Archives de catégorie : Méthodologie

COMMENT PRESENTER UN MEMOIRE DE MASTER

La présentation du mémoire de fin d’étude de Master, est un moment important pour tout étudiant inscrit en Master. S’il existe une certaine norme à respecter, il y a aussi un ensemble de comportements à éviter pour faire une bonne soutenance.

Dans ce article, fruit de mon expérience personnelle de ma soutenance de mémoire de Master à l’Université Félix Houphouet Boigny, je mettrai évidence les étapes à suivre pour faire une bonne présentation.

La présentation du sujet mémoire requiert un plan de présentation. l’exposée se fait oralement, ce qui implique une bonne diction lors de la prise de parole devant le jury. Pendant l’oral, la voix doit être audible. Puisqu’il ya un temps défini pour faire la présentation. IL est important d’aller à l’essentiel. C’est à dire parler des points importants du travail. Par exemple: expliquer explicitement les grandes parties, la methode ainsi que les sources sur lesquelles l’on s’est appuyées pour mener à bien le travail.

CERTAINS POINTS IMPORTANTS DU MEMOIRE

La gestion du temps : l’exposé se fait généralement en une vingtaine de minutes. Il est donc recommandé d’être clair et concis lors de la présentation. Pour mieux gérer le temps, il est préférable de entraîner avant le jour J. Cela permettra de connaître combien de temps environ que l’on passera sous chaques parties du travail.

IL faut être bien habillé le jour de la soutenance, pour envoyer une image positive au membre du jury. Car, la première impression que l’on montre, permet au jury d’avoir une idée sur nous.

Il faut éviter de lire tout le document sans expliquer réellement le contenu. Il faut rester cohérent dans ses idées. faire son autocritique et montrer le cas échéant les limites du travail réalisé.

RESUME DE LA PRESENTATION DU MEMOIRE

En définitive, il convient de dire que la soutenance du mémoire permet de mettre en évidence oralement les points importants du travail réalisé. il est donc essentiel, de faire une synthèse des différentes parties et gérer bien le temps de la présentation.

Définir la problématique du mémoire

Pour décrire la problématique du sujet de recherche, il faut:

  1. trouver le point de départ, telle question qui n’a pas été encore abordée ;
  2. formuler un aspect concret à analyser dans votre travail de recherche;
  3. il faut également faire la recherche des sources pour savoir vraiment sur quoi vous allez travailler;
  4. avoir la bibliographie pertinente pour formuler votre base méthodologique ainsi que la problématique de la recherche.

De plus, n’oubliez pas de réfléchir sur les questions qui sont autour de votre sujet du TER qui peuvent être liées à votre sujet de recherche.

Premièrement, pour comprendre qu’est–ce que c’est que le mémoire, il faut avoir une définition claire et explicite. Donc, il s’agit du travail scientifique dont le sujet à étudier fait partie d’un objet de recherche (i.e. la thématique). Pour être très précis, il est nécessaire de distinguer le sujet et le thème. Au départ, le sujet est une explication du récit en détails (Qu’est–ce qui se passe? Qui? Quand? Comment? etc.). Puis, le thème doit être représenté par les notions et les réflexions assez vastes qui poussent le lecteur d’un travail concret à réfléchir.

  Deuxièmement, il est très important de suivre l’idée du choix de sujet et, par conséquent, les obstacles de la problématique identifiée (c’est–à–dire, le point de départ personnel). En plus, mettre en place les objectifs et l’intérêt du sujet font une part intégrante d’idée de finalité du TER. Et là on se pose la question – est–ce qu’on est limité de travailler qu’à la faculté ou on continue de développer et d’approfondir les idées?

  Troisièmement, on doit introduire l’argument scientifique ainsi que la description d’un argument du sujet, parce que d’avoir l’argument et la description du sujet de recherche égale la réflexion. Pour justifier son choix d’argumentation scientifique, on propose l’argument sous une forme d’abstract en indiquant les perspectives du travail de recherche scientifique.

 Quatrièmement, on prépare la bibliographie ce qu’on appelle ˝le corpus du travail˝et comme ça on suit la chronologie et l’évolution du travail. Et visant aux recherches qui ont été déjà fait, on peut éclairer des choses qui ont pas dit et élargir son sujet.

 Et finalement, on s’est concentré aussi sur les dates de la rédaction de mémoire en divisant la mémoire en quelques partiesselon le volume du travail pour suivre les délais proposés par les directeurs de recherche.

 Pour conclure, on cherche quelqu’un qui peut lire le travail pour savoir si c’est le travail correct ou s’il manque des éléments du contexte etc.

Initiation au “commentaire de texte”

Le “commentaire littéraire”, où plus communément le “commentaire de texte” est une production orale ou écrite dont l’auteur explique, interprète et juge un texte en introduisant notes et éclaircissements destinés à faciliter l’analyse d’un “texte”.

Qu’est ce qu’un “texte” archétype du commentaire ? Parmi eux, on trouve plus précisément des articles, dans une approche historique par exemple, des extraits de romans, dans un contexte littéraire, ou même des discours retranscrits, dans un contexte plus politique.

L’élaboration d’un “commentaire de texte” nécessite l’étude préalable d’un certain nombre de méthodes, propres à chacun, et dont le résultat final sera sensiblement le même, à savoir une compréhension plus élaborée du texte en question. Mais comment étudier un “texte” ? Par quel moyen et sous quelle convention ?

Tout d’abord par le biais d’une introduction, le commentaire de texte devra premièrement situer, présenter, contextualiser, problématiser et annoncer le sujet traité ainsi que le plan qui servira à son “développement”.

Dans un second temps, le commentaire de texte inclura un “développement”, composé de deux à trois parties dans lesquelles le rédacteur pourra se pencher davantage sur les détails et évidences sous entendues par l’auteur, et dont la saillance sera “décroissante”. Autrement dit, la première partie sera sensiblement plus générale que la seconde, cette dernière, contentée d’étudier les éléments annexes plus précis, mais demeurant néanmoins essentiels (méthode de l’entonnoir).

Finalement, le commentaire se verra achevé par une “conclusion”, dans laquelle sera émise une réponse générale aux problématiques posées précédemment dans l’introduction. Une ouverture, sous forme directe, indirecte, de question, ou même une citation peut être envisagée, le cas échéant, sous réserve que la consigne soit précisée par l’enseignant référent.

XML-TEI & littérature

Ici on va parler du XML-TEI un procédé de codage qui va permettre une meilleure analyse des textes et manuscrits pour les personnes initiés à ce langage. Pour celles et ceux qui ne savent ce qu’est le XML je vous renvoie au lien d’openclassrooms qui vous donnera un petit cours gratuit sur le sujet.

Le XML-TEI c’est quoi ?

La Text Encoding Initiative abrégée TEI c’est d’abord une communauté appartenant aux Humanités Numériques qui à pour objectif de définir un ensemble de règles et de recommandations pour l’encodage des documents textuels et leurs reproductions numériques . Ce type d’encodage va permettre de travailler sur un grand nombre de document textuels typiquement du manuscrit d’une oeuvre à son édition finale. Comme son nom l’indique son objet d’étude principal est le texte, mais grâce a son développement elle peut être appliquer à différent type de données numériques, audio, vidéo, image.

De plus comme il s’agit d’un langage informatique avec des balises normées, il est possible de les retrouver sur le site internet des Guidelines de la TEI.

Pourquoi utiliser la TEI?

Il est possible d’apporter plusieurs réponses à cette question.

D’abord, la TEI va d’avantage se concentrer sur le sens du texte plutôt qu’à son format, bien sûr un éditeur de texte standard ou un traitement de texte classique du type Open Office ou Microsoft Word, pourrait facilement vous retrouver toutes les occurrences d’un termes dans le texte, mais il est incapable de faire une recherche intelligente, dans laquelle il distinguerait les significations de deux homographes. Il fallait donc une solution, car il y a une grande différence entre la façon dont le chercheur réfléchi au texte et la façon dont le système automatisé le traite. En effet ce système va réduire à l’apparence des chaines de caractères ce qui est effectivement écrit. Ainsi un simple traitement de texte ne va pas faire de différence entre “La physique” et “Le physique” il va juste rencontrer deux occurrences du mot “physique”. Dans cet éditeur de texte nous pourrons modifier autant que nous le souhaitons la police, la couleur et toute autre valeur visuelle du texte en fonction de la signification. Dans la TEI il nous sera possible d’indiquer de manière fidèle, si le nom est masculin ou féminin, mais aussi il nous est possible d’indiquer si Paris est un nom de ville ou de personnes, si Camille est un personnage masculin ou féminin, mais aussi si un terme à telle ou telle origine, ou bien encore dans un corpus de texte si un personnage, un lieu apparaît dans plusieurs textes, il est donc possible de montrer aussi l’intertextualité.

Le second avantage serait la totale indépendance du système d’écriture. En effet avec la TEI il n’y a pas de question à se poser quant aux compatibilités entre les différents logiciels, mais aussi les systèmes d’exploitations. Le document sera toujours lisible partout. La réponse est la même si vous tentez d’ouvrir votre document des années après. Le document reste lisible partout et tout le temps, il n’y a aucune question à se poser pour le devenir de celui-ci. En effet le document TEI va prêter attention au texte sans s’occuper du logiciel pour le visualiser. Bien au contraire la TEI va représenter directement la pensée de son auteur. Par exemple il est possible d’identifier avec la TEI un titre de chanson, un extrait de discours, un passage en langue étrangère, en fonction de comment la chaîne de caractère va être identifier par le chercheur. Un autre avantage est que l’auteur – chercheur peut décider, dans une version imprimée, de visualisé le titre d’un article en Italique, mais dans une version numérique faire un renvoi vers le lien internet de ce dernier.

Aussi cette indépendance bien qu’elle soit cadrée par les Guidelines va permettre aux différents auteurs d’un même document de travailler ensemble dans un but commun. Chacun pourra donc travailler sur son propre domaine, il est possible d’admettre que un auteur travaille à l’encodage des personnages, un autre à celui des villes et que enfin un dernier s’occupe de la relecture, car ils vont tout les trois suivre les mêmes règles.

La TEI va aussi être essentielle pour l’analyse des manuscrits, en effet le chercheur va pouvoir représenter ce dernier numériquement, va pouvoir le mettre en face à face avec son fac-similé. Aussi il va pouvoir représenter la genèse de l’écriture, sa chronologie, montrer à quel moment apparaît chaque portion de texte, dire si une rature introduit une autre signification ou si il s’agit simplement d’une suppression. Le champs des possibilités est relativement grand un des meilleurs exemples serait certainement les dossiers de Bouvard et Pécuchet auxquels ont peut associer leur dossier en TEI disponible sur le Catalogue OAI.

Pour conclure

Le XML-TEI offre donc une visualisation de tout ce qui peut sembler important à propos d’un texte, un manuscrit, mais aussi un document audio ou vidéo, et pas seulement son apparence. l’identification des différentes entités et caractéristiques du document va permettre de nouvelles visualisations et de nouvelles perspectives d’analyses.