Archives de catégorie : Humanités Numériques

L’utilisation des Humanités Numériques au sein du domaine universitaire

Le « Manifeste des Digital humanities« , définit les humanités numériques comme « une transdiscipline, porteuse des méthodes, des dispositifs et des perspectives heuristiques liés au numérique dans le domaine des Sciences humaines et sociales ».

Il y a plusieurs années, l’utilisation et l’utilité des humanités numériques au sein du milieu universitaire pouvaient paraître moins essentielle que d’autres disciplines, mais, de nos jours, la recherche et l’exploitation de sources et des fichiers électroniques sont devenues des actions « naturelles ».

En effet, les bibliothèques numériques deviennent tout aussi importantes que les bibliothèques physiques grâce à la numérisation massive de nombreux ouvrages, d’articles scientifiques, etc.

Les conséquences de cette numérisation ont eu un impact sur le milieu de la recherche, et plus particulièrement dans le domaine des Sciences humaines et sociales. En effet, les humanités numériques ont apporté une perspective de travail différente car elles permettent d’accéder plus facilement à certains ouvrages ou articles. L’utilisation des humanités numériques dans le cadre d’un travail de recherche est devenue quasi essentielle car elles favorisent également les échanges trans-disciplinaires entre l’informatique et les sciences humaines et également entre l’utilisateur et l’outil informatique. Pour ma part, les humanités numériques ont joué un rôle clé dans le cadre de mon travail de recherche en première année de Master car j’ai pu appuyer mes recherches sur de nombreux ouvrages et articles scientifiques trouvés en ligne. Par exemple, l’utilisation de “Jstor”, un système d’archivage en ligne d’articles scientifiques et de publications universitaires m’a permis d’exploiter énormément de ressources en ligne, et ainsi de faciliter mon travail de recherche. De plus, l’an passé, nous avons également appris à nous servir de l’outil informatique “Zotero”, un logiciel informatique permettant de réaliser une bibliographie en fonction d’un style de présentation bibliographique déterminé.

Progressivement, l’utilisation des humanités numériques au sein du milieu universitaire se propage, et à mon sens, les humanités numériques sont devenues une nouvelle forme d’archivage des sources, de gestion, de diffusion, et d’exploitation, c’est pourquoi l’intégration de cette transdiscipline dans le milieu universitaire devient essentielle.

CRÉER une enquête en ligne dans le cadre d’un Projet de recherche

L’enquête en ligne est un des outils de recherche les plus faciles d’accès pour un étudiant. Elle ne requiert pas de déplacement ou de grands moyens financiers et elle a le potentiel de recueillir une grande quantité de données en peu de temps. Mais attention: « facile d’accès » ne veut pas dire « facile à faire ». Cet outil demande à être raisonné à tous les niveaux.

CCBY Alan O’Rourke via Flickr

Si le groupe auquel on s’intéresse est une groupe contemporain, « vivant », on peut difficilement se passer de contact direct avec ces « premiers concernés ». Hors, il n’est pas toujours possible de rencontrer ces personnes face-à-face ou même d’organiser suffisamment d’entretiens individuels avec les moyens du bord. D’ailleurs, ce n’est pas toujours le plus pertinent non plus.

Lors de mes propres recherches sur la culture « rolista » hispanique, c’est à dire les passionnés de jeux de rôle sur table, je me suis vue confrontée au besoin de cerner cette population. Or, c’est un groupe aux liens vagues, dispersé, et peu étudié par les chercheurs chevronnés. J’ai donc choisi l’enquête en ligne comme outil principal de rapprochement.

Une enquête en ligne peut sembler simple mais on se rend bien vite compte des différentes problématiques qui se posent lors de sa création.

Principales difficultés

  • Quels est le meilleur outil de collection de données?
  • Comment s’adresser au publique répondeur?
  • Les questions sont-elles claires?
  • Sont-elles neutres?
  • Combien de questions peut-on poser pour s’assurer qu’il n’y aura pas d’abandons à mi-chemin?
  • Où aller chercher des réponses pertinentes?

Quelques pistes

Je présente ici quelques pistes pour vous aider à résoudre ces difficultés. Je reste un peu dans le vague car ces réponses sont à adapter à chaque groupe auquel on s’intéresse et ce qui est vrai pour les « gamers » n’est pas nécessairement vrai pour les lectrices de Mumsnet.

  1. Quant aux outils de création d’enquêtes, on est plutôt gâtés : il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. Personnellement, je préfère Google Forms: moins de gadgets mais c’est gratuit et sans limite ni de questions ni de réponses. Les options pour trier et lire les résultats sont aussi très correctes.
  2. Quel ton adopter avec le public? Là, c’est un peu plus difficile et mérite d’être pensé en avance. C’est important d’adopter le bon ton afin de motiver et surtout de ne pas offusquer (ce qui risquerait de réduire le nombre de réponses, voire même les fausser si vous vous y prenez vraiment très mal). Le plus important reste quand même d’être honnête sur ses intentions, de bien expliquer le but de vos recherches, et ce que vous ferez de ces donnés (si vous prévoyez un usage commercial par exemple, ou si vous pensez partager librement ces données, car il faut donner l’opportunité aux gens de décider ce qu’ils veulent bien dévoiler ou de ne pas participer).
  3. et …
  4. Je fais ces deux là ensemble, vous comprendrez très vite pourquoi. Les questions que vous poserez doivent être bien pensées car une fois que vous aurez mis votre enquête en ligne vous ne pourrez plus les changer sans fausser vos résultats. De plus, il faudra faire très attention à comment vous posez les questions afin de ne pas suggérer la « bonne » réponse au participant. La difficulté est bien de poser la question de la façon la plus objective possible.
  5. Pour le nombre de questions que vous pouvez vous permettre, ceci aussi dépendra de votre public et de son engagement dans la recherche. De plus, si vous posez des questions de types variés, cela vous aidera aussi à garder l’intérêt des personnes qui viennent répondre. Il n’y a pas de règle générale mais il faudrait essayer de garder le temps de participation à 15 minutes ou moins et éviter les questions qui demandent de taper de longues réponses; sauf bien sûr si cela est essentiel à votre recherche…
  6. La première réponse qui vous vient en tête n’est pas nécessairement la bonne. Il faut se demander qui sont les utilisateurs du service ou du réseau social auquel vous pensez et peut être en chercher d’autres qui représenteraient une part de la population différente, afin d’avoir des réponses qui représentent bien la population que vous désirez étudier.

Et bien voilà, ce n’est pas bien long mais j’espère que cela vous évitera de tomber dans quelques pièges. Les enquêtes en lignes peuvent être un excellent outil de recherche qui vous donneront accès à quelques informations qui autrefois auraient demandé d’aller sur le terrain (et donc un budget conséquent). Ce n’est pas pour autant qu’on peut le prendre à la légère. Pensez bien à toutes les étapes afin de ne pas vous retrouver à la dernière minute à devoir tout recommencer mais avec, cette fois-ci, moins de bonne volonté de la part de votre public…

XML-TEI & littérature

Ici on va parler du XML-TEI un procédé de codage qui va permettre une meilleure analyse des textes et manuscrits pour les personnes initiés à ce langage. Pour celles et ceux qui ne savent ce qu’est le XML je vous renvoie au lien d’openclassrooms qui vous donnera un petit cours gratuit sur le sujet.

Le XML-TEI c’est quoi ?

La Text Encoding Initiative abrégée TEI c’est d’abord une communauté appartenant aux Humanités Numériques qui à pour objectif de définir un ensemble de règles et de recommandations pour l’encodage des documents textuels et leurs reproductions numériques . Ce type d’encodage va permettre de travailler sur un grand nombre de document textuels typiquement du manuscrit d’une oeuvre à son édition finale. Comme son nom l’indique son objet d’étude principal est le texte, mais grâce a son développement elle peut être appliquer à différent type de données numériques, audio, vidéo, image.

De plus comme il s’agit d’un langage informatique avec des balises normées, il est possible de les retrouver sur le site internet des Guidelines de la TEI.

Pourquoi utiliser la TEI?

Il est possible d’apporter plusieurs réponses à cette question.

D’abord, la TEI va d’avantage se concentrer sur le sens du texte plutôt qu’à son format, bien sûr un éditeur de texte standard ou un traitement de texte classique du type Open Office ou Microsoft Word, pourrait facilement vous retrouver toutes les occurrences d’un termes dans le texte, mais il est incapable de faire une recherche intelligente, dans laquelle il distinguerait les significations de deux homographes. Il fallait donc une solution, car il y a une grande différence entre la façon dont le chercheur réfléchi au texte et la façon dont le système automatisé le traite. En effet ce système va réduire à l’apparence des chaines de caractères ce qui est effectivement écrit. Ainsi un simple traitement de texte ne va pas faire de différence entre « La physique » et « Le physique » il va juste rencontrer deux occurrences du mot « physique ». Dans cet éditeur de texte nous pourrons modifier autant que nous le souhaitons la police, la couleur et toute autre valeur visuelle du texte en fonction de la signification. Dans la TEI il nous sera possible d’indiquer de manière fidèle, si le nom est masculin ou féminin, mais aussi il nous est possible d’indiquer si Paris est un nom de ville ou de personnes, si Camille est un personnage masculin ou féminin, mais aussi si un terme à telle ou telle origine, ou bien encore dans un corpus de texte si un personnage, un lieu apparaît dans plusieurs textes, il est donc possible de montrer aussi l’intertextualité.

Le second avantage serait la totale indépendance du système d’écriture. En effet avec la TEI il n’y a pas de question à se poser quant aux compatibilités entre les différents logiciels, mais aussi les systèmes d’exploitations. Le document sera toujours lisible partout. La réponse est la même si vous tentez d’ouvrir votre document des années après. Le document reste lisible partout et tout le temps, il n’y a aucune question à se poser pour le devenir de celui-ci. En effet le document TEI va prêter attention au texte sans s’occuper du logiciel pour le visualiser. Bien au contraire la TEI va représenter directement la pensée de son auteur. Par exemple il est possible d’identifier avec la TEI un titre de chanson, un extrait de discours, un passage en langue étrangère, en fonction de comment la chaîne de caractère va être identifier par le chercheur. Un autre avantage est que l’auteur – chercheur peut décider, dans une version imprimée, de visualisé le titre d’un article en Italique, mais dans une version numérique faire un renvoi vers le lien internet de ce dernier.

Aussi cette indépendance bien qu’elle soit cadrée par les Guidelines va permettre aux différents auteurs d’un même document de travailler ensemble dans un but commun. Chacun pourra donc travailler sur son propre domaine, il est possible d’admettre que un auteur travaille à l’encodage des personnages, un autre à celui des villes et que enfin un dernier s’occupe de la relecture, car ils vont tout les trois suivre les mêmes règles.

La TEI va aussi être essentielle pour l’analyse des manuscrits, en effet le chercheur va pouvoir représenter ce dernier numériquement, va pouvoir le mettre en face à face avec son fac-similé. Aussi il va pouvoir représenter la genèse de l’écriture, sa chronologie, montrer à quel moment apparaît chaque portion de texte, dire si une rature introduit une autre signification ou si il s’agit simplement d’une suppression. Le champs des possibilités est relativement grand un des meilleurs exemples serait certainement les dossiers de Bouvard et Pécuchet auxquels ont peut associer leur dossier en TEI disponible sur le Catalogue OAI.

Pour conclure

Le XML-TEI offre donc une visualisation de tout ce qui peut sembler important à propos d’un texte, un manuscrit, mais aussi un document audio ou vidéo, et pas seulement son apparence. l’identification des différentes entités et caractéristiques du document va permettre de nouvelles visualisations et de nouvelles perspectives d’analyses.