Archives de catégorie : Retour d’expérience professionnelle

LA TRADUCTION DE TEXTES et l’enseignement des langues

Le parcours LLCER regorge plusieurs matières fondamentales. En ce qui me concerne, c’est la traduction de textes qui m’a beaucoup inspiré. Etant dans ce département de la recherche, mon attraction a été celle du domaine de la compréhension de textes. car de nombreux apprenants font face à cette difficulté, au collège, au lycée ainsi qu’à l’Université c’est le même problème.

En effet, étudiante avertie et suivant le parcours, j’ai eu des propositions de cours dans certains collèges. J’ai donc commencé par donner des cours à domicile et quelle ne fut pas ma surprise, les apprenants rencontraient vraiment d’énormes difficultés qu’à la traduction de texte (français-espagnol). Le souci des apprenants se situaient au niveau de la connaissance des notions de bases en traduction. Notamment, la compréhension de texte, la traduction contextuelle, littérale etc. Face à cela, je me suis mise alors de prime à bord dans la tête d’un bon enseignant. Car mon objectif principal était de les emmener à connaitre les notions et éléments nécessaires avant de se mettre à traduire.

Pour ce faire, j’ai élaboré un plan d’attaque très simple, qui au départ paraissait anodin. Mais qui par la suite s’est avéré efficace. Les différentes classes que je tenais, chaque apprenant devait apprendre par coeur la conjugaison des verbes à tous les temps, ainsi que la concordance des temps, les verbes à diphtongue et surtout étudier des proverbes qu’ils devaient réciter individuellement, toutes les fois ou j’intervenais dans leurs salles comme à la maison pour certains. Cela fut très productif. Car au fur et à mesure, le constat fut tel qu’ils étaient enthousiastes à l’idée de me retrouver le plus souvent, chacun d’eux voulant montrant ce qu’il avait assimilé. A la base nous partions sur de simples principes, de phrases simples qu’ils devaient traduire en tenant compte du contexte, puis du vocabulaire. En traduisant chacun donnait une idée. Car le but était que tous soient participatifs du projet, si bien que lorsque je distribuais le texte la première consistait à ce que soit rappelé le procédé avant toute chose.

Alors, les interventions étaient toujours à point. Car dans l’amusement, je suis parvenue à leur apprendre à s’approprier le texte avant tout, en le lisant plusieurs fois, à le découper par virgules répéter les mots durs du texte, à connaitre les règles de grammaire de même que l’orthographe des mots. La traduction était un moment de partage. Car l’objectif était que chacun sorte de là, en ayant appris quelque chose. Et à la fin de nos séances, ils faisaient déjà une bonne traduction en s’appuyant sur les normes que je leur avais inculquées.

Cette expérience m’a moi-même servi. Car, cela n’a fait que renforcer mes acquis en traduction. Cela me permettait d’assister à des colloques sur la traduction organisés dans mon département . J’ai compris par exemple qu’il ne faut jamais mettre deux négations avant le verbe, ne pas faire dans le désordre, de bien contextualiser le texte. En enseignant à ces apprenants ces astuces sur la traduction, j’ai moi aussi appris davantage et appliquer toutes ces connaissances. Cela est susceptible demain d’aider dans le concours de traduction.

En résumé, la traduction reste un élément crucial pour tout apprenant qui prétend apprendre une langue étrangère ou passer un concours dans le domaine. Dans le parcours de LLCER c’est très important d’avoir de bonnes bases en traduction de textes. Car cela ouvre à plusieurs champs(traducteur, interprète). Maitriser aussi l’orthographe des mots, faciliterait la rédaction sans faute du texte traduit.

L’étude du harcèlement en classe d’espagnol au collège

Je suis professeure contractuelle d’espagnol dans un collège. Il est d’usage d’étudier le harcèlement en fin de 4ème ou début de 3ème pour sensibiliser les élèves au bon comportement à adopter s’ils sont victimes ou témoins de harcèlement.

Il ne s’agira pas ici de présenter une séquence (ensemble de plusieurs séances de la durée d’un cours) mais plutôt de mettre en valeur l’étude de certains documents.

Ce premier document est l’introduction de la séquence. Il permet aux élèves de s’exprimer à partir d’un document iconographique qui met en œuvre un vocabulaire déjà connu (description physique et des émotions, et lexique du milieu scolaire) et permet d’introduire les nouveaux mots de la séquence.

  • El acoso escolar = le harcèlement scolaire
  • Un cartel = une affiche
  • Una venda = un bandeau
  • Un testigo = un témoin
  • Un agresor = un agresseur
  • Una víctima = une victime
  • Falta de respeto = manque de respect
  • Burlarse de alguien = se moquer de quelqu’un
  • Señalar del dedo = montrer du doigt
  • Aislar = isoler
  • Maltratar = maltraiter
  • Golpear = frapper
  • Matar = tuer
  • Luchar = lutter
  • Ayudar = aider

La description d’un élève :

El documento es un cartel. Habla del acoso escolar. El título es Bulling, que en español se dice acoso y hay un eslogán que es : Quítate la venda. Vemos que la escena tiene lugar en un colegio porque hay alumnos que llevan mochilas.

Vemos a la izquierda a niños burlandose de otro niño que está en el centro del dibujo. Señalan del dedo al chico. Son los agresores.

Vemos a la derecha a niños con los ojos vendados. Son testigos del maltrato del chico en el centro.

Vemos que hay un niño en el centro. Nos está mirando. Vemos que está triste porque frunce el ceño. Es la víctima. Pide ayuda.

Matthias, 14 ans.

Il est d’usage de faire l’étude de 3-4 documents : un texte (article, extraits de roman, etc.), enregistrement audio, vidéo …

Pour terminer cette séquence, et après l’étude d’un texte sur le harcèlement en Espagne, nous avons travaillé sur la vidéo à suivre.

Ce dernier document permet de réviser et d’approfondir les notions étudiées tout au long de la séquence pour mieux les préparer aux évaluations finales (Expression écrite et Expression orale).

Expression écrite : 
Qu'est-ce que le harcèlement scolaire et qu'en pensez-vous ? 

Expression orale : 
Mise en scène de situation de harcèlement scolaire. 
Définition des différents harcèlements.

A la fin de cette séquence, les élèves sauront parler du harcèlement scolaire en espagnol. Et dans leurs vies de tout les jours, ils auront pris conscience des risques liés a cette pratique.

¡Vamos todos ! Une méthode éclectique

Dans le cadre de la validation du Master Professionnel Didactique des Langues à l’université de Poitiers, il est demandé aux étudiants de créer un outil pédagogique à expérimenter lors d’un stage pratique. Ce stage, je l’ai obtenu en tant que professeur d’espagnol dans un l’établissement scolaire français.

Les apprenants qui m’ont été confiés sont des adolescents entre 14 et 15 ans. En les accueillant, j’ai pu constater la grande difficulté qu’éprouvent ceux-ci au moment de parler dans une langue étrangère qu’ils ne maîtrisent pas. Le rôle essentiel de la pratique dans l’apprentissage d’une langue m’a poussée à essayer de créer des situations de communication propice au développement de la compétence de production orale en classe.

J’ai créé ¡Vamos todos ! pour eux. Mon manuel se veut un outil qui pourrait aider les élèves à acquérir des stratégies et des connaissances leur permettant de communiquer dans des situations et des contextes différents.

La construction de ce volume a débuté par un questionnement. Quels savoirs et savoir-faire doivent être transmis à mes apprenants ?

J’ai commencé par identifier leur motivation. L’une des deux principales motivations des élèves pour apprendre l’espagnol était le voyage en Espagne organisé tous les ans par l’établissement pour les élèves de troisième. Ils savaient qu’ils allaient dormir chez une famille d’accueil espagnole, alors ils souhaitaient les comprendre et communiquer avec eux. L’autre motivation était le sentiment de progresser, d’obtenir des notes qui récompenserait leurs efforts.

Ensuite, j’ai adapté une pédagogie en tenant compte non seulement du public mais aussi des conditions de travail propres de l’enseignement scolaire. Le premier axe de travail qui s’est imposé était l’interaction entre les apprenants et la communication orale en essayant de mettre en place des tâches plus propices à l’interactivité des élèves. C’est pour ces raisons que j’ai réalisé des séquences en utilisant une approche communicative et actionnelle.

Cependant, au cours de cette expérimentation, nous avons détecté des difficultés qui m’ont gêné, surtout dans la gestion de la classe et qui m’ont obligé à changer la méthodologie établie.

Tout d’abord, une classe de troisième se caractérise par des effectifs chargés de 23, de 27 et de 29 élèves respectivement. Les conséquences sur la prise de parole des élèves sont multiples : le temps de participation réduit, le risque de débordements et bavardages, le risque de répétition du même type de phrases qui entraîne la lassitude. Il est d’autant plus important alors d’établir des rites de participation et d’écoute dès le début de l’année.

Puis, lors des moments de communication orale, les élèves en difficulté se plaignaient de ne pas avoir de supports grammaticaux sous les yeux. Le fait d’avoir un support écrit leur apportait possiblement un sentiment de sécurité. Ils avaient besoin de prendre connaissance des nouvelles règles de grammaire. Ils avaient l’impression de maîtriser une partie du système linguistique. Cela les rassurait pour participer à l’oral. En plus, au moment du premier conseil de classe, les délégués m’ont demandé de réintroduire de la grammaire dans leur enseignement de façon explicite et démonstrative. Alors, face à cette demande, mon manuel adapte une méthode traditionnelle et met en place une page qui aborde les points grammaticaux en français. A ce sujet, j’ai dû privilégier la grammaire en favorisant moins les interactions orales. Néanmoins, le manuel conseille de réaliser l’explication explicite uniquement quand il y a une difficulté de perception sur des points grammaticaux. Parfois, la grammaire ne pouvait pas être tout le temps réemployée dans des situations de communication. L’expression orale, surtout en interactivité, est un travail de longue haleine où les habitudes et les stratégies de communication ont besoin de beaucoup de temps et de rigueur pour être mises en place. La difficulté, dans mon contexte d’enseignement était la contrainte temporelle car il y avait un programme à suivre.

Dans le but de motiver les apprenants et de leur créer un climat de confiance et par conséquent de les faire parler sans contrainte, j’ai diversifié mon enseignement pour bâtir le manuel.

Comment ?

Afin de répondre à un plus grand nombre de critères favorisant la réussite des élèves, j’ai emprunté à la méthodologie traditionnelle, active, directe, SGAV et aux approches communicatives et actionnelles quelques-uns des principes fondamentaux en réalisant des croisements méthodologiques. Selon Christian Puren, il s’agit d’un éclectisme méthodologique. Cette approche, se centre sur l’enseignant et sa capacité et liberté d’utiliser la méthode qui lui semble bonne et utile, selon les situations où il se sent à l’aise.

Par rapport à l’expérience vécue au cours du stage, l’idée est qu’au lieu de se limiter à une seule approche, l’enseignante aura l´avantage à adopter une approche éclectique, c’est-à-dire qu’elle emprunte le meilleur des différentes approches ou pédagogies. Ainsi, l’enseignant pourra gérer plus ou moins parfaitement une méthodologie qu’il n’a pas toujours eu la liberté de choisir. Grâce à l’utilisation de l’approche éclectique, l’enseignant sort du système limité et tend vers une diversification méthodologique. Le graphique ci-dessous propose la participation des méthodologies d’enseignement utilisées dans la méthode « ¡Vamos todos ! » collège LV2 en pourcentage.

Ainsi, l’objectif de la méthode ¡Vamos todos ! collège LV2, est de développer, acquérir et consolider les compétences pour une production en espagnol. Le manuel veut également permettre aux élèves, de prendre en main leur apprentissage, de développer des stratégies et des automatismes. A ce propos, j’ai voulu me concentrer sur l’apport de connaissances en introduisant des approches dynamiques dans lesquelles le savoir-faire des élèves est activé.

Ce travail réalisé à partir de ma première expérience professionnelle et stage au sein d’un collège français a été enrichissant. En effet, j’ai constaté que pour permettre aux élèves d’acquérir un excellent niveau en espagnol, il est nécessaire de faire preuve de rigueur, d’avoir des exigences assez élevées et de manière continue. Durant mon stage, j’ai pu observer la mise en place des différentes stratégies abordées à l’université. Même s’il est conseillé de développer principalement l’approche communicative et actionnelle ainsi que la méthodologie structuro-globale audiovisuelle, je me suis rendue compte que la méthode traditionnelle était efficace et nécessaire, comme l’a prouvé mon stage dans l’établissement. Pour obtenir de bons résultats en langue en milieu scolaire, je me suis rendue compte qu’il ne faut pas négliger les autres types de méthodologie.

Nos compétences au service de la communication

Il est parfois difficile de savoir comment utiliser en dehors du cadre universitaire les compétences et savoir acquis lors de nos études. Il arrive même que dans certaines périodes de doutes on ne parvienne pas à trouver un sens et une finalité à nos études. Combien se sont un jour demandé ce à quoi pouvait servir tel ou tel cours ? Et bien il arrive parfois que les réponses à nos questions nous parviennent tout à fait par hasard et que l’on découvre une toute autre utilité aux compétences et savoir acquis. J’ai ainsi découvert que nous avions développé au cours de ces années d’études, des compétences rédactionnelles et relationnelles qui peuvent être exploitées dans le cadre de la communication.

J’ai personnellement pu utiliser ces compétences auprès de mon jeune frère. Ce dernier est sportif de haut niveau et sa carrière ne dépend pas seulement de performances et résultats sportifs mais aussi de la communication. En effet, la communication est un élément clé de la réussite car elle permet d’attirer des sponsors. Dans le sport de haut niveau les sponsors sont extrêmement importants, ils permettent la mise en place d’un environnement sain et financièrement stable permettant le bon déroulement d’une saison de compétition. C’est dans ce cadre que les compétences que j’ai acquise lors de mes études m’ont été particulièrement utiles.
Afin de gérer la communication de mon frère, j’ai tout d’abord dû échanger avec les différents sponsors via courrier électronique ou entretien audio visuel. C’est ainsi que mes compétences en traduction ont été sollicitées non seulement afin de communiquer en Anglais avec des sponsors internationaux mais aussi afin d’adapter mon discours aux personnes avec qui j’échangeais. J’ai aussi réalisé un press-book afin de communiquer de façon plus simple et ludique sur les différents aspects de la carrière sportive de mon frère.

A l’ère des réseaux sociaux, les sponsors s’attardent de plus en plus sur la visibilité du sportif (nombre de followers, de vues, de likes), il est donc important d’animer de façon professionnelle son écosystème digital, non seulement pour attirer de nouveaux sponsors mais également pour maintenir de bonnes relations avec les sponsors déjà existants. J’ai ainsi pu, augmenter la visibilité des posts sur les différents réseaux sociaux en rédigeant en Français et en Anglais afin d’atteindre une audience plus large. Il est important de maintenir un rythme de publication assez soutenu pour ne pas perdre en visibilité. Les compétences organisationnelles acquises lors de mes études m’ont été d’une grande utilité pour cela.

Le but de mon propos n’est pas d’expliquer en quoi consiste la communication mais de remarquer qu’il est possible d’exploiter nos compétences dans un but différent de celui que l’on envisage en premier. Les différents cours de traduction ne m’ont pas seulement permis d’améliorer mon anglais mais ils m’ont aussi appris à m’adapter à un contexte et une audience. Tout comme les différents exposés et exercices oraux m’ont permis de développer ma confiance en moi afin d’être capable d’échanger de façon claire et courante dans une langue qui n’est pas la mienne. Ce sont ces compétences acquises grâce aux différentes expériences, qui accompagnent nos années étudiantes et enrichissent nos parcours . Celles-ci permettent d’envisager différents avenirs adaptés à nos besoins et attentes.

stage: APPROCHE ET EXPLORATION DES ARCHIVES DU CRLA-ARCHIVOS: numerisation des fonds corTazar et jacques gilard

STAGE DE NUMÉRISATION DE FONDS D’ARCHIVES AU CRLA-ARCHIVOS: FONDS CORTAZAR ET JACQUES GILARD

Le stage: une période de formation pratique en entreprise, complémentaire aux études théoriques est une phase importante en deuxième année de Master dans notre parcours LLCER. Nous avons fait le choix du laboratoire de littérature CRLA- ARCHIVOS tant particulièrement pour son travail de conservation et d’éditions de fonds d’écrivains. D’ailleurs, ce qui nous semble en lien avec la thématique (Archives, Mémoire et Écritures) de notre Master. Ce stage nous permet de nous familiariser davantage avec le versant archives des œuvres déjà éditées via le thème : Approche et exploration: numérisation des fonds Cortazar et Jacques GILARD.

La numérisation est une conversion d’un signal analogique en un signal numérique.

LES OBJECTIFS DE LA NUMÉRISATION DES ARCHIVES

Ce procédé électronique visant à reproduire un document papier sur un support informatique a pour principales fonctions:

  • la préservation des documents de toute détérioration ou perte
  • la valorisation d’un fonds documentaire comme celui de Cortazar ou de Jacques Gilard afin de le rendre ludique, joli et attrayant pour les utilisateurs
  • l’incitation à la recherche: la numérisation offre la possibilité d’effectuer des recherches dans des catalogues aussi bien locaux que lointains. Elle facilite et rend plus efficace la recherche pour les conservateurs, le étudiants, les chercheurs…
  • l’accessibilité aux documents en permettant au public d’en faire usage sans risques de les détériorer.
  • la facilité des échanges informatiques à distance
  • l’amélioration de la visibilité et lisibilité des documents; le cas des documents déjà défraichis et tachés voire carrément illisibles.
  • la reproduction afin de réaliser des copies de l’information déjà numérisée en utilisant soit le format de stockage, soit un autre format numérique sans perdre de qualité.

Tous ces avantages énumérés traduisent l’importance de la conservation des manuscrits, des documents quelle que soit leur nature en les numérisant ou en les informatisant. Cela nous permet, quant à leur conservation de gagner en espace, de mieux les protéger durablement et les rendre accessibles à tous. Cette vidéo peut nous en dire plus:

QUELQUES ÉTAPES DE LA NUMÉRISATION

Un certain nombre de principes peuvent être définis partant tant sur les moyens à mettre en place, que pour les résultats attendus pour des critères de qualité minimaux. Les étapes peuvent être entre autre: la sélection des documents à numériser,, le scan des documents et import des données, la classification des données, l’indexation et la mise en ligne

LES COMPETENCES ACQUISES DU STAGE

La numérisation qui était notre activité principale a été beaucoup enrichissante pour nous, comme savoir-faire, à pouvoir

  • utiliser un tableur, un scanner ou un numériseur
  • indexer un document
  • créer la cote d’un document pour le numériser
  • contrôler la qualité des images obtenues
  • classer les documents d’un fonds d’archives
  • contrôler le transfert des données avant leur intégration dans une solution d’archivage ( SME, GED…)
  • veiller au format de numérisation.

Et comme savoir- être, cette expérience nous a inculqué:

  • la rigueur
  • la ponctualité
  • l’adaptabilité au changement
  • le respect des instructions
  • l’autonomie
  • le travail en équipe

QUELQUES GRANDS PROGRAMMES DE NUMÉRISATION

Nous pouvons en retenir en autres:

  • Internet archives
  • le gramophone virtuel
  • Google books
  • Interface de consultation
  • gallica
  • projet numdam de la cellule math doc

Ce stage de numérisation nous a énormément servi par son caractère instructif et son apport dans la pérennisation et diffusion du savoir pour les étudiants, les chercheurs et spécialistes en facilitant non seulement le traitement et le stockage des informations mais également en offrant une qualité de transmission incomparable.

Experience de traduction à Amnesty International AlgErie

Les principes d’Amnesty

Quand j’étais en Algérie, j’étais membre d’Amnesty International Algérie qui est une ONG composée essentiellement de jeunes engagés pour la défense et la promotion des droits humains. Dans les ONG comme Amnesty, les mots jouent un rôle très important parce qu’ils servent à dénoncer, alerter, informer et faire pression. Donc, il est crucial de pouvoir atteindre toutes les cibles, partout dans le monde, qu’il s’agisse des autorités ou institutions à interpeller ou du public à informer et sensibiliser. En effet, dans chaque document qu’Amnesty produisait ou bien recevait, chaque mot et chaque formulation sont pesés. Il est bien entendu que même lorsqu’il s’agit de traduire, une interprétation même légèrement imprécise du texte source pourrait s’avérer très préjudiciable.

Mon expérience Personnelle:

Rejoindre Amnesty en tant qu’une étudiante en Anglais avec un socle de connaissance en langue Arabe déjà acquis au cours de mon parcours scolaire m’a permis de réaliser un premier projet directement lié à mon domaine d’étude. Ainsi, devenir une « militante traductrice bénévole » au sein de cette ONG m’a aidé à mettre en pratique mes connaissances tout en défendant une cause humaine .

La bougie de l’espoir

A travers cette expérience j’ai appris que parler couramment une langue n’est pas suffisant pour traduire car il faut avoir une connaissance approfondis des langues sources, c’est-à-dire des connaissances des langues à partir desquelles tu traduis. Pour traduire,  il est aussi nécessaire de connaitre les cultures et les coutumes liées à la langue en question. En effet, traduire vers la langue B me demander plus de recherches pour que je puisse repérer les jeux de mots, l’ironie, etc., et pour avoir un résultat satisfaisant.

Cet exercice était formateur vu qu’il faisait partie des taches d’un traducteur professionnel. Cependant, l’une des difficultés que j’ai rencontrées, c’était les délais limités qui devaient être respectés pour rendre les documents rédigés ou traduits. En effet, la flexibilité  n’était pas seulement par rapport aux horaires mais aussi dans la manière dont on aborde le travail. Ainsi, rendre sa traduction ou bien son texte rédigé dans les délais impartis était crucial. J’étais obligé de jongler entre les cours de l’université et les travaux de traduction bénévole. En revanche, mes travaux étaient révisés avant d’être transmis et je recevais souvent des commentaires constructifs de la part des réviseurs professionnels de l’ONG.

Etre membre d’Amnesty était aussi être un citoyen informé et engagé donc on devait se tenir informé de l’actualité et avoir une curiosité de ce qui se passe au niveau national et international. Ainsi, on était obligé de lire la presse quotidiennement  pour pouvoir développer son esprit critique et être capable de défendre sa cause humaine. L’ONG organisait souvent des sorties pour sensibiliser et dénoncer la violations des droits humains y compris la violence contre la femme, l’exploitation des enfants, des arrestations injustes des prisonniers nationaux ou internationaux. Durant ces sorties, on a appris à débattre sur des grands sujets de la société et sur tous les domaines.

Lire la presse quotidienne était aussi l’un des moyens les plus efficaces pour entretenir la langue, que ça soit pour l’oral ou pour l’écrit Donc, ceci me permettait d’enrichir mon vocabulaire et de conserver une orthographe et une syntaxe de qualité, ce qui était indispensables pour la traduction ou bien rédaction des textes. Ainsi, à travers cette expérience j’ai pu développer mes capacités rédactionnelles et linguistiques dans les quatres langues Tamazight, Arabe, Français et Anglais.

Durant cette expérience à Amnesty j’ai pu aussi prendre conscience d’un autre aspect important pour la vie professionnelle est celui de la capacité d’adaptation et l’esprit d’équipe. Cette ONG connaissait des changements constants , des fois des changements prévus et d’autres imprévus. En effet, il y avait des gens qui rejoignaient et d’autres qui quittaient sans un préavis et il était nécessaire de s’adapter à ces changements et garder l’esprit d’équipe. Cet esprit d’équipe est pu s’imposer parce qu’on privilégiait la réussite de tout le groupe plutôt que la réussite individuelle. Donc  on s’entraidait entre nous et on se conseillait les uns et les autres afin d’atteindre un objectif commun de l’organisation.

Certes, cette expérience de bénévolat m’a permis d’acquérir beaucoup de connaissances qui me seront utiles dans l’avenir professionnel. Bien qu’être militante traductrice bénévole  ait été compliqué au début, cette expérience a contribué à forger mon éthique professionnelle car elle présentait de nombreux avantages potentiels.