Archives de catégorie : Compétences

XML-TEI & littérature

Ici on va parler du XML-TEI un procédé de codage qui va permettre une meilleure analyse des textes et manuscrits pour les personnes initiés à ce langage. Pour celles et ceux qui ne savent ce qu’est le XML je vous renvoie au lien d’openclassrooms qui vous donnera un petit cours gratuit sur le sujet.

Le XML-TEI c’est quoi ?

La Text Encoding Initiative abrégée TEI c’est d’abord une communauté appartenant aux Humanités Numériques qui à pour objectif de définir un ensemble de règles et de recommandations pour l’encodage des documents textuels et leurs reproductions numériques . Ce type d’encodage va permettre de travailler sur un grand nombre de document textuels typiquement du manuscrit d’une oeuvre à son édition finale. Comme son nom l’indique son objet d’étude principal est le texte, mais grâce a son développement elle peut être appliquer à différent type de données numériques, audio, vidéo, image.

De plus comme il s’agit d’un langage informatique avec des balises normées, il est possible de les retrouver sur le site internet des Guidelines de la TEI.

Pourquoi utiliser la TEI?

Il est possible d’apporter plusieurs réponses à cette question.

D’abord, la TEI va d’avantage se concentrer sur le sens du texte plutôt qu’à son format, bien sûr un éditeur de texte standard ou un traitement de texte classique du type Open Office ou Microsoft Word, pourrait facilement vous retrouver toutes les occurrences d’un termes dans le texte, mais il est incapable de faire une recherche intelligente, dans laquelle il distinguerait les significations de deux homographes. Il fallait donc une solution, car il y a une grande différence entre la façon dont le chercheur réfléchi au texte et la façon dont le système automatisé le traite. En effet ce système va réduire à l’apparence des chaines de caractères ce qui est effectivement écrit. Ainsi un simple traitement de texte ne va pas faire de différence entre “La physique” et “Le physique” il va juste rencontrer deux occurrences du mot “physique”. Dans cet éditeur de texte nous pourrons modifier autant que nous le souhaitons la police, la couleur et toute autre valeur visuelle du texte en fonction de la signification. Dans la TEI il nous sera possible d’indiquer de manière fidèle, si le nom est masculin ou féminin, mais aussi il nous est possible d’indiquer si Paris est un nom de ville ou de personnes, si Camille est un personnage masculin ou féminin, mais aussi si un terme à telle ou telle origine, ou bien encore dans un corpus de texte si un personnage, un lieu apparaît dans plusieurs textes, il est donc possible de montrer aussi l’intertextualité.

Le second avantage serait la totale indépendance du système d’écriture. En effet avec la TEI il n’y a pas de question à se poser quant aux compatibilités entre les différents logiciels, mais aussi les systèmes d’exploitations. Le document sera toujours lisible partout. La réponse est la même si vous tentez d’ouvrir votre document des années après. Le document reste lisible partout et tout le temps, il n’y a aucune question à se poser pour le devenir de celui-ci. En effet le document TEI va prêter attention au texte sans s’occuper du logiciel pour le visualiser. Bien au contraire la TEI va représenter directement la pensée de son auteur. Par exemple il est possible d’identifier avec la TEI un titre de chanson, un extrait de discours, un passage en langue étrangère, en fonction de comment la chaîne de caractère va être identifier par le chercheur. Un autre avantage est que l’auteur – chercheur peut décider, dans une version imprimée, de visualisé le titre d’un article en Italique, mais dans une version numérique faire un renvoi vers le lien internet de ce dernier.

Aussi cette indépendance bien qu’elle soit cadrée par les Guidelines va permettre aux différents auteurs d’un même document de travailler ensemble dans un but commun. Chacun pourra donc travailler sur son propre domaine, il est possible d’admettre que un auteur travaille à l’encodage des personnages, un autre à celui des villes et que enfin un dernier s’occupe de la relecture, car ils vont tout les trois suivre les mêmes règles.

La TEI va aussi être essentielle pour l’analyse des manuscrits, en effet le chercheur va pouvoir représenter ce dernier numériquement, va pouvoir le mettre en face à face avec son fac-similé. Aussi il va pouvoir représenter la genèse de l’écriture, sa chronologie, montrer à quel moment apparaît chaque portion de texte, dire si une rature introduit une autre signification ou si il s’agit simplement d’une suppression. Le champs des possibilités est relativement grand un des meilleurs exemples serait certainement les dossiers de Bouvard et Pécuchet auxquels ont peut associer leur dossier en TEI disponible sur le Catalogue OAI.

Pour conclure

Le XML-TEI offre donc une visualisation de tout ce qui peut sembler important à propos d’un texte, un manuscrit, mais aussi un document audio ou vidéo, et pas seulement son apparence. l’identification des différentes entités et caractéristiques du document va permettre de nouvelles visualisations et de nouvelles perspectives d’analyses.

Top des difficultés pour s’exprimer en espagnol

Les difficultés de ce top sont pour certaines valables pour toutes les langues et d’autres le sont plus particulièrement en espagnol. Elles sont vraies pour un apprenant francophone même si elle peuvent, dans certains cas s’appliquer à d’autres.

1. Râler, se plaindre.

C’est bien connu les français sont râleurs, et même à l’étranger ils ont besoin de se plaindre, de faire sortir leur colère et leur frustration.

Exprimer sa colère ou son mécontentement est souvent difficile quand on doit le faire dans une autre langue que la sienne. Même avec une bonne maitrise de la langue il est difficile de rester crédible. En espagnol, les grossièretés ne correspondent pas littéralement à celle que nous avons en français et la façon de faire des injonction ou de réprimander quelqu’un est différente. Sans doute est-ce aussi lié à la culture, l’espagnol n’étant pas le même dans tous les endroits où on le parle car les influences culturelles sont très variées.

2. Les différences géographiques.

Comme nous venons de le dire, l’espagnol est parlé dans plusieurs pays, 21 exactement, répartis sur trois continents. Cette grande extension géographique implique des différences qui sont parfois difficiles à saisir quand on apprend la langue.

Comme le disent les deux chanteurs dans la vidéo, il est parfois difficile de saisir les nuances de la langue de Cervantes. Un mot peut être très commun dans un pays ou une région ou un pays et quasiment incompréhensible dans un autre. Il peut aussi prendre une signification très différente. Certains mots ont une connotation vulgaire ou sexuelle dans certains endroits alors qu’ils sont d’un emploi très courant dans d’autres. La prononciation varie aussi d’un pays à l’autre ce qui peut entraver la compréhension.

3. Le R “roulé”

Le R espagnol est l’une des plus grosses difficultés de prononciation pour le locuteur (avec la fricative dentale sourde /θ/, qui peut être évitée car elle n’est pas présente dans toutes les variantes de l’espagnol). Cette consonne vibrante simple alvéolaire sonore (qui peut aussi être multiple comme dans “perro”) n’étant pas présente en français métropolitain actuel elle est difficile à articuler les natif de cette langue.

“Tres tristes tigres tragan trigo en un trigal”

Ce virelangue populaire montre que, apposé à la consonne dentale occlusive sourde /t/, sa prononciation est d’autant plus compliquée. C’est aussi le cas quand il est proche de la consonne uvulaire fricative sourde /X/ comme dans “naranja”.

4. L’accentuation

L’accentuation des mots espagnols suit des règles bien précises. Les accents écrits (toujours aigus) , servent à indiquer un déplacement exceptionnel de l’accent tonique. L’accentuation connait trois types principaux :

  • Les mots oxytons sont accentués sur la dernière syllabe. Cela concerne les mots terminant par une consonne, sauf N et S. Ces dernières étant la mar.que du pluriel respectivement des substantifs et des verbes elles n’influencent pas directement l’accentuation des mots qu’elles terminent.
  • Les mots paroxytons sont ceux qui, terminés par une voyelle ou les marques du pluriel, portent l’accent tonique sur l’avant-dernière syllabe.
  • Les mots proparoxytons sont les seuls à toujours porter un accent écrit. Il se trouve sur l’antépénultième syllabe.

Au pluriel, l’accent reste à ça place. Ces règles connaissent deux grandes exceptions :

  • Il existe trois mots qui au pluriel connaissent un déplacement de l’accent tonique : régimen / regímenes, carácter / caracteres, espécimen / especímenes.
  • Les adverbes de manière qui sont formé d’un adjectif au féminin et du suffixe -mente portent une double accentuation : celle de l’adjectif et celle du suffixe.

5. La traduction.

Les variantes culturelles étant aussi marquées par la langue, et même si par exemple la France et l’Espagne sont des pays frontaliers il reste des concepts intraduisibles. Quand on vient à bien maitriser les deux langues on se retrouve parfois dans une situation où il nous est difficile d’exprimer une idée dans la langue de son interlocuteur car notre idée s’exprime mieux dans l’une ou l’autre langue.

L'espagnol possède par exemple deux verbes que l'on pourrait traduire par le verbe être français. Il est de ce fait difficile d'en discerner les usages, mais cela permet surtout de donner certaines nuances inexistantes en français.

Les adjectifs et pronoms démonstratifs sont dans un système ternaire en espagnol alors qu'en français il s'agit d'un système binaire ce qui encore une fois donne des nuances différentes à ce que l'on veut exprimer. 

Enfin, parfois il y a des mots qui n'existent pas dans une langue ou l'autre, ce qui rend l'exercice de traduction plutôt ardu.

Pour conclure cet article, nous pouvons dire que l’espagnol est une très belle langue qui permet d’exprimer d’autres choses que le français. C’est ici l’une des principales raison de notre satisfaction de maitriser ces deux langues.

L’interprétation

Au cours de ma formation à l’université de Poitiers, j’ai eu l’opportunité de suivre des cours d’interprétation. L’interprétation est une forme de traduction orale, souvent utilisée lors de conférences, de voyages d’affaire, de visites guidées, de procès… dont les différents membres ne parlent pas la même langue. Il existe deux types d’interprétation : l’interprétation simultanée et l’interprétation consécutive.

L’interprétation simultanée

L’interprétation simultanée consiste à traduire ce que dit le locuteur pendant qu’il parle. Souvent employée dans un contexte politique, par exemple à l’ONU, cette méthode d’interprétation permet aux interprètes, par le biais de matériel spécifique, de ne pas se gêner mutuellement, puisqu’ils retransmettent le discours traduit via des oreillettes.

Le processus d’interprétation pour l’Organisation des Nations Unies est assez complexe. Les interprètes sont assis dans des cabines fermées alignées tout autour de la pièce, ce qui leur donne un point de vue approprié pour voir et entendre au mieux les travaux et débats de la session. Pour la plupart des conférences des Nations Unies, il est de mise que les interprètes fournissent une traduction simultanée : ils écoutent et traduisent en même temps.

“Comment les interprètes de l’ONU manient les langues au quotidien”, Dylan Lyons, babbel.com
Exemple d’Interprétation Simultanée, United States Court

L’interprétation consécutive

L’interprétation consécutive nécessite moins de moyens et ne requiert pas de matériel spécifique. L’interprète prend en notes ce que dit le locuteur pendant quelques minutes, puis le locuteur s’arrête pour laisser l’interprète traduire. Deux configurations sont possibles. Soit il y a un seul interprète qui traduit à voix haute pour toute l’assemblée, il se tient alors à côté du locuteur ; soit chaque personne dans l’assemblée a son propre interprète, qui traduit alors à voix basse pour ne pas gêner les autres (c’est ce qu’on appelle l’interprétation chuchotée).

Exemple d’Interprétation Consécutive, United States Courts

Mon expérience personnelle

J’ai suivi des cours d’interprétation consécutive en troisième année de licence LLCER (Langue, Littérature et Culture Étrangère ou Régionale) Anglais à l’université de Poitiers. Lors de ces cours, un enseignant (francophone) et un lecteur (anglophone) dialoguaient sur un sujet établi à l’avance pour nous permettre de le préparer. Ils parlaient pendant environ deux minutes, pendant lesquelles nous prenions des notes, puis s’arrêtaient et demandaient à un élève de restituer sa traduction du discours pour la classe. Chaque élève devait passer deux fois, une fois en thème (du français vers l’anglais) et une fois en version (de l’anglais vers le français). J’ai pu pendant ces cours relever certaines difficultés spécifiques à l’interprétation.

L’une des difficultés que l’on peut rencontrer dans cette discipline, c’est celle de la prise de notes. En effet, celle-ci se doit d’être exhaustive, on ne peut se permettre d’omettre une information. On ne peut cependant pas couper le locuteur pour lui demander de répéter une date, un nom, voire un segment entier de son discours qu’on aurait eu du mal à noter. Il faut bien sûr aller vite dans sa prise de notes, user d’abréviations, et ne pas se formaliser des fautes d’orthographe qu’on évite pourtant toujours quand on prend le temps d’écrire. Nos professeurs encourageaient d’ailleurs les lecteurs à parler assez vite, comme ils le feraient dans le cadre d’une discussion. (Il arrivait cependant qu’un lecteur bienveillant répète certaines informations à la fin de son discours.)

Résultat de la prise de notes du premier cours, second semestre de L3
Résultat de la prise de notes du cinquième cours, second semestre de L3 ; on constate un changement de méthode de notation par soucis d’efficacité

Une autre difficulté est bien sûr celle de la restitution. Il s’agit d’une forme de traduction, et comme dans le cas de la traduction écrite, il faut rester aussi fidèle que possible au discours original, en en respectant le ton, le niveau de langage… Il ne faut rien omettre et éviter tout contre-sens, bien évidemment. On nous avait par ailleurs expliqué qu’il ne faut pas entendre l’interprète, qu’il doit se faire discret et ne doit surtout pas faire d’aparté. De même, il ne faut surtout pas censurer le locuteur, et c’est là qu’on peut voire une difficulté supplémentaire au travail de l’interprète : celui de séparer ses propres opinions et convictions de celles du locuteur dont il traduit le discours. Nous n’avons pas eu à nous inquiéter de cela en cours, mais ça n’en reste pas moins non-négligeable, par exemple lorsqu’il faut traduire un discours politique.

Exemple d’Interprétation Légale Inexacte, United States Court

Toujours concernant cette restitution, la façon de s’exprimer a son importance. En plus d’une bonne maîtrise de la langue cible, on attendait de nous que nous nous exprimions clairement. Il fallait limiter les temps d’hésitation, quitte à meubler en tournant autour du mot sur lequel on buttait en attendant de le retrouver. Il fallait également soigner son élocution, parler suffisamment fort pour que toute la classe nous entende. Bonus pour ceux qui mettaient de l’emphase dans leurs paroles, et dont le discours n’était pas plat.

Malheureusement, le nombre d’élèves par groupes et le nombre d’heures limité nous empêchaient de passer plus d’une fois en thème et en version. Il fallait donc nous entraîner chez nous, ou entre amis (du moins c’était vivement conseillé). Et puisque les notes sont une préoccupation constante des étudiants, il est peut-être utile de mentionner que cela impliquait qu’une mauvaise note n’était généralement pas rattrapable, et ce malgré la bonne volonté des enseignants.

En résumé

L’interprétation est une discipline complexe, aussi bien sur le plan technique que sur le plan mental. Elle nécessite une grande capacité de concentration, une excellente maîtrise des langues source et cible, ainsi qu’une certaine assurance lors de la prise de parole. Elle reste néanmoins fascinante, puisque les domaines d’applications sont très divers : l’interprète peut être amené à travailler dans des colloques, des conférences scientifiques, pour des musées, des tribunaux…

Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié les cours d’interprétation que j’ai suivi en licence, ils m’ont permis de découvrir cette discipline qui m’intéressait mais dont je ne connaissais rien. Et même si l’exercice était difficile, j’appréciais grandement ces cours. J’ai pu récemment me prêter de nouveau au jeu, lors de la présentation orale de l’une de mes camarades de Master. Et je dis jeu, car cela s’était décidé au dernier moment, à l’initiative de l’enseignant, comme pour s’amuser (et faciliter la compréhension de l’exposé en anglais par les étudiants hispanistes). Encore aujourd’hui, je prends plaisir à pratiquer cet exercice, aussi bien pour m’amuser que pour rendre service.