Archives de catégorie : Méthodologie

Le paragraphe A.E.I : l’incontournable de l’argumentation

Image tirée du site : saintmartindheres.fr le 28 février 2020.

Alors que nos professeurs nous « reprochent parfois, souvent, ou même toujours de ne pas suffisamment développer nos idées », ces derniers prescrivent à leurs élèves et étudiants diverses méthodes argumentatives pour y remédier. Autrefois lycéen en économie et sciences sociales, je fus sensibilisé à cette formule dans le cadre de la rédaction d’un « commentaire composé » à l’épreuve d’économie du Baccalauréat. Cette méthode, réunissant un ensemble de capacités que nous développerons dans les paragraphes suivants, représente à elle seule une compétence à part entière : « argumenter ». Bien qu’argumenter semble commun aux yeux des élèves et étudiants de par son usage fréquent en classe, peut-on l’appréhender si aisément ? Y a-t-il un moyen d’éclaircir nos idées à travers l’usage d’un outil efficace ? Quelles sont les étapes du paragraphe A.E.I ?

L’affirmation

Le paragraphe A.E.I me permet de développer mon raisonnement de manière logique en un paragraphe structuré. La méthode en question préconise tout d’abord d’apporter en amorce de l’argument une affirmation, faisant allusion au « A » dans le sigle de la formule.

Exemple : Élue Premier Ministre britannique le 03 mai 1979, Margaret Thatcher s’apprêtait à devenir l’une des plus grandes personnalités politiques du Royaume-Uni.

L’affirmation me permet de présenter l’idée que je souhaite écrire de manière succincte. Le lecteur saisit ainsi le postulat engagé et peut être en mesure d’anticiper les lignes suivantes du paragraphe. Bien que l’affirmation me rende capable de résumer une déclaration en une phrase claire et concise, elle ne se suffit pas à elle même. L’affirmation doit être suivie d’une explication. Sans quoi, l’affirmation ne sert pas l’argument .

“Nier c’est encore affirmer.”

Alfred Capus

L’explication

L’explication représente la seconde étape du paragraphe structuré. Elle me permet de « donner des précisions » à mon sujet en détaillant par exemple « une description ou un mécanisme ». Je fais notamment en sorte à ce que le lecteur comprenne les termes et mots-clefs figurant dans la première partie de mon paragraphe qui peuvent paraitre pédants, ou a priori alambiqués. Le lecteur ne perd pas le fil de mon argument qui n’attend qu’à être illustré et en conséquence, jugé valide ou acceptable.

Exemple : Élue Premier Ministre britannique le 03 mai 1979, Margaret Thatcher s’apprêtait à devenir l’une des plus grandes personnalités politiques du Royaume-Uni. Alors qu’elle succède au candidat travailliste James Callaghan, Margaret Thatcher, occupant à son tour le 10 Downing Street, entend réformer le pays autour de lignes et projets de loi pouvant selon elle, enrayer le déclin national marqué par la crise économique et sociale de la fin des années 1970.

“Quand on ne sait pas, on ne se pose pas trop de questions, mais quand on commence à disposer d’un début d’explication, on veut à tout prix tout savoir, tout comprendre.”

Bernard Werber

L’illustration

Maillon essentiel de l’argumentation pour clôturer le paragraphe structuré, l’illustration me permet de « donner de la force » à mon explication, de prouver ce que j’avance. Le lecteur,  dans le cas où ce dernier ne semble pas avoir saisi le sens de mon explication, doit désormais comprendre ce que je désire démontrer. L’illustration est probablement la phase la plus importante du paragraphe argumenté car elle valide les prémisses de l’argument par le biais de citations, données statistiques, schémas etc.

Exemple : Élue Premier Ministre britannique le 03 mai 1979, Margaret Thatcher s’apprêtait à devenir l’une des plus grandes personnalités politiques du Royaume-Uni. Alors qu’elle succède au candidat travailliste James Callaghan, Margaret Thatcher, occupant à son tour le 10 Downing Street, entend réformer le pays autour de lignes et projets de loi pouvant selon elle, enrayer le déclin national marqué par la crise économique et sociale de la fin des années 1970. Margaret Thatcher offre la victoire au parti Conservateur avec 43,9% des voix contre 36,9% pour les travaillistes et permet à 339 conservateurs de siéger au parlement britannique, contre 269 pour l’opposition. Elle assurera le mandat de Premier Ministre le plus long de l’histoire du Royaume-Uni avec trois victoires consécutives (1979, 1983 et 1987).

« Les titres des tableaux ne sont pas des explications et les tableaux ne sont pas des illustrations des titres. »

René Magritte

Dans le domaine de la recherche, la méthode A.E.I semble essentielle dans la construction d’un argument, de surcroît lors de la réalisation d’un mémoire, ou plus spécifiquement, d’un commentaire, ou d’une dissertation. Le recours à la méthode A.E.I m’a notamment permis d’obtenir la note de 18/20 à mon épreuve d’économie au Baccalauréat. Alors que son efficacité semblait porter ses fruits, j’ai en conséquence décidé de faire de la formule A.E.I un leitmotiv indispensable de mes diverses rédactions universitaires.

Sources :

http://ww2.ac-poitiers.fr/ses/sites/ses/IMG/pdf/fiche_methode_-_realiser_des_ecrits_de_qualite-2.pdf

https://sesame.apses.org/index.php?option=com_content&view=article&id=169&Itemid=239

https://sites.google.com/site/sitedeketch/4-ap/6–le-paragraphe-aei

https://manuelweb.belin.education/ses-seconde/topics/ses2-fm-145-a_fiche-methode-2-construire-un-paragraphe-argumente

COMMENT FAIRE UNE NOTE DE SYNTHÈSE

Faire une note de synthèse d’une conférence, revient à dire, rendre compte du thème présenté par  le conférencier, et être capable de dire de manière claire tout en tenant compte des différentes étapes du déroulement de celle-ci.

Pour faire une bonne synthèse, il important pour nous se poser les questions suivantes :

-Quel  est le thème présenté par le conférencier.

-Où et quand a eu lieu cette  conférence.

-La conference le conférencier (nom, prénom et profession).

-Comment il a développé son thème.

-Quels sont les intervenants.

Cette démarche nous renvoie en tant qu’étudiants en Master de recherche à nos sorties de terrain, tout en nous permettant de  savoir rentre compte de nos recherches sur terrain. Mais aussi être capable d’exposer ces recherches de manière claire.

Exemple de note de synthèse

Titre de la conférence : L’EXPÉRIENCE DE MIGRATION EN CONTEXTE DE VIOLENCE GÉNÉRALE Où RACONTER DEVIENT IMPOSSIBLE

Conférence tenue par monsieur Guillaume Martin  le 17 Octobre 2019 à l’université de Poitiers, à la faculté des langues et  lettres  lors d’une journée d’études.

Monsieur Guillaume Mongeau Martin, médecin dans une clinique de réfugiés au Canada nous raconte son expérience avec des réfugiés venus d’Irak pendant le génocide de 2014, précisément le génocide du peuple Yazidis une communauté de ce pays.

Le conférencier a abordé plusieurs points ; L’expérience de migration, la thématique de la réussite, les difficultés et les défis.

L’expérience de migration  a permis de connaître les réalités vécues par les réfugiés en vue de leur apporter de l’aide nécessaire. Comme exemple le conférencier a  parlé d’une réfugiée qui répond au nom de Nadia Murad qui a été une esclave sexuelle.

Pour la thématique de réussir il est question de répondre aux attentes des réfugiés en leur permettant aussi de rentrer en contact avec leur famille. Réussir à créer un lien de fraternité avec ces réfugiés.

En ce qui concerne  les  difficultés il a mentionné le manque de soutien du gouvernement face aux besoins des réfugiés;  des maladies telles que le traumatisme sévère qui n’a pas de traitement.

Les défis à relever ne sont rien d’autre que de remédier aux difficultés qui se présentent dans ce camp de réfugiés.

En définitive nous pouvons noter que cette conférence a été très enrichissante avec l’intervention des uns et des autres, en plus elle nous a permis de connaitre les réalités des réfugiés dans des camps. Cependant le plus important à retenir nous en tant qu’étudiants en Master de chercher c’est la présentation c’est-à-dire  comment structurer le thème à présenter, comment se tenir devant un public et rendre de manière claire votre travail ou votre recherche.

comment choisir son sujet de memoire ?

Le deuxième cycle universitaire est marqué le plus souvent par l’amorce d’un exercice de réflexion à caractère méthodologique appelé : sujet de mémoire auquel l’étudiant est confronté. Dans l’UFR de langues, l’étudiant est appelé à faire le choix de son propre sujet sur lequel il fait des recherches pour donner son point de vue. Cette réflexion est sanctionnée en fin de compte par une soutenance de mémoire qui est un moment crucial, qui permet au candidat ou l’étudiant de mettre en évidence ces connaissances acquises sur le sujet. Mais, bien avant cet exercice oral, il est indéniable de souligner la première difficulté relative au choix du sujet à laquelle l’étudiant est confrontée par manque d’expérience et constitue même le point essentiel, le point de départ pour effectuer son travail. Définir son sujet de recherche peut être une tâche complexe pour tout étudiant novice dans le domaine de la recherche, vue l’immensité de l’objectif à atteindre. Même s’il n’existe pas réellement de critères spécifiques définis pour le choix d’un sujet de mémoire, il y a tout de même un ensemble d’éléments à considérer avant ou pendant le choix de celui-ci.

Ce présent travail traitera de mon expérience personnelle, à travers des conseils pratiques, des cours de méthodologie et d’autres disciplines de mon programme qui m’ont plus forgé, pour un début de recherche et de choix du sujet.

●Concept définitionnel du sujet de mémoire

Le sujet de mémoire est un thème spécifique sur lequel il convient de mener une réflexion profonde en vue d’apporter des réponses idoines à la problématique qu’il dégage.

●Le choix du sujet de mémoire

L’an dernier en master I, n’ayant jamais fait de mémoire, je me trouvais face à une nouvelle approche de notre formation, la soutenance d’un TER (Travail d’Etude et de Recherche). Choisir mon sujet de TER a été une étape difficile, car je n’avais aucune idée de ce sur quoi je voulais travailler. Le séminaire intitulé De la Résistance à la citoyenneté : les stratégies politiques des minorités en Amérique Latine dans lequel il était question de comprendre et de connaitre les processus et stratégies d’intégration et d’assimilation des minorités en Amérique Latine à savoir les mouvements féministes, les mouvements pour la diversité sexuelle, la question du droit pour tous ; au-delà des connaissances premières de ce séminaire, il nous a aussi permis d’appréhender les caractéristiques, les qualités d’un bon chercheur, en nous inculquant des notions de savoir-faire et de savoir-être dans la recherche ou pour le choix du sujet. Comme compétences d’une part, en terme de savoir-être, ce séminaire m’a instruit à être impartial, à avoir un esprit critique, être rigoureux, méthodologique. D’autre part comme savoir-faire, à être capable d’avoir un thème de recherche bien définis dans l’espace et dans le temps et qui suscite un intérêt particulier pour moi. Être chercheur ou faire le choix d’un sujet, c’est avoir aussi la capacité d’aller au-delà de ce qui est connu par le commun des mortels, c’est-à-dire avoir la volonté de dépassement.

Ce séminaire a été d’une grande utilité, les connaissances et compétences acquises lors de ce séminaire m’ont permis de définir mon sujet qui est : Personnalité et condition féminine dans la Tia Tula de Miguel de Unamuno. C’était en quelque sorte l’outil déclencheur de mon choix du sujet. Il m’a permis de comprendre que mon thème de recherche devrait s’inscrire dans l’un des trois axes d’études liés à ma formation : Littérature, Civilisation et linguistique regroupés sous le chapeau de : Archives, Mémoire et Ecritures.

Pour définir un sujet de mémoire, on peut aussi partir d’un thème global qui nous intéresse, d’une thématique abordée en cours qu’on souhaiterait développer ou travailler sur d’autres aspects non développés.

●L’originalité du sujet

L’originalité d’un sujet fait référence à la forme spécifique du sujet. Le sujet doit être lié à une problématique actuelle et applicable dans la résolution de mise en question d’une aire déterminée de connaissances. La particularité d’un sujet original est qu’il vise à produire de nouveaux résultats. Après avoir définir son sujet, l’étudiant se doit de le soumettre à l’appréciation de son encadreur. Celui-ci apportera des précisions qui détermineront la faisabilité dudit sujet. Ainsi pour faire un bon choix de sujet, l’étudiant se doit de prendre en compte les facteurs tels que définis précédemment.

●Le corpus

La qualité du mémoire dépend en grande partie du corpus sur le sujet. Après le choix du sujet il est important de constituer le corpus. C’est un ensemble de documents, articles, romans, livres, écrits sur le sujet de réflexion. La richesse du corpus détermine la qualité de la rédaction du mémoire.

●Les erreurs à éviter

-Ne pas choisir un thème trop vaste, savoir être précis et concis.

-Ne pas se laisser imposer un sujet pour lequel on n’a aucun intérêt.

-Ne pas choisir un sujet irréalisable dans le temps et l’espace.

-Eviter le plagiat, ne pas reprendre un sujet déjà traité.

-Ne pas choisir un sujet de recherche avec lequel nous avons des idées personnelles. Le sujet doit être d’ordre scientifique, le travail doit être objectif et non subjectif. Le chercheur doit être impartial, mettre ses idéologies de côté et avoir un esprit critique.

En définitive le choix du sujet de mémoire est une étape importante et déterminante pour faire une bonne rédaction de mémoire. Le choix du sujet doit respecter certains critères tels que l’originalité, la faisabilité, etc. Il convient donc à l’étudiant de prendre en compte ces éléments utiles avant de choisir son sujet.

L’utilisation des Humanités Numériques au sein du domaine universitaire

Le « Manifeste des Digital humanities« , définit les humanités numériques comme « une transdiscipline, porteuse des méthodes, des dispositifs et des perspectives heuristiques liés au numérique dans le domaine des Sciences humaines et sociales ».

Il y a plusieurs années, l’utilisation et l’utilité des humanités numériques au sein du milieu universitaire pouvaient paraître moins essentielle que d’autres disciplines, mais, de nos jours, la recherche et l’exploitation de sources et des fichiers électroniques sont devenues des actions « naturelles ».

En effet, les bibliothèques numériques deviennent tout aussi importantes que les bibliothèques physiques grâce à la numérisation massive de nombreux ouvrages, d’articles scientifiques, etc.

Les conséquences de cette numérisation ont eu un impact sur le milieu de la recherche, et plus particulièrement dans le domaine des Sciences humaines et sociales. En effet, les humanités numériques ont apporté une perspective de travail différente car elles permettent d’accéder plus facilement à certains ouvrages ou articles. L’utilisation des humanités numériques dans le cadre d’un travail de recherche est devenue quasi essentielle car elles favorisent également les échanges trans-disciplinaires entre l’informatique et les sciences humaines et également entre l’utilisateur et l’outil informatique. Pour ma part, les humanités numériques ont joué un rôle clé dans le cadre de mon travail de recherche en première année de Master car j’ai pu appuyer mes recherches sur de nombreux ouvrages et articles scientifiques trouvés en ligne. Par exemple, l’utilisation de “Jstor”, un système d’archivage en ligne d’articles scientifiques et de publications universitaires m’a permis d’exploiter énormément de ressources en ligne, et ainsi de faciliter mon travail de recherche. De plus, l’an passé, nous avons également appris à nous servir de l’outil informatique “Zotero”, un logiciel informatique permettant de réaliser une bibliographie en fonction d’un style de présentation bibliographique déterminé.

Progressivement, l’utilisation des humanités numériques au sein du milieu universitaire se propage, et à mon sens, les humanités numériques sont devenues une nouvelle forme d’archivage des sources, de gestion, de diffusion, et d’exploitation, c’est pourquoi l’intégration de cette transdiscipline dans le milieu universitaire devient essentielle.

How to develop a critical mindset

« Critical thinking is a desire to seek, patience to doubt, fondness to meditate, slowness to assert, readiness to consider, carefulness to dispose and set in order; and hatred for every kind of imposture. »Francis Bacon, philosopher

Having a critical mindset seems like a rather abstract notion. Indeed, we all have a critical mindset, more or less developed at a certain age. 

First, what is critical thinking? 

It is a clear and reflective thinking on something you are either studying or something you have learned. It usually is associated with the question tag « why? » and challenges the fact in itself instead of blatantly accepting it. 

At school, having a critical eye is essentiel. Something I have noticed is that usually during the first years of school, especially primary school, having a critical mind doesn’t seem a key part of the work, as you are expected to learn new things and not especially criticize them right away. But as you grow older and especially after high school you start to be used to criticizing. Being in college means no matter what work you are working on you have at some point to criticize what you are dealing with. 

There are a number of professions where having a critical mindset is essential but as scholars and especially dealing with literature, you cannot skip this step. 

Periods of time when you start developing a critical mindset 
  1. Primary school: children learn new things everyday and in primary school the emphasis is put on encouraging creativity because learning whilst playing entertain children 
  2. Secondary school: it introduces the concept of independence with more open-ended questions. Debates are also introduced especially in high school to confront the different critical mindsets 
  3. College: during these years, having a critical mindset is essential, you are always judged according to whether or not you give your opinion on a piece of work 
  4. Work experience: working constantly triggers your critical mindset

Don’t forget that you can always work on your critical mindset and that not everything is acquired so you need to keep practicing. 

CRÉER une enquête en ligne dans le cadre d’un Projet de recherche

L’enquête en ligne est un des outils de recherche les plus faciles d’accès pour un étudiant. Elle ne requiert pas de déplacement ou de grands moyens financiers et elle a le potentiel de recueillir une grande quantité de données en peu de temps. Mais attention: « facile d’accès » ne veut pas dire « facile à faire ». Cet outil demande à être raisonné à tous les niveaux.

CCBY Alan O’Rourke via Flickr

Si le groupe auquel on s’intéresse est une groupe contemporain, « vivant », on peut difficilement se passer de contact direct avec ces « premiers concernés ». Hors, il n’est pas toujours possible de rencontrer ces personnes face-à-face ou même d’organiser suffisamment d’entretiens individuels avec les moyens du bord. D’ailleurs, ce n’est pas toujours le plus pertinent non plus.

Lors de mes propres recherches sur la culture « rolista » hispanique, c’est à dire les passionnés de jeux de rôle sur table, je me suis vue confrontée au besoin de cerner cette population. Or, c’est un groupe aux liens vagues, dispersé, et peu étudié par les chercheurs chevronnés. J’ai donc choisi l’enquête en ligne comme outil principal de rapprochement.

Une enquête en ligne peut sembler simple mais on se rend bien vite compte des différentes problématiques qui se posent lors de sa création.

Principales difficultés

  • Quels est le meilleur outil de collection de données?
  • Comment s’adresser au publique répondeur?
  • Les questions sont-elles claires?
  • Sont-elles neutres?
  • Combien de questions peut-on poser pour s’assurer qu’il n’y aura pas d’abandons à mi-chemin?
  • Où aller chercher des réponses pertinentes?

Quelques pistes

Je présente ici quelques pistes pour vous aider à résoudre ces difficultés. Je reste un peu dans le vague car ces réponses sont à adapter à chaque groupe auquel on s’intéresse et ce qui est vrai pour les « gamers » n’est pas nécessairement vrai pour les lectrices de Mumsnet.

  1. Quant aux outils de création d’enquêtes, on est plutôt gâtés : il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. Personnellement, je préfère Google Forms: moins de gadgets mais c’est gratuit et sans limite ni de questions ni de réponses. Les options pour trier et lire les résultats sont aussi très correctes.
  2. Quel ton adopter avec le public? Là, c’est un peu plus difficile et mérite d’être pensé en avance. C’est important d’adopter le bon ton afin de motiver et surtout de ne pas offusquer (ce qui risquerait de réduire le nombre de réponses, voire même les fausser si vous vous y prenez vraiment très mal). Le plus important reste quand même d’être honnête sur ses intentions, de bien expliquer le but de vos recherches, et ce que vous ferez de ces donnés (si vous prévoyez un usage commercial par exemple, ou si vous pensez partager librement ces données, car il faut donner l’opportunité aux gens de décider ce qu’ils veulent bien dévoiler ou de ne pas participer).
  3. et …
  4. Je fais ces deux là ensemble, vous comprendrez très vite pourquoi. Les questions que vous poserez doivent être bien pensées car une fois que vous aurez mis votre enquête en ligne vous ne pourrez plus les changer sans fausser vos résultats. De plus, il faudra faire très attention à comment vous posez les questions afin de ne pas suggérer la « bonne » réponse au participant. La difficulté est bien de poser la question de la façon la plus objective possible.
  5. Pour le nombre de questions que vous pouvez vous permettre, ceci aussi dépendra de votre public et de son engagement dans la recherche. De plus, si vous posez des questions de types variés, cela vous aidera aussi à garder l’intérêt des personnes qui viennent répondre. Il n’y a pas de règle générale mais il faudrait essayer de garder le temps de participation à 15 minutes ou moins et éviter les questions qui demandent de taper de longues réponses; sauf bien sûr si cela est essentiel à votre recherche…
  6. La première réponse qui vous vient en tête n’est pas nécessairement la bonne. Il faut se demander qui sont les utilisateurs du service ou du réseau social auquel vous pensez et peut être en chercher d’autres qui représenteraient une part de la population différente, afin d’avoir des réponses qui représentent bien la population que vous désirez étudier.

Et bien voilà, ce n’est pas bien long mais j’espère que cela vous évitera de tomber dans quelques pièges. Les enquêtes en lignes peuvent être un excellent outil de recherche qui vous donneront accès à quelques informations qui autrefois auraient demandé d’aller sur le terrain (et donc un budget conséquent). Ce n’est pas pour autant qu’on peut le prendre à la légère. Pensez bien à toutes les étapes afin de ne pas vous retrouver à la dernière minute à devoir tout recommencer mais avec, cette fois-ci, moins de bonne volonté de la part de votre public…

COMMENT PRESENTER UN MEMOIRE DE MASTER

La présentation du mémoire de fin d’étude de Master, est un moment important pour tout étudiant inscrit en Master. S’il existe une certaine norme à respecter, il y a aussi un ensemble de comportements à éviter pour faire une bonne soutenance.

Dans ce article, fruit de mon expérience personnelle de ma soutenance de mémoire de Master à l’Université Félix Houphouet Boigny, je mettrai évidence les étapes à suivre pour faire une bonne présentation.

La présentation du sujet mémoire requiert un plan de présentation. l’exposée se fait oralement, ce qui implique une bonne diction lors de la prise de parole devant le jury. Pendant l’oral, la voix doit être audible. Puisqu’il ya un temps défini pour faire la présentation. IL est important d’aller à l’essentiel. C’est à dire parler des points importants du travail. Par exemple: expliquer explicitement les grandes parties, la methode ainsi que les sources sur lesquelles l’on s’est appuyées pour mener à bien le travail.

CERTAINS POINTS IMPORTANTS DU MEMOIRE

La gestion du temps : l’exposé se fait généralement en une vingtaine de minutes. Il est donc recommandé d’être clair et concis lors de la présentation. Pour mieux gérer le temps, il est préférable de entraîner avant le jour J. Cela permettra de connaître combien de temps environ que l’on passera sous chaques parties du travail.

IL faut être bien habillé le jour de la soutenance, pour envoyer une image positive au membre du jury. Car, la première impression que l’on montre, permet au jury d’avoir une idée sur nous.

Il faut éviter de lire tout le document sans expliquer réellement le contenu. Il faut rester cohérent dans ses idées. faire son autocritique et montrer le cas échéant les limites du travail réalisé.

RESUME DE LA PRESENTATION DU MEMOIRE

En définitive, il convient de dire que la soutenance du mémoire permet de mettre en évidence oralement les points importants du travail réalisé. il est donc essentiel, de faire une synthèse des différentes parties et gérer bien le temps de la présentation.

Définir la problématique du mémoire

Pour décrire la problématique du sujet de recherche, il faut:

  1. trouver le point de départ, telle question qui n’a pas été encore abordée ;
  2. formuler un aspect concret à analyser dans votre travail de recherche;
  3. il faut également faire la recherche des sources pour savoir vraiment sur quoi vous allez travailler;
  4. avoir la bibliographie pertinente pour formuler votre base méthodologique ainsi que la problématique de la recherche.

De plus, n’oubliez pas de réfléchir sur les questions qui sont autour de votre sujet du TER qui peuvent être liées à votre sujet de recherche.

Premièrement, pour comprendre qu’est–ce que c’est que le mémoire, il faut avoir une définition claire et explicite. Donc, il s’agit du travail scientifique dont le sujet à étudier fait partie d’un objet de recherche (i.e. la thématique). Pour être très précis, il est nécessaire de distinguer le sujet et le thème. Au départ, le sujet est une explication du récit en détails (Qu’est–ce qui se passe? Qui? Quand? Comment? etc.). Puis, le thème doit être représenté par les notions et les réflexions assez vastes qui poussent le lecteur d’un travail concret à réfléchir.

  Deuxièmement, il est très important de suivre l’idée du choix de sujet et, par conséquent, les obstacles de la problématique identifiée (c’est–à–dire, le point de départ personnel). En plus, mettre en place les objectifs et l’intérêt du sujet font une part intégrante d’idée de finalité du TER. Et là on se pose la question – est–ce qu’on est limité de travailler qu’à la faculté ou on continue de développer et d’approfondir les idées?

  Troisièmement, on doit introduire l’argument scientifique ainsi que la description d’un argument du sujet, parce que d’avoir l’argument et la description du sujet de recherche égale la réflexion. Pour justifier son choix d’argumentation scientifique, on propose l’argument sous une forme d’abstract en indiquant les perspectives du travail de recherche scientifique.

 Quatrièmement, on prépare la bibliographie ce qu’on appelle ˝le corpus du travail˝et comme ça on suit la chronologie et l’évolution du travail. Et visant aux recherches qui ont été déjà fait, on peut éclairer des choses qui ont pas dit et élargir son sujet.

 Et finalement, on s’est concentré aussi sur les dates de la rédaction de mémoire en divisant la mémoire en quelques partiesselon le volume du travail pour suivre les délais proposés par les directeurs de recherche.

 Pour conclure, on cherche quelqu’un qui peut lire le travail pour savoir si c’est le travail correct ou s’il manque des éléments du contexte etc.

Initiation au « commentaire de texte »

Le « commentaire littéraire », où plus communément le « commentaire de texte » est une production orale ou écrite dont l’auteur explique, interprète et juge un texte en introduisant notes et éclaircissements destinés à faciliter l’analyse d’un « texte ».

Qu’est ce qu’un « texte » archétype du commentaire ? Parmi eux, on trouve plus précisément des articles, dans une approche historique par exemple, des extraits de romans, dans un contexte littéraire, ou même des discours retranscrits, dans un contexte plus politique.

L’élaboration d’un « commentaire de texte » nécessite l’étude préalable d’un certain nombre de méthodes, propres à chacun, et dont le résultat final sera sensiblement le même, à savoir une compréhension plus élaborée du texte en question. Mais comment étudier un « texte » ? Par quel moyen et sous quelle convention ?

Tout d’abord par le biais d’une introduction, le commentaire de texte devra premièrement situer, présenter, contextualiser, problématiser et annoncer le sujet traité ainsi que le plan qui servira à son « développement ».

Dans un second temps, le commentaire de texte inclura un « développement », composé de deux à trois parties dans lesquelles le rédacteur pourra se pencher davantage sur les détails et évidences sous entendues par l’auteur, et dont la saillance sera « décroissante ». Autrement dit, la première partie sera sensiblement plus générale que la seconde, cette dernière, contentée d’étudier les éléments annexes plus précis, mais demeurant néanmoins essentiels (méthode de l’entonnoir).

Finalement, le commentaire se verra achevé par une « conclusion », dans laquelle sera émise une réponse générale aux problématiques posées précédemment dans l’introduction. Une ouverture, sous forme directe, indirecte, de question, ou même une citation peut être envisagée, le cas échéant, sous réserve que la consigne soit précisée par l’enseignant référent.

XML-TEI & littérature

Ici on va parler du XML-TEI un procédé de codage qui va permettre une meilleure analyse des textes et manuscrits pour les personnes initiés à ce langage. Pour celles et ceux qui ne savent ce qu’est le XML je vous renvoie au lien d’openclassrooms qui vous donnera un petit cours gratuit sur le sujet.

Le XML-TEI c’est quoi ?

La Text Encoding Initiative abrégée TEI c’est d’abord une communauté appartenant aux Humanités Numériques qui à pour objectif de définir un ensemble de règles et de recommandations pour l’encodage des documents textuels et leurs reproductions numériques . Ce type d’encodage va permettre de travailler sur un grand nombre de document textuels typiquement du manuscrit d’une oeuvre à son édition finale. Comme son nom l’indique son objet d’étude principal est le texte, mais grâce a son développement elle peut être appliquer à différent type de données numériques, audio, vidéo, image.

De plus comme il s’agit d’un langage informatique avec des balises normées, il est possible de les retrouver sur le site internet des Guidelines de la TEI.

Pourquoi utiliser la TEI?

Il est possible d’apporter plusieurs réponses à cette question.

D’abord, la TEI va d’avantage se concentrer sur le sens du texte plutôt qu’à son format, bien sûr un éditeur de texte standard ou un traitement de texte classique du type Open Office ou Microsoft Word, pourrait facilement vous retrouver toutes les occurrences d’un termes dans le texte, mais il est incapable de faire une recherche intelligente, dans laquelle il distinguerait les significations de deux homographes. Il fallait donc une solution, car il y a une grande différence entre la façon dont le chercheur réfléchi au texte et la façon dont le système automatisé le traite. En effet ce système va réduire à l’apparence des chaines de caractères ce qui est effectivement écrit. Ainsi un simple traitement de texte ne va pas faire de différence entre « La physique » et « Le physique » il va juste rencontrer deux occurrences du mot « physique ». Dans cet éditeur de texte nous pourrons modifier autant que nous le souhaitons la police, la couleur et toute autre valeur visuelle du texte en fonction de la signification. Dans la TEI il nous sera possible d’indiquer de manière fidèle, si le nom est masculin ou féminin, mais aussi il nous est possible d’indiquer si Paris est un nom de ville ou de personnes, si Camille est un personnage masculin ou féminin, mais aussi si un terme à telle ou telle origine, ou bien encore dans un corpus de texte si un personnage, un lieu apparaît dans plusieurs textes, il est donc possible de montrer aussi l’intertextualité.

Le second avantage serait la totale indépendance du système d’écriture. En effet avec la TEI il n’y a pas de question à se poser quant aux compatibilités entre les différents logiciels, mais aussi les systèmes d’exploitations. Le document sera toujours lisible partout. La réponse est la même si vous tentez d’ouvrir votre document des années après. Le document reste lisible partout et tout le temps, il n’y a aucune question à se poser pour le devenir de celui-ci. En effet le document TEI va prêter attention au texte sans s’occuper du logiciel pour le visualiser. Bien au contraire la TEI va représenter directement la pensée de son auteur. Par exemple il est possible d’identifier avec la TEI un titre de chanson, un extrait de discours, un passage en langue étrangère, en fonction de comment la chaîne de caractère va être identifier par le chercheur. Un autre avantage est que l’auteur – chercheur peut décider, dans une version imprimée, de visualisé le titre d’un article en Italique, mais dans une version numérique faire un renvoi vers le lien internet de ce dernier.

Aussi cette indépendance bien qu’elle soit cadrée par les Guidelines va permettre aux différents auteurs d’un même document de travailler ensemble dans un but commun. Chacun pourra donc travailler sur son propre domaine, il est possible d’admettre que un auteur travaille à l’encodage des personnages, un autre à celui des villes et que enfin un dernier s’occupe de la relecture, car ils vont tout les trois suivre les mêmes règles.

La TEI va aussi être essentielle pour l’analyse des manuscrits, en effet le chercheur va pouvoir représenter ce dernier numériquement, va pouvoir le mettre en face à face avec son fac-similé. Aussi il va pouvoir représenter la genèse de l’écriture, sa chronologie, montrer à quel moment apparaît chaque portion de texte, dire si une rature introduit une autre signification ou si il s’agit simplement d’une suppression. Le champs des possibilités est relativement grand un des meilleurs exemples serait certainement les dossiers de Bouvard et Pécuchet auxquels ont peut associer leur dossier en TEI disponible sur le Catalogue OAI.

Pour conclure

Le XML-TEI offre donc une visualisation de tout ce qui peut sembler important à propos d’un texte, un manuscrit, mais aussi un document audio ou vidéo, et pas seulement son apparence. l’identification des différentes entités et caractéristiques du document va permettre de nouvelles visualisations et de nouvelles perspectives d’analyses.