériques . Ce type d’encodage va permettre de travailler sur un grand nombre de document textuels typiquement du manuscrit d’une oeuvre à son édition finale. Comme son nom l’indique son objet d’étude principal est le texte, mais grâce a son développement elle peut être appliquer à différent type de données numériques, audio, vidéo, image.

De plus comme il s’agit d’un langage informatique avec des balises normées, il est possible de les retrouver sur le site internet des Guidelines de la TEI.

Pourquoi utiliser la TEI?

Il est possible d’apporter plusieurs réponses à cette question.

D’abord, la TEI va d’avantage se concentrer sur le sens du texte plutôt qu’à son format, bien sûr un éditeur de texte standard ou un traitement de texte classique du type Open Office ou Microsoft Word, pourrait facilement vous retrouver toutes les occurrences d’un termes dans le texte, mais il est incapable de faire une recherche intelligente, dans laquelle il distinguerait les significations de deux homographes. Il fallait donc une solution, car il y a une grande différence entre la façon dont le chercheur réfléchi au texte et la façon dont le système automatisé le traite. En effet ce système va réduire à l’apparence des chaines de caractères ce qui est effectivement écrit. Ainsi un simple traitement de texte ne va pas faire de différence entre « La physique » et « Le physique » il va juste rencontrer deux occurrences du mot « physique ». Dans cet éditeur de texte nous pourrons modifier autant que nous le souhaitons la police, la couleur et toute autre valeur visuelle du texte en fonction de la signification. Dans la TEI il nous sera possible d’indiquer de manière fidèle, si le nom est masculin ou féminin, mais aussi il nous est possible d’indiquer si Paris est un nom de ville ou de personnes, si Camille est un personnage masculin ou féminin, mais aussi si un terme à telle ou telle origine, ou bien encore dans un corpus de texte si un personnage, un lieu apparaît dans plusieurs textes, il est donc possible de montrer aussi l’intertextualité.

Le second avantage serait la totale indépendance du système d’écriture. En effet avec la TEI il n’y a pas de question à se poser quant aux compatibilités entre les différents logiciels, mais aussi les systèmes d’exploitations. Le document sera toujours lisible partout. La réponse est la même si vous tentez d’ouvrir votre document des années après. Le document reste lisible partout et tout le temps, il n’y a aucune question à se poser pour le devenir de celui-ci. En effet le document TEI va prêter attention au texte sans s’occuper du logiciel pour le visualiser. Bien au contraire la TEI va représenter directement la pensée de son auteur. Par exemple il est possible d’identifier avec la TEI un titre de chanson, un extrait de discours, un passage en langue étrangère, en fonction de comment la chaîne de caractère va être identifier par le chercheur. Un autre avantage est que l’auteur – chercheur peut décider, dans une version imprimée, de visualisé le titre d’un article en Italique, mais dans une version numérique faire un renvoi vers le lien internet de ce dernier.

Aussi cette indépendance bien qu’elle soit cadrée par les Guidelines va permettre aux différents auteurs d’un même document de travailler ensemble dans un but commun. Chacun pourra donc travailler sur son propre domaine, il est possible d’admettre que un auteur travaille à l’encodage des personnages, un autre à celui des villes et que enfin un dernier s’occupe de la relecture, car ils vont tout les trois suivre les mêmes règles.

La TEI va aussi être essentielle pour l’analyse des manuscrits, en effet le chercheur va pouvoir représenter ce dernier numériquement, va pouvoir le mettre en face à face avec son fac-similé. Aussi il va pouvoir représenter la genèse de l’écriture, sa chronologie, montrer à quel moment apparaît chaque portion de texte, dire si une rature introduit une autre signification ou si il s’agit simplement d’une suppression. Le champs des possibilités est relativement grand un des meilleurs exemples serait certainement les dossiers de Bouvard et Pécuchet auxquels ont peut associer leur dossier en TEI disponible sur le Catalogue OAI.

Pour conclure

Le XML-TEI offre donc une visualisation de tout ce qui peut sembler important à propos d’un texte, un manuscrit, mais aussi un document audio ou vidéo, et pas seulement son apparence. l’identification des différentes entités et caractéristiques du document va permettre de nouvelles visualisations et de nouvelles perspectives d’analyses.

Top des difficultés pour s’exprimer en espagnol

Les difficultés de ce top sont pour certaines valables pour toutes les langues et d’autres le sont plus particulièrement en espagnol. Elles sont vraies pour un apprenant francophone même si elle peuvent, dans certains cas s’appliquer à d’autres.

1. Râler, se plaindre.

C’est bien connu les français sont râleurs, et même à l’étranger ils ont besoin de se plaindre, de faire sortir leur colère et leur frustration.

Exprimer sa colère ou son mécontentement est souvent difficile quand on doit le faire dans une autre langue que la sienne. Même avec une bonne maitrise de la langue il est difficile de rester crédible. En espagnol, les grossièretés ne correspondent pas littéralement à celle que nous avons en français et la façon de faire des injonction ou de réprimander quelqu’un est différente. Sans doute est-ce aussi lié à la culture, l’espagnol n’étant pas le même dans tous les endroits où on le parle car les influences culturelles sont très variées.

2. Les différences géographiques.

Comme nous venons de le dire, l’espagnol est parlé dans plusieurs pays, 21 exactement, répartis sur trois continents. Cette grande extension géographique implique des différences qui sont parfois difficiles à saisir quand on apprend la langue.

Comme le disent les deux chanteurs dans la vidéo, il est parfois difficile de saisir les nuances de la langue de Cervantes. Un mot peut être très commun dans un pays ou une région ou un pays et quasiment incompréhensible dans un autre. Il peut aussi prendre une signification très différente. Certains mots ont une connotation vulgaire ou sexuelle dans certains endroits alors qu’ils sont d’un emploi très courant dans d’autres. La prononciation varie aussi d’un pays à l’autre ce qui peut entraver la compréhension.

3. Le R « roulé »

Le R espagnol est l’une des plus grosses difficultés de prononciation pour le locuteur (avec la fricative dentale sourde /θ/, qui peut être évitée car elle n’est pas présente dans toutes les variantes de l’espagnol). Cette consonne vibrante simple alvéolaire sonore (qui peut aussi être multiple comme dans « perro ») n’étant pas présente en français métropolitain actuel elle est difficile à articuler les natif de cette langue.

« Tres tristes tigres tragan trigo en un trigal »

Ce virelangue populaire montre que, apposé à la consonne dentale occlusive sourde /t/, sa prononciation est d’autant plus compliquée. C’est aussi le cas quand il est proche de la consonne uvulaire fricative sourde /X/ comme dans « naranja ».

4. L’accentuation

L’accentuation des mots espagnols suit des règles bien précises. Les accents écrits (toujours aigus) , servent à indiquer un déplacement exceptionnel de l’accent tonique. L’accentuation connait trois types principaux :

  • Les mots oxytons sont accentués sur la dernière syllabe. Cela concerne les mots terminant par une consonne, sauf N et S. Ces dernières étant la mar.que du pluriel respectivement des substantifs et des verbes elles n’influencent pas directement l’accentuation des mots qu’elles terminent.
  • Les mots paroxytons sont ceux qui, terminés par une voyelle ou les marques du pluriel, portent l’accent tonique sur l’avant-dernière syllabe.
  • Les mots proparoxytons sont les seuls à toujours porter un accent écrit. Il se trouve sur l’antépénultième syllabe.

Au pluriel, l’accent reste à ça place. Ces règles connaissent deux grandes exceptions :

  • Il existe trois mots qui au pluriel connaissent un déplacement de l’accent tonique : régimen / regímenes, carácter / caracteres, espécimen / especímenes.
  • Les adverbes de manière qui sont formé d’un adjectif au féminin et du suffixe -mente portent une double accentuation : celle de l’adjectif et celle du suffixe.

5. La traduction.

Les variantes culturelles étant aussi marquées par la langue, et même si par exemple la France et l’Espagne sont des pays frontaliers il reste des concepts intraduisibles. Quand on vient à bien maitriser les deux langues on se retrouve parfois dans une situation où il nous est difficile d’exprimer une idée dans la langue de son interlocuteur car notre idée s’exprime mieux dans l’une ou l’autre langue.

L'espagnol possède par exemple deux verbes que l'on pourrait traduire par le verbe être français. Il est de ce fait difficile d'en discerner les usages, mais cela permet surtout de donner certaines nuances inexistantes en français.

Les adjectifs et pronoms démonstratifs sont dans un système ternaire en espagnol alors qu'en français il s'agit d'un système binaire ce qui encore une fois donne des nuances différentes à ce que l'on veut exprimer. 

Enfin, parfois il y a des mots qui n'existent pas dans une langue ou l'autre, ce qui rend l'exercice de traduction plutôt ardu.

Pour conclure cet article, nous pouvons dire que l’espagnol est une très belle langue qui permet d’exprimer d’autres choses que le français. C’est ici l’une des principales raison de notre satisfaction de maitriser ces deux langues.

L’interprétation

Au cours de ma formation à l’université de Poitiers, j’ai eu l’opportunité de suivre des cours d’interprétation. L’interprétation est une forme de traduction orale, souvent utilisée lors de conférences, de voyages d’affaire, de visites guidées, de procès… dont les différents membres ne parlent pas la même langue. Il existe deux types d’interprétation : l’interprétation simultanée et l’interprétation consécutive.

L’interprétation simultanée

L’interprétation simultanée consiste à traduire ce que dit le locuteur pendant qu’il parle. Souvent employée dans un contexte politique, par exemple à l’ONU, cette méthode d’interprétation permet aux interprètes, par le biais de matériel spécifique, de ne pas se gêner mutuellement, puisqu’ils retransmettent le discours traduit via des oreillettes.

Le processus d’interprétation pour l’Organisation des Nations Unies est assez complexe. Les interprètes sont assis dans des cabines fermées alignées tout autour de la pièce, ce qui leur donne un point de vue approprié pour voir et entendre au mieux les travaux et débats de la session. Pour la plupart des conférences des Nations Unies, il est de mise que les interprètes fournissent une traduction simultanée : ils écoutent et traduisent en même temps.

« Comment les interprètes de l’ONU manient les langues au quotidien », Dylan Lyons, babbel.com
Exemple d’Interprétation Simultanée, United States Court

L’interprétation consécutive

L’interprétation consécutive nécessite moins de moyens et ne requiert pas de matériel spécifique. L’interprète prend en notes ce que dit le locuteur pendant quelques minutes, puis le locuteur s’arrête pour laisser l’interprète traduire. Deux configurations sont possibles. Soit il y a un seul interprète qui traduit à voix haute pour toute l’assemblée, il se tient alors à côté du locuteur ; soit chaque personne dans l’assemblée a son propre interprète, qui traduit alors à voix basse pour ne pas gêner les autres (c’est ce qu’on appelle l’interprétation chuchotée).

Exemple d’Interprétation Consécutive, United States Courts

Mon expérience personnelle

J’ai suivi des cours d’interprétation consécutive en troisième année de licence LLCER (Langue, Littérature et Culture Étrangère ou Régionale) Anglais à l’université de Poitiers. Lors de ces cours, un enseignant (francophone) et un lecteur (anglophone) dialoguaient sur un sujet établi à l’avance pour nous permettre de le préparer. Ils parlaient pendant environ deux minutes, pendant lesquelles nous prenions des notes, puis s’arrêtaient et demandaient à un élève de restituer sa traduction du discours pour la classe. Chaque élève devait passer deux fois, une fois en thème (du français vers l’anglais) et une fois en version (de l’anglais vers le français). J’ai pu pendant ces cours relever certaines difficultés spécifiques à l’interprétation.

L’une des difficultés que l’on peut rencontrer dans cette discipline, c’est celle de la prise de notes. En effet, celle-ci se doit d’être exhaustive, on ne peut se permettre d’omettre une information. On ne peut cependant pas couper le locuteur pour lui demander de répéter une date, un nom, voire un segment entier de son discours qu’on aurait eu du mal à noter. Il faut bien sûr aller vite dans sa prise de notes, user d’abréviations, et ne pas se formaliser des fautes d’orthographe qu’on évite pourtant toujours quand on prend le temps d’écrire. Nos professeurs encourageaient d’ailleurs les lecteurs à parler assez vite, comme ils le feraient dans le cadre d’une discussion. (Il arrivait cependant qu’un lecteur bienveillant répète certaines informations à la fin de son discours.)

Résultat de la prise de notes du premier cours, second semestre de L3
Résultat de la prise de notes du cinquième cours, second semestre de L3 ; on constate un changement de méthode de notation par soucis d’efficacité

Une autre difficulté est bien sûr celle de la restitution. Il s’agit d’une forme de traduction, et comme dans le cas de la traduction écrite, il faut rester aussi fidèle que possible au discours original, en en respectant le ton, le niveau de langage… Il ne faut rien omettre et éviter tout contre-sens, bien évidemment. On nous avait par ailleurs expliqué qu’il ne faut pas entendre l’interprète, qu’il doit se faire discret et ne doit surtout pas faire d’aparté. De même, il ne faut surtout pas censurer le locuteur, et c’est là qu’on peut voire une difficulté supplémentaire au travail de l’interprète : celui de séparer ses propres opinions et convictions de celles du locuteur dont il traduit le discours. Nous n’avons pas eu à nous inquiéter de cela en cours, mais ça n’en reste pas moins non-négligeable, par exemple lorsqu’il faut traduire un discours politique.

Exemple d’Interprétation Légale Inexacte, United States Court

Toujours concernant cette restitution, la façon de s’exprimer a son importance. En plus d’une bonne maîtrise de la langue cible, on attendait de nous que nous nous exprimions clairement. Il fallait limiter les temps d’hésitation, quitte à meubler en tournant autour du mot sur lequel on buttait en attendant de le retrouver. Il fallait également soigner son élocution, parler suffisamment fort pour que toute la classe nous entende. Bonus pour ceux qui mettaient de l’emphase dans leurs paroles, et dont le discours n’était pas plat.

Malheureusement, le nombre d’élèves par groupes et le nombre d’heures limité nous empêchaient de passer plus d’une fois en thème et en version. Il fallait donc nous entraîner chez nous, ou entre amis (du moins c’était vivement conseillé). Et puisque les notes sont une préoccupation constante des étudiants, il est peut-être utile de mentionner que cela impliquait qu’une mauvaise note n’était généralement pas rattrapable, et ce malgré la bonne volonté des enseignants.

En résumé

L’interprétation est une discipline complexe, aussi bien sur le plan technique que sur le plan mental. Elle nécessite une grande capacité de concentration, une excellente maîtrise des langues source et cible, ainsi qu’une certaine assurance lors de la prise de parole. Elle reste néanmoins fascinante, puisque les domaines d’applications sont très divers : l’interprète peut être amené à travailler dans des colloques, des conférences scientifiques, pour des musées, des tribunaux…

Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié les cours d’interprétation que j’ai suivi en licence, ils m’ont permis de découvrir cette discipline qui m’intéressait mais dont je ne connaissais rien. Et même si l’exercice était difficile, j’appréciais grandement ces cours. J’ai pu récemment me prêter de nouveau au jeu, lors de la présentation orale de l’une de mes camarades de Master. Et je dis jeu, car cela s’était décidé au dernier moment, à l’initiative de l’enseignant, comme pour s’amuser (et faciliter la compréhension de l’exposé en anglais par les étudiants hispanistes). Encore aujourd’hui, je prends plaisir à pratiquer cet exercice, aussi bien pour m’amuser que pour rendre service.