Archives de catégorie : Pédagogie

Top des difficultés pour s’exprimer en espagnol

Les difficultés de ce top sont pour certaines valables pour toutes les langues et d’autres le sont plus particulièrement en espagnol. Elles sont vraies pour un apprenant francophone même si elle peuvent, dans certains cas s’appliquer à d’autres.

1. Râler, se plaindre.

C’est bien connu les français sont râleurs, et même à l’étranger ils ont besoin de se plaindre, de faire sortir leur colère et leur frustration.

Exprimer sa colère ou son mécontentement est souvent difficile quand on doit le faire dans une autre langue que la sienne. Même avec une bonne maitrise de la langue il est difficile de rester crédible. En espagnol, les grossièretés ne correspondent pas littéralement à celle que nous avons en français et la façon de faire des injonction ou de réprimander quelqu’un est différente. Sans doute est-ce aussi lié à la culture, l’espagnol n’étant pas le même dans tous les endroits où on le parle car les influences culturelles sont très variées.

2. Les différences géographiques.

Comme nous venons de le dire, l’espagnol est parlé dans plusieurs pays, 21 exactement, répartis sur trois continents. Cette grande extension géographique implique des différences qui sont parfois difficiles à saisir quand on apprend la langue.

Comme le disent les deux chanteurs dans la vidéo, il est parfois difficile de saisir les nuances de la langue de Cervantes. Un mot peut être très commun dans un pays ou une région ou un pays et quasiment incompréhensible dans un autre. Il peut aussi prendre une signification très différente. Certains mots ont une connotation vulgaire ou sexuelle dans certains endroits alors qu’ils sont d’un emploi très courant dans d’autres. La prononciation varie aussi d’un pays à l’autre ce qui peut entraver la compréhension.

3. Le R “roulé”

Le R espagnol est l’une des plus grosses difficultés de prononciation pour le locuteur (avec la fricative dentale sourde /θ/, qui peut être évitée car elle n’est pas présente dans toutes les variantes de l’espagnol). Cette consonne vibrante simple alvéolaire sonore (qui peut aussi être multiple comme dans “perro”) n’étant pas présente en français métropolitain actuel elle est difficile à articuler les natif de cette langue.

“Tres tristes tigres tragan trigo en un trigal”

Ce virelangue populaire montre que, apposé à la consonne dentale occlusive sourde /t/, sa prononciation est d’autant plus compliquée. C’est aussi le cas quand il est proche de la consonne uvulaire fricative sourde /X/ comme dans “naranja”.

4. L’accentuation

L’accentuation des mots espagnols suit des règles bien précises. Les accents écrits (toujours aigus) , servent à indiquer un déplacement exceptionnel de l’accent tonique. L’accentuation connait trois types principaux :

  • Les mots oxytons sont accentués sur la dernière syllabe. Cela concerne les mots terminant par une consonne, sauf N et S. Ces dernières étant la mar.que du pluriel respectivement des substantifs et des verbes elles n’influencent pas directement l’accentuation des mots qu’elles terminent.
  • Les mots paroxytons sont ceux qui, terminés par une voyelle ou les marques du pluriel, portent l’accent tonique sur l’avant-dernière syllabe.
  • Les mots proparoxytons sont les seuls à toujours porter un accent écrit. Il se trouve sur l’antépénultième syllabe.

Au pluriel, l’accent reste à ça place. Ces règles connaissent deux grandes exceptions :

  • Il existe trois mots qui au pluriel connaissent un déplacement de l’accent tonique : régimen / regímenes, carácter / caracteres, espécimen / especímenes.
  • Les adverbes de manière qui sont formé d’un adjectif au féminin et du suffixe -mente portent une double accentuation : celle de l’adjectif et celle du suffixe.

5. La traduction.

Les variantes culturelles étant aussi marquées par la langue, et même si par exemple la France et l’Espagne sont des pays frontaliers il reste des concepts intraduisibles. Quand on vient à bien maitriser les deux langues on se retrouve parfois dans une situation où il nous est difficile d’exprimer une idée dans la langue de son interlocuteur car notre idée s’exprime mieux dans l’une ou l’autre langue.

L'espagnol possède par exemple deux verbes que l'on pourrait traduire par le verbe être français. Il est de ce fait difficile d'en discerner les usages, mais cela permet surtout de donner certaines nuances inexistantes en français.

Les adjectifs et pronoms démonstratifs sont dans un système ternaire en espagnol alors qu'en français il s'agit d'un système binaire ce qui encore une fois donne des nuances différentes à ce que l'on veut exprimer. 

Enfin, parfois il y a des mots qui n'existent pas dans une langue ou l'autre, ce qui rend l'exercice de traduction plutôt ardu.

Pour conclure cet article, nous pouvons dire que l’espagnol est une très belle langue qui permet d’exprimer d’autres choses que le français. C’est ici l’une des principales raison de notre satisfaction de maitriser ces deux langues.