Archives de catégorie : Conférences

COMMENT FAIRE UNE NOTE DE SYNTHÈSE

Faire une note de synthèse d’une conférence, revient à dire, rendre compte du thème présenté par  le conférencier, et être capable de dire de manière claire tout en tenant compte des différentes étapes du déroulement de celle-ci.

Pour faire une bonne synthèse, il important pour nous se poser les questions suivantes :

-Quel  est le thème présenté par le conférencier.

-Où et quand a eu lieu cette  conférence.

-La conference le conférencier (nom, prénom et profession).

-Comment il a développé son thème.

-Quels sont les intervenants.

Cette démarche nous renvoie en tant qu’étudiants en Master de recherche à nos sorties de terrain, tout en nous permettant de  savoir rentre compte de nos recherches sur terrain. Mais aussi être capable d’exposer ces recherches de manière claire.

Exemple de note de synthèse

Titre de la conférence : L’EXPÉRIENCE DE MIGRATION EN CONTEXTE DE VIOLENCE GÉNÉRALE Où RACONTER DEVIENT IMPOSSIBLE

Conférence tenue par monsieur Guillaume Martin  le 17 Octobre 2019 à l’université de Poitiers, à la faculté des langues et  lettres  lors d’une journée d’études.

Monsieur Guillaume Mongeau Martin, médecin dans une clinique de réfugiés au Canada nous raconte son expérience avec des réfugiés venus d’Irak pendant le génocide de 2014, précisément le génocide du peuple Yazidis une communauté de ce pays.

Le conférencier a abordé plusieurs points ; L’expérience de migration, la thématique de la réussite, les difficultés et les défis.

L’expérience de migration  a permis de connaître les réalités vécues par les réfugiés en vue de leur apporter de l’aide nécessaire. Comme exemple le conférencier a  parlé d’une réfugiée qui répond au nom de Nadia Murad qui a été une esclave sexuelle.

Pour la thématique de réussir il est question de répondre aux attentes des réfugiés en leur permettant aussi de rentrer en contact avec leur famille. Réussir à créer un lien de fraternité avec ces réfugiés.

En ce qui concerne  les  difficultés il a mentionné le manque de soutien du gouvernement face aux besoins des réfugiés;  des maladies telles que le traumatisme sévère qui n’a pas de traitement.

Les défis à relever ne sont rien d’autre que de remédier aux difficultés qui se présentent dans ce camp de réfugiés.

En définitive nous pouvons noter que cette conférence a été très enrichissante avec l’intervention des uns et des autres, en plus elle nous a permis de connaitre les réalités des réfugiés dans des camps. Cependant le plus important à retenir nous en tant qu’étudiants en Master de chercher c’est la présentation c’est-à-dire  comment structurer le thème à présenter, comment se tenir devant un public et rendre de manière claire votre travail ou votre recherche.

TU VIENS D’OÙ ? QU’EST-CE QUI REPOSE DERRIÈRE CETTE QUESTION ?

Expérience de migration en contexte de violence ou quand raconter devient impossible .

La faculté de Poitiers a accueilli une conférence le 17-18 octobre 2019 sous le titre: Expérience de migration en contexte de violence ou quand raconter devient impossible. (Approche comparée France- Québec pour un dialogue entre migrants, praticiens et chercheurs)

Dans les deux jours, il y avait plusieurs ateliers animés par des chercheurs, praticiens et chercheurs de l’université de Poitiers et ailleurs. Ayman Al Joumaa est un jeune étudiant de l’université de Poitiers qui a abordé la question « tu viens d’où dans le contexte d’exil. »

Ayman est un étudiant en M2 LLCER/parcours Anglais à l’université de Poitiers, dans son mémoire de M2 il a abordé la question de « la mémoire ou l’oubli dans le contexte d’exil, l’exemple des réfugiés syriens au Canada », étant un réfugié Syrien en France Ayman était intéressé par ce sujet.  

Ayman a amené une enquête auprès de 30 personnes (10 personnes au Canada et 20 essentiellement en Europe), il a posé plein de questions pour arriver aux résultats: photo n1

Et pourquoi on s’intéresse à cette question ?

Parce que cette question qui semble banale, parce qu’on la pose naturellement dans des contextes différents. Mais le plus intéressant ce sont les questions qui viennent après parce que souvent sont des questions qui sollicitent la mémoire, qui sont des questions très personnelles qu’on ne pose pas normalement à n’importe qui. Et plutôt les personnes qui posent cette question ils ont envie d’écouter une histoire personnelle surtout dans le contexte d’exil, c’est-à-dire quand on voit un réfugie, on s’intéresse à poser ces questions parce qu’on voulait savoir plus.

Les résultats de cette enquête :

Les réponses comme on voit étaient différents, mais qui intéressent que la différence entre le Canada et l’Europe. Les gens au Canada semblent plus ouverts à cette question qu’en Europe. Ayman a cité quelques témoignages :  

En conclusion : la question qui semblait banale ne l’est pas, qui est considéré comme une forme d’intégration, souvent cette question « tu viens d’où » est suivi par des questions qui sollicitent la mémoire chez le réfugie et qui créent des fois des sentiments de malaise, en espérant qu’on arrive un jour que la réponse soit je suis humain comme toi, et je viens de la terre qui nous accueille tous.

(Illustrations utilisées avec l’autorisation de Ayman Al Joumaa)

Farah Asaad. Étudiante en M2 LLCER . Université de Poitiers