Archives de catégorie : Travaux en cours

Les hypothèses de recherche, les résultats provisoires et les interrogations des étudiants sur leurs travaux de recherche.

comment choisir son sujet de memoire ?

Le deuxième cycle universitaire est marqué le plus souvent par l’amorce d’un exercice de réflexion à caractère méthodologique appelé : sujet de mémoire auquel l’étudiant est confronté. Dans l’UFR de langues, l’étudiant est appelé à faire le choix de son propre sujet sur lequel il fait des recherches pour donner son point de vue. Cette réflexion est sanctionnée en fin de compte par une soutenance de mémoire qui est un moment crucial, qui permet au candidat ou l’étudiant de mettre en évidence ces connaissances acquises sur le sujet. Mais, bien avant cet exercice oral, il est indéniable de souligner la première difficulté relative au choix du sujet à laquelle l’étudiant est confrontée par manque d’expérience et constitue même le point essentiel, le point de départ pour effectuer son travail. Définir son sujet de recherche peut être une tâche complexe pour tout étudiant novice dans le domaine de la recherche, vue l’immensité de l’objectif à atteindre. Même s’il n’existe pas réellement de critères spécifiques définis pour le choix d’un sujet de mémoire, il y a tout de même un ensemble d’éléments à considérer avant ou pendant le choix de celui-ci.

Ce présent travail traitera de mon expérience personnelle, à travers des conseils pratiques, des cours de méthodologie et d’autres disciplines de mon programme qui m’ont plus forgé, pour un début de recherche et de choix du sujet.

●Concept définitionnel du sujet de mémoire

Le sujet de mémoire est un thème spécifique sur lequel il convient de mener une réflexion profonde en vue d’apporter des réponses idoines à la problématique qu’il dégage.

●Le choix du sujet de mémoire

L’an dernier en master I, n’ayant jamais fait de mémoire, je me trouvais face à une nouvelle approche de notre formation, la soutenance d’un TER (Travail d’Etude et de Recherche). Choisir mon sujet de TER a été une étape difficile, car je n’avais aucune idée de ce sur quoi je voulais travailler. Le séminaire intitulé De la Résistance à la citoyenneté : les stratégies politiques des minorités en Amérique Latine dans lequel il était question de comprendre et de connaitre les processus et stratégies d’intégration et d’assimilation des minorités en Amérique Latine à savoir les mouvements féministes, les mouvements pour la diversité sexuelle, la question du droit pour tous ; au-delà des connaissances premières de ce séminaire, il nous a aussi permis d’appréhender les caractéristiques, les qualités d’un bon chercheur, en nous inculquant des notions de savoir-faire et de savoir-être dans la recherche ou pour le choix du sujet. Comme compétences d’une part, en terme de savoir-être, ce séminaire m’a instruit à être impartial, à avoir un esprit critique, être rigoureux, méthodologique. D’autre part comme savoir-faire, à être capable d’avoir un thème de recherche bien définis dans l’espace et dans le temps et qui suscite un intérêt particulier pour moi. Être chercheur ou faire le choix d’un sujet, c’est avoir aussi la capacité d’aller au-delà de ce qui est connu par le commun des mortels, c’est-à-dire avoir la volonté de dépassement.

Ce séminaire a été d’une grande utilité, les connaissances et compétences acquises lors de ce séminaire m’ont permis de définir mon sujet qui est : Personnalité et condition féminine dans la Tia Tula de Miguel de Unamuno. C’était en quelque sorte l’outil déclencheur de mon choix du sujet. Il m’a permis de comprendre que mon thème de recherche devrait s’inscrire dans l’un des trois axes d’études liés à ma formation : Littérature, Civilisation et linguistique regroupés sous le chapeau de : Archives, Mémoire et Ecritures.

Pour définir un sujet de mémoire, on peut aussi partir d’un thème global qui nous intéresse, d’une thématique abordée en cours qu’on souhaiterait développer ou travailler sur d’autres aspects non développés.

●L’originalité du sujet

L’originalité d’un sujet fait référence à la forme spécifique du sujet. Le sujet doit être lié à une problématique actuelle et applicable dans la résolution de mise en question d’une aire déterminée de connaissances. La particularité d’un sujet original est qu’il vise à produire de nouveaux résultats. Après avoir définir son sujet, l’étudiant se doit de le soumettre à l’appréciation de son encadreur. Celui-ci apportera des précisions qui détermineront la faisabilité dudit sujet. Ainsi pour faire un bon choix de sujet, l’étudiant se doit de prendre en compte les facteurs tels que définis précédemment.

●Le corpus

La qualité du mémoire dépend en grande partie du corpus sur le sujet. Après le choix du sujet il est important de constituer le corpus. C’est un ensemble de documents, articles, romans, livres, écrits sur le sujet de réflexion. La richesse du corpus détermine la qualité de la rédaction du mémoire.

●Les erreurs à éviter

-Ne pas choisir un thème trop vaste, savoir être précis et concis.

-Ne pas se laisser imposer un sujet pour lequel on n’a aucun intérêt.

-Ne pas choisir un sujet irréalisable dans le temps et l’espace.

-Eviter le plagiat, ne pas reprendre un sujet déjà traité.

-Ne pas choisir un sujet de recherche avec lequel nous avons des idées personnelles. Le sujet doit être d’ordre scientifique, le travail doit être objectif et non subjectif. Le chercheur doit être impartial, mettre ses idéologies de côté et avoir un esprit critique.

En définitive le choix du sujet de mémoire est une étape importante et déterminante pour faire une bonne rédaction de mémoire. Le choix du sujet doit respecter certains critères tels que l’originalité, la faisabilité, etc. Il convient donc à l’étudiant de prendre en compte ces éléments utiles avant de choisir son sujet.

Les Réputations ou la caricature de l’autre

« La caricature est l’hommage que la médiocrité paie au génie. »

(Oscar Wilde)

Résumé

En Colombie, au début du XXe siècle, l’un des plus célèbres caricaturistes était Ricardo Rendón, qui a mis fin à ses jours à l’âge de 37 ans en 1931. C’est avec l’histoire de l’un de ses successeurs, Javier Mallarino, que Juan Gabriel Vásquez nous emmène une fois de plus au cœur de la société colombienne et de l’humanité.  

 Une caricature peut d’un seul coup, ébranler, blesser et vaincre les réputations les plus fortes et les plus établies. Elle peut renverser les gouvernements, tout en influençant l’opinion publique. C’est en tout cas ce que qu’essaie de nous montre l’auteur à travers son protagoniste Javier Mallarino. Caricaturiste de renommée, au point d’être devenu une institution nationale Javier Mallarino a su se forger une haute réputation. Mais à quel prix ? Quel est l’impact de son influence ? C’est l’une des choses que notre travail de recherche tentera de clarifier.

1. La réputation comme moyen de notoriété

Il existe bien des façon de définir le terme de réputation, du moins c’est bien ce que nous souligne Philippe Boistel lorsqu’il nous affirme : « Si la réputation a été considérée comme une des « Gold Research Priorities » du Marketing Science Institute en 2002, il faut reconnaître que la thématique reste difficile à traiter en raison de la profusion des sens attribués au concept ».

Vous trouverez ici son article complet: https://journals.openedition.org/communicationorganisation/4796

La réputation, est le thème central de l’œuvre au point d’en être le titre du roman. Juan Gabriel Vásquez parle de la fragilité d’une réputation dans le monde d’aujourd’hui. Quand on parle de réputation, il semble essentiel d’évoquer la notion d’identité, c’est-à-dire, de la façon dont notre propre réputation s’est forgée. Ainsi, les premières pages du roman soulignent la difficulté du protagoniste de Mallarino à créer sa notoriété. Dix ans durant lesquels, après avoir vécu dans l’anonymat, il s’est forgé une réputation en devenant célèbre grâces à la publication de ses caricatures quotidiennes. La réputation de Mallarino va lui permettre, par la suite, de jouir d’une certaine marginalité. Il se permettra, d’ailleurs, une forme de travail atypique puisqu’il n’entre pas dans un bureau pour y travailler toute la journée comme la plupart de ses homologues ; il travaille à la maison en toute liberté.

2. La réputation comme moyen de destruction.

Un autre aspect que le livre étudie et qui me semble essentiel est l’analyse de la réputation comme moyen de destruction. Pour développer cet aspect, je me suis appuyé sur le Estante literario qui nous précise que « l’information aujourd’hui se réplique exponentiellement dans le monde aussi facilement et rapidement qu’un virus ».. L’intérêt de cette situation, c’est qu’elle met le livre en perspective avec nos modes de vie actuels, plus précisément les réseaux sociaux actuels : « une photo que nous publions dans nos profils de réseaux sociaux ou quelque chose que nous commentons est littéralement accessible à tous et on peut littéralement en faire n’importe quoi ». La réputation de l’un peut détruire la réputation de l’autre, du moins c’est ce que ce travail semble nous confirmer.  

3. Le problème de la fiabilité d’une réputation.

En outre, un autre aspect soulevé par le roman est la fiabilité de la réputation. Ainsi, par exemple, après les événements d’Adolf et ses révélations effrayantes, la nouvelle réputation de Cuellar était prête : celle d’un violeur perverti. Cette idée s’est développée avec la caricature accusatrice et assumée de Mallarino. Mais quel est le fondement d’une réputation ? Sur quoi Mallarino se base-t-il réellement avant de produire cette caricature ? C’est la première fois dans le roman que l’auteur remet en question le bien-fondé des accusations. Une telle situation me peut aussitôt nous faire songer à une citation, celle d’un philosophe qui nous dit : « Il est plus facile de traiter avec sa mauvaise conscience qu’avec sa mauvaise réputation » (Friedrich Nietzsche, 1844 – 1900) https://citations.ouest-france.fr/citations-friedrich-nietzsche-611.html. Tout cela montre s’il est important ou non d’accorder la priorité à la fiabilité d’une réputation.

4. Le souci du maintien d’une réputation

Enfin, le roman aborde l’un des principaux problèmes posés par la réputation, celui de sa conservation. Ainsi, après avoir pris l’initiative de chercher la vérité, Mallarino sait qu’il y a un risque de perdre sa réputation et d’en créer une nouvelle, celle d’un meurtrier, un menteur qui aurait bénéficié de sa notoriété. L’idée de vouloir préserver sa réputation (et d’une certaine manière sa notoriété) va de pair avec l’idée de ne pas être oublié, ce qui, je pense, peut devenir une source de prétention. Le souci de préserver une réputation s’explique, à mon avis, par la crainte, la peur d’être oublié et de ne plus faire partie de la mémoire collective. Cette idée s’illustre par la grande présence de la mémoire qui est est un thème récurrent dans l’œuvre de Juan Gabriel Vásquez. D’ailleurs, dans le livre, la mémoire et sa capacité à réformer le présent, voire à déterminer le futur, définissent le comportement et les décisions des personnages.

5. Conclusion

On peut dire que dans Las Reputaciones, Juan Gabriel Vasquez revient à ses obsessions les plus intenses : le poids du passé, les échecs de la mémoire. Un roman qui se démarque également par la profondeur des thèmes qu’il aborde telle que l’importance de l’opinion dans nos sociétés. L’une des principales raisons de mon intérêt pour ce roman et s’illustre par la notion de réflexion. En d’autres termes, l’œuvre nous donne la possibilité de réfléchir sur nos faits, nos choix, à travers tous les personnages de l’œuvre. La proximité, le parallélisme de cette œuvre avec l’époque qui est la nôtre, obsédée par la peur de l’image, du souci de la réputation dans un mode ultra-digitalisé, est un choix audacieux de la part de l’auteur mais convaincant à tout point de vue.

Margaret Thatcher et la politique de l’éducation

Fille d’un père épicier et prédicateur méthodiste et d’une mère couturière, Margaret Thatcher est dès son plus jeune âge affiliée aux classes sociales les plus modestes du Royaume Uni, prédominantes à l’époque. Une situation financière précaire qui lui vaut insultes et moqueries de ses vaniteuses camarades de classe ne soupçonnant pas un instant, qu’elles tournaient en ridicule celle qui deviendra maintes années plus tard, la « Dame de fer ».

Un diplôme à Oxford

Après avoir intégré une grammar school sélective du Lincolnshire, dans laquelle ses efforts et sa détermination furent congratulés par ses professeurs, Margaret Thatcher est quelques années après, admise à l’université d’Oxford, de laquelle elle ressortira bénéficiaire d’une licence en chimie, mention Honorable, après avoir conduit des recherches sur la cristallographie et la gramicidine B. Une éducation scolaire rigoureuse principalement incarnée par une volonté sincère de réussir et de démontrer, comme la science tend à le promouvoir, que l’image dégradante qui lui fut régulièrement prêtée n’était manifestement pas celle que ses plus fervents ennemies tentaient de lui dépeindre.

Début en politique

Margaret Thatcher se confronte très tôt au monde de la politique, notamment au lycée lorsque qu’elle rejoint les rangs de l’Oxford University Conservative Association. Un destin politique semblait alors quelque peu se dessiner, délinéant les questions « traditionnelles » de l’époque. En 1946, Margaret Thatcher assiste au congrès du parti conservateur britannique à Blackpool où elle se familiarise avec la base militante conservatrice, à laquelle elle s’associe vivement.

En 1950, elle illustre ses prémisses de femme politique en se présentant à un mandat de député. Siège qu’elle n’obtiendra finalement pas. En dépit de cet échec face au parti travailliste, Margaret Thatcher ne s’interdit pas « le succès et la réussite », encourageant ainsi « le dynamisme et l’initiative ». En 1959, Margaret Thatcher se porte candidate au parlement britannique dans la circonscription du Finchley. Après une campagne assidue, elle remporte finalement l’élection haut la main face au candidat travailliste Eric Deakins avant d’intégrer la chambre des communes du Royaume Uni.

Du parlement britannique au département de l’éducation

Lors des élections générales de 1970, le parti conservateur, autrefois opposition devient majorité politique, soutenant le gouvernement Heath duquel Margaret Thatcher est nommée secrétaire d’état à l’éducation et à la science. Le programme politique de Margaret Thatcher, au demeurant ambitieux et selon lequel le système éducatif britannique devrait souligner le mérite et l’effort, apparait comme inadéquat aux yeux du premier Ministre Edward Heath, notamment au regard du contexte éducationnel marqué principalement par un engouement général autour du progrès et de l’inclusion à l’école, découlant de l’esprit des années 1960.

En 1974, lorsque le gouvernement conservateur se voit perdre les élections générales face aux travaillistes, Margaret Thatcher regrette de ne pas avoir eu l’occasion de réformer davantage l’éducation en dépit de ses nombreux souhaits et ambitions, réfutées par son Premier Ministre. Quelques années plus tard, Margaret Thatcher est finalement élue Premier Ministre du Royaume Uni, en 1979. Cette position fut-elle davantage propice à prétendre réformer l’éducation que lorsque que Margaret Thatcher était ministre de l’éducation ou au contraire, cette dernière fut -elle distraite par d’autres problématiques que l’éducation ?

Premier Ministre

Consciente des limites auxquelles elle fut confrontées au ministère de l’éducation, Margaret Thatcher redoute toute référence ou connotation quant à sa volonté de promouvoir une école sélective et compétitive, au moment où ses années de ministre de l’éducation furent paradoxalement marquées par une expansion des écoles inclusives. Au fil du mandat conservateur, secrétaires d’état à l’éducation et réformes se succèdent, posant les questions du maintien du processus de sélection, du pouvoir des parents, du programme scolaire, du rôle des autorités locales et des institutions, et même de la place de la religion dans l’éducation. Alors que la fin du mandat de Margaret Thatcher approche et que le système éducatif ne semble pas aussi reformé que promis, Kenneth Baker, l’avant-dernier secrétaire d’état à l’éducation du gouvernement s’engage dans la proposition d’un nouveau projet de loi en 1988, considéré comme l’acte de réforme de l’éducation le plus important depuis 1944 et de sa loi « Butler » et ayant figuré comme définitoire de l’ensemble des mesures prises pendant les années Thatcher.

Ainsi, bien que Margaret Thatcher apparut comme désinvolte au regard de l’éducation, la fin de son mandat, davantage tourné vers les réformes économiques et budgétaires du pays, fut néanmoins marqué par un investissement notable des forces politiques et une volonté de réforme indubitable alors que de nombreux spécialistes de l’éducation britannique tels que Clyde Chitty, Michael Flude, Merril Hammer ou même Nicholas Timmins dans son ouvrage sur l’état providence, confirment le caractère considérable de l’acte de 1988, ce dernier, légitime et « vénéré » concurrent du fruit de la politique éducationnelle de R. A Butler.

Sources :

BAKER, Kenneth, The Turbulent Years: My life in politics, Faber and Faber Limited, 1993.

CHITTY, Clyde, Education Policy in Britain, London, Palgrave Macmilan, 2009.

FLUDE, Michael, HAMMER, Merril, The Education Reform Act: Its origins and implications, The Falmer Press, 1990.

THATCHER, Margaret, The Downing Street Years, HarperCollins, 1993.

TIMMINS, Nicholas, The five giants: A Biography of the Welfare State, HarperCollinsPublishers, 1995.

L’utilisation des Humanités Numériques au sein du domaine universitaire

Le « Manifeste des Digital humanities« , définit les humanités numériques comme « une transdiscipline, porteuse des méthodes, des dispositifs et des perspectives heuristiques liés au numérique dans le domaine des Sciences humaines et sociales ».

Il y a plusieurs années, l’utilisation et l’utilité des humanités numériques au sein du milieu universitaire pouvaient paraître moins essentielle que d’autres disciplines, mais, de nos jours, la recherche et l’exploitation de sources et des fichiers électroniques sont devenues des actions « naturelles ».

En effet, les bibliothèques numériques deviennent tout aussi importantes que les bibliothèques physiques grâce à la numérisation massive de nombreux ouvrages, d’articles scientifiques, etc.

Les conséquences de cette numérisation ont eu un impact sur le milieu de la recherche, et plus particulièrement dans le domaine des Sciences humaines et sociales. En effet, les humanités numériques ont apporté une perspective de travail différente car elles permettent d’accéder plus facilement à certains ouvrages ou articles. L’utilisation des humanités numériques dans le cadre d’un travail de recherche est devenue quasi essentielle car elles favorisent également les échanges trans-disciplinaires entre l’informatique et les sciences humaines et également entre l’utilisateur et l’outil informatique. Pour ma part, les humanités numériques ont joué un rôle clé dans le cadre de mon travail de recherche en première année de Master car j’ai pu appuyer mes recherches sur de nombreux ouvrages et articles scientifiques trouvés en ligne. Par exemple, l’utilisation de “Jstor”, un système d’archivage en ligne d’articles scientifiques et de publications universitaires m’a permis d’exploiter énormément de ressources en ligne, et ainsi de faciliter mon travail de recherche. De plus, l’an passé, nous avons également appris à nous servir de l’outil informatique “Zotero”, un logiciel informatique permettant de réaliser une bibliographie en fonction d’un style de présentation bibliographique déterminé.

Progressivement, l’utilisation des humanités numériques au sein du milieu universitaire se propage, et à mon sens, les humanités numériques sont devenues une nouvelle forme d’archivage des sources, de gestion, de diffusion, et d’exploitation, c’est pourquoi l’intégration de cette transdiscipline dans le milieu universitaire devient essentielle.

CRÉER une enquête en ligne dans le cadre d’un Projet de recherche

L’enquête en ligne est un des outils de recherche les plus faciles d’accès pour un étudiant. Elle ne requiert pas de déplacement ou de grands moyens financiers et elle a le potentiel de recueillir une grande quantité de données en peu de temps. Mais attention: « facile d’accès » ne veut pas dire « facile à faire ». Cet outil demande à être raisonné à tous les niveaux.

CCBY Alan O’Rourke via Flickr

Si le groupe auquel on s’intéresse est une groupe contemporain, « vivant », on peut difficilement se passer de contact direct avec ces « premiers concernés ». Hors, il n’est pas toujours possible de rencontrer ces personnes face-à-face ou même d’organiser suffisamment d’entretiens individuels avec les moyens du bord. D’ailleurs, ce n’est pas toujours le plus pertinent non plus.

Lors de mes propres recherches sur la culture « rolista » hispanique, c’est à dire les passionnés de jeux de rôle sur table, je me suis vue confrontée au besoin de cerner cette population. Or, c’est un groupe aux liens vagues, dispersé, et peu étudié par les chercheurs chevronnés. J’ai donc choisi l’enquête en ligne comme outil principal de rapprochement.

Une enquête en ligne peut sembler simple mais on se rend bien vite compte des différentes problématiques qui se posent lors de sa création.

Principales difficultés

  • Quels est le meilleur outil de collection de données?
  • Comment s’adresser au publique répondeur?
  • Les questions sont-elles claires?
  • Sont-elles neutres?
  • Combien de questions peut-on poser pour s’assurer qu’il n’y aura pas d’abandons à mi-chemin?
  • Où aller chercher des réponses pertinentes?

Quelques pistes

Je présente ici quelques pistes pour vous aider à résoudre ces difficultés. Je reste un peu dans le vague car ces réponses sont à adapter à chaque groupe auquel on s’intéresse et ce qui est vrai pour les « gamers » n’est pas nécessairement vrai pour les lectrices de Mumsnet.

  1. Quant aux outils de création d’enquêtes, on est plutôt gâtés : il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. Personnellement, je préfère Google Forms: moins de gadgets mais c’est gratuit et sans limite ni de questions ni de réponses. Les options pour trier et lire les résultats sont aussi très correctes.
  2. Quel ton adopter avec le public? Là, c’est un peu plus difficile et mérite d’être pensé en avance. C’est important d’adopter le bon ton afin de motiver et surtout de ne pas offusquer (ce qui risquerait de réduire le nombre de réponses, voire même les fausser si vous vous y prenez vraiment très mal). Le plus important reste quand même d’être honnête sur ses intentions, de bien expliquer le but de vos recherches, et ce que vous ferez de ces donnés (si vous prévoyez un usage commercial par exemple, ou si vous pensez partager librement ces données, car il faut donner l’opportunité aux gens de décider ce qu’ils veulent bien dévoiler ou de ne pas participer).
  3. et …
  4. Je fais ces deux là ensemble, vous comprendrez très vite pourquoi. Les questions que vous poserez doivent être bien pensées car une fois que vous aurez mis votre enquête en ligne vous ne pourrez plus les changer sans fausser vos résultats. De plus, il faudra faire très attention à comment vous posez les questions afin de ne pas suggérer la « bonne » réponse au participant. La difficulté est bien de poser la question de la façon la plus objective possible.
  5. Pour le nombre de questions que vous pouvez vous permettre, ceci aussi dépendra de votre public et de son engagement dans la recherche. De plus, si vous posez des questions de types variés, cela vous aidera aussi à garder l’intérêt des personnes qui viennent répondre. Il n’y a pas de règle générale mais il faudrait essayer de garder le temps de participation à 15 minutes ou moins et éviter les questions qui demandent de taper de longues réponses; sauf bien sûr si cela est essentiel à votre recherche…
  6. La première réponse qui vous vient en tête n’est pas nécessairement la bonne. Il faut se demander qui sont les utilisateurs du service ou du réseau social auquel vous pensez et peut être en chercher d’autres qui représenteraient une part de la population différente, afin d’avoir des réponses qui représentent bien la population que vous désirez étudier.

Et bien voilà, ce n’est pas bien long mais j’espère que cela vous évitera de tomber dans quelques pièges. Les enquêtes en lignes peuvent être un excellent outil de recherche qui vous donneront accès à quelques informations qui autrefois auraient demandé d’aller sur le terrain (et donc un budget conséquent). Ce n’est pas pour autant qu’on peut le prendre à la légère. Pensez bien à toutes les étapes afin de ne pas vous retrouver à la dernière minute à devoir tout recommencer mais avec, cette fois-ci, moins de bonne volonté de la part de votre public…

stage: APPROCHE ET EXPLORATION DES ARCHIVES DU CRLA-ARCHIVOS: numerisation des fonds corTazar et jacques gilard

STAGE DE NUMÉRISATION DE FONDS D’ARCHIVES AU CRLA-ARCHIVOS: FONDS CORTAZAR ET JACQUES GILARD

Le stage: une période de formation pratique en entreprise, complémentaire aux études théoriques est une phase importante en deuxième année de Master dans notre parcours LLCER. Nous avons fait le choix du laboratoire de littérature CRLA- ARCHIVOS tant particulièrement pour son travail de conservation et d’éditions de fonds d’écrivains. D’ailleurs, ce qui nous semble en lien avec la thématique (Archives, Mémoire et Écritures) de notre Master. Ce stage nous permet de nous familiariser davantage avec le versant archives des œuvres déjà éditées via le thème : Approche et exploration: numérisation des fonds Cortazar et Jacques GILARD.

La numérisation est une conversion d’un signal analogique en un signal numérique.

LES OBJECTIFS DE LA NUMÉRISATION DES ARCHIVES

Ce procédé électronique visant à reproduire un document papier sur un support informatique a pour principales fonctions:

  • la préservation des documents de toute détérioration ou perte
  • la valorisation d’un fonds documentaire comme celui de Cortazar ou de Jacques Gilard afin de le rendre ludique, joli et attrayant pour les utilisateurs
  • l’incitation à la recherche: la numérisation offre la possibilité d’effectuer des recherches dans des catalogues aussi bien locaux que lointains. Elle facilite et rend plus efficace la recherche pour les conservateurs, le étudiants, les chercheurs…
  • l’accessibilité aux documents en permettant au public d’en faire usage sans risques de les détériorer.
  • la facilité des échanges informatiques à distance
  • l’amélioration de la visibilité et lisibilité des documents; le cas des documents déjà défraichis et tachés voire carrément illisibles.
  • la reproduction afin de réaliser des copies de l’information déjà numérisée en utilisant soit le format de stockage, soit un autre format numérique sans perdre de qualité.

Tous ces avantages énumérés traduisent l’importance de la conservation des manuscrits, des documents quelle que soit leur nature en les numérisant ou en les informatisant. Cela nous permet, quant à leur conservation de gagner en espace, de mieux les protéger durablement et les rendre accessibles à tous. Cette vidéo peut nous en dire plus:

QUELQUES ÉTAPES DE LA NUMÉRISATION

Un certain nombre de principes peuvent être définis partant tant sur les moyens à mettre en place, que pour les résultats attendus pour des critères de qualité minimaux. Les étapes peuvent être entre autre: la sélection des documents à numériser,, le scan des documents et import des données, la classification des données, l’indexation et la mise en ligne

LES COMPETENCES ACQUISES DU STAGE

La numérisation qui était notre activité principale a été beaucoup enrichissante pour nous, comme savoir-faire, à pouvoir

  • utiliser un tableur, un scanner ou un numériseur
  • indexer un document
  • créer la cote d’un document pour le numériser
  • contrôler la qualité des images obtenues
  • classer les documents d’un fonds d’archives
  • contrôler le transfert des données avant leur intégration dans une solution d’archivage ( SME, GED…)
  • veiller au format de numérisation.

Et comme savoir- être, cette expérience nous a inculqué:

  • la rigueur
  • la ponctualité
  • l’adaptabilité au changement
  • le respect des instructions
  • l’autonomie
  • le travail en équipe

QUELQUES GRANDS PROGRAMMES DE NUMÉRISATION

Nous pouvons en retenir en autres:

  • Internet archives
  • le gramophone virtuel
  • Google books
  • Interface de consultation
  • gallica
  • projet numdam de la cellule math doc

Ce stage de numérisation nous a énormément servi par son caractère instructif et son apport dans la pérennisation et diffusion du savoir pour les étudiants, les chercheurs et spécialistes en facilitant non seulement le traitement et le stockage des informations mais également en offrant une qualité de transmission incomparable.

« Todos se van » de Wendy Guerra: una ventana sobre Cuba en los años 1980

Índice

Introducción

Todos se van pero Nieve no; Nieve sigue permaneciendo en Cuba, vive en Cienfuegos y de la cumbre de sus ocho años escribe diarios íntimos. Esos diarios son los que encontramos en Todos se van. A través del recorrido de la vida de la autora, voy a mostrar que esta novela, basada en hechos reales, es una ventana sobre Cuba en los años 1980, y así sobre la dictadura de Fidel Castro que duró de 1976 hasta 2008.

Mapa que nos indica la localización de Cienfuegos.

I/. Una novela basada en las experiencias de su autor

a. Su vida como influencia

Retrato de Wendy Guerra.
Fuente: sitio web de Anagrama.

Todos se van es una de las novelas de Wendy Guerra, una autora cubana contemporánea, nació en La Habana en 1970. Poco tiempo después de su nacimiento, su familia decide instalarse en un pequeño pueblo: Cienfuegos. Empezó a escribir a los diecisiete años con poemas y después con diarios. Todos se van, obra publicada en 2006, va a ser traducida en varias lenguas como el inglés y el francés, así se puede encontrarla en varios países pero no en Cuba, país de origen de la autora, por ser considerada como subversiva. La novela ha inspirado al cine, ya que en 2013 Sergio Cabrera hecho una película homónima.

Wendy Guerra es una autora que ama a su país y que quiere representar la nacionalidad cubana a partir de:

  • los cubanos que describe en sus obras
  • su propia intimidad.

En Todos se van, novela que se desarrolla parte en Cienfuegos y parte en la Habana, los diarios que Nieve escribe son totalmente inspirados en los que escribía Wendy Guerra cuando era joven; es decir, los diarios de Nieve son la reescritura y la ficcionalización de los de Wendy; es como si Nieve y Wendy constituyeran una misma persona viviendo en los mismos pueblos, una persona que escribe diarios para no olvidar.

b. La repercursión en la obra

Cubierta de « Todos se van », de Wendy Guerra (2014); editorial « Anagrama ».
Fuente: sitio web de Anagrama.

Wendy Guerra se inspira en lo que conoce para escribir esta novela. A lo largo de la lectura, encontramos argumentos de autoridad, o dicho más simplemente, incidencias que remiten a la realidad. Se ve claramente a través del machismo de los hombres en esta sociedad de los años 1980, cuando, por ejemplo:

  • Nieve muestra que los hombres no aceptan en ciertos lugares a las mujeres, como si no quisieran mezclarse y compartir cosas de orden intelectual con ellas porque no comparten las mismas valores; al saber la valientía o la fuerza (Guerra, Wendy 2017: 128).
  • los hombres quieren ordenar la vida de las mujeres, prohibiéndolas actos de la vida diaria, cosa que Nieve no quiere en absoluto, no quiere ser el títere de un hombre, que sea padre o marido (Guerra, Wendy 2017: 128).

II/. Una ventana sobre el régimen establecido

La novela empieza en 1978 cuando Nieve tiene ocho años y se acaba en 1990 cuando tiene 20 años, durante todo este tiempo el régimen en vigor es el de Fidel Castro. Duró de 1976 hasta 2008 y se puede considerar una dictadura; en la novela está descrito como un régimen militar que controla a su población dándole órdenes indiscutibles: “No tengo hambre pero hay que ir. Esto es un régimen militar. Hay que obedecer las órdenes.” (Guerra, Wendy 2017: 142). Este régimen tiene un impacto muy fuerte en su población y todos esos órdenes y restricciones hacen que ella se fuese de Cuba; hecho que nos remite al título premonitorio de la obra.

Así, el régimen castrista quiere controlar todo lo que toca a su población, es decir:

  • la educación; los niños tienen que escribir un comunicado con frases dadas, predeterminadas, es decir pensadas por el régimen : « El milagro de la revolución” o “Patria o muerte, venceremos” (Guerra, Wendy 2017: 67).
  • los medios de comunicación; la radio es censurada, no se admite más de dos canciones en inglés al día y existe una lista negra de cantores (Guerra, Wendy 2017: 133, 149 y 150).
  • los lugares de encuentro; el régimen hace cerrar lugares de intercambio como para que la población no se reúna para tramar sobre él (Guerra, Wendy 2017: 215).
  • el arte; los libros son controlados y algunos prohibidos (Guerra, Wendy 2017: 157).
  • la inmigración; el régimen no quiere que los extranjeros se queden en el país ,y existe un odio por los americanos: “Aquí ser americano es peor que ser leproso.” (Guerra, Wendy 2017: 130).

Lo que pienso

Fue un libro que me gustó mucho; me introdujo a Cuba, un país que no conozco en absoluto. El tema que estamos discutiendo es uno de que todos conocemos, pero lo vemos aquí desde adentro, desde la gente; es un punto de vista muy interesante.

La lectura de este libro me ha permitido mejorar mi español a través de la comprensión del texto y el aprendizaje de nuevas palabras. También me permitió descubrir una nueva autora cubana y sin duda leería más de sus libros.

Bibliografía

Anagrama (s/a): “Todos se van” [en línea]. Disponible en: https://www.anagramaed.es/libro/narrativas-hispanicas/todos-se-van/9788433997821/NH_534 [consulta: 30 de noviembre de 2019].

Guerra, Wendy (2017): Todos se van. Barcelona: Anagrama.

Définir la problématique du mémoire

Pour décrire la problématique du sujet de recherche, il faut:

  1. trouver le point de départ, telle question qui n’a pas été encore abordée ;
  2. formuler un aspect concret à analyser dans votre travail de recherche;
  3. il faut également faire la recherche des sources pour savoir vraiment sur quoi vous allez travailler;
  4. avoir la bibliographie pertinente pour formuler votre base méthodologique ainsi que la problématique de la recherche.

De plus, n’oubliez pas de réfléchir sur les questions qui sont autour de votre sujet du TER qui peuvent être liées à votre sujet de recherche.

Premièrement, pour comprendre qu’est–ce que c’est que le mémoire, il faut avoir une définition claire et explicite. Donc, il s’agit du travail scientifique dont le sujet à étudier fait partie d’un objet de recherche (i.e. la thématique). Pour être très précis, il est nécessaire de distinguer le sujet et le thème. Au départ, le sujet est une explication du récit en détails (Qu’est–ce qui se passe? Qui? Quand? Comment? etc.). Puis, le thème doit être représenté par les notions et les réflexions assez vastes qui poussent le lecteur d’un travail concret à réfléchir.

  Deuxièmement, il est très important de suivre l’idée du choix de sujet et, par conséquent, les obstacles de la problématique identifiée (c’est–à–dire, le point de départ personnel). En plus, mettre en place les objectifs et l’intérêt du sujet font une part intégrante d’idée de finalité du TER. Et là on se pose la question – est–ce qu’on est limité de travailler qu’à la faculté ou on continue de développer et d’approfondir les idées?

  Troisièmement, on doit introduire l’argument scientifique ainsi que la description d’un argument du sujet, parce que d’avoir l’argument et la description du sujet de recherche égale la réflexion. Pour justifier son choix d’argumentation scientifique, on propose l’argument sous une forme d’abstract en indiquant les perspectives du travail de recherche scientifique.

 Quatrièmement, on prépare la bibliographie ce qu’on appelle ˝le corpus du travail˝et comme ça on suit la chronologie et l’évolution du travail. Et visant aux recherches qui ont été déjà fait, on peut éclairer des choses qui ont pas dit et élargir son sujet.

 Et finalement, on s’est concentré aussi sur les dates de la rédaction de mémoire en divisant la mémoire en quelques partiesselon le volume du travail pour suivre les délais proposés par les directeurs de recherche.

 Pour conclure, on cherche quelqu’un qui peut lire le travail pour savoir si c’est le travail correct ou s’il manque des éléments du contexte etc.

Will Sommers, the court’s jester

Engraving of Will Sommers by Francis Delaram, 1615-1624

‘As ‘all men were fools before God, and the foolishness of God was wiser than men’s wisdom’, fools could be considered holy, possessors of an essential goodness and simplicity that meant they were incapable of sin and conduits of the divine.’

Lipscomb (citing Erasmus’s The Praise of Folly, 1511) in  All the King’s Fools, 2011

How big was his influence on the king?

Will Sommers (also spelt Somers or Summers), was the most famous jester of the Tudor England. He served the Crown from 1525 to 1559 therefore serving famous King Henry VIII and his son and daughters Edward VI, Mary I and Elizabeth I.

During his years of service, historical archives (such as reports from the Royal Household and other witnesses at the time) showed that Sommers actually had an influence on the King.

Engraving of William Sommers, King Henry the Eighth’s Jester, from an ancient Picture in the Collection of Richard Aldworth Neville.

For instance, being one of the King’s favourites, he could eventually get rid of other member of staff he disliked. The famous anecdote reported by Robert Armin in Foole upon Foole shows an example of Will’s boldness: Sommers, being provocative as usual, interrupted the show of Thomas the juggler, milk and bread in his hands, asking the King for a spoon. As the King replied he did not have a spoon, Thomas told him to use his hands. After a quite spontaneous but well constructed verse, Will simply threw the milk at him. It is said that Thomas was never seen at Court again.

Antique engraving of a jester by Nicoolay, 2009.

In other words, despite being himself in the wrong, Will seemed to be under the King’s protection and in his favours.

Sommers could also use his influence to serve more serious goals. For example, he convinced the King to help his uncle who was about to be ruined because of his loss of land and money.

On an even more delicate note, he asked for an old friend of his, Robert Fermor, to be freed and forgiven for the crimes he committed (having been jailed for trying to help a monk after the birth of the Anglican Church).

Where does he come from?

Very little is known about his life before Court. All that we do know is that he was introduced to the King by the previously mentioned Robert Fermor who, before ending up in jail, was a very rich and important merchant. He apparently gave Will to the King in 1525, when Sommers was described as being in his twenties.

If so little is known about his previous life, it is because he is more likely to have been born in a poor family. His peasant origins are the only natural explanation as to why he became a Court jester. Naturally, peasants and poor people were less likely to figure on any registration at the time, and furthermore, no noble or clergy man could have ended up being the King’s buffoon.

How is he still around today?

Illustration of the King’s psalter, Jean Mallard, 1540-1541

As it was previously mentioned, Will Sommers seems to be the most famous Court Jester of Tudor England, and of England in general. The reason for this glory is probably that he served for quite a long time the same King (38 years), realising the exploit of avoiding decapitation by the tragically famous Henry VIII. The King’s wildly known reputation in addition to the break with Rome he orchestrated assured his universal impact on the people from the XVIth century onward.

Will was indeed very close to Henry VIII. He has been represented with him and his family more than once, in addition to his appearance in the King’s psalter.

The Children of Henry VIII, c.1650-1680. Copy of a lost original, c.1545-1550
From left to right: Henry VIII, Will Sommers, Edward VI, Mary I, Elizabeth I
The ‘Ideal Family’ previously attributed to Hans Holbein The Younger, 1545. Sommers can be seen on the right, a monkey on his shoulder.

As a consequence of having served one of the most fascinating Kings in History, Will’s stage career ironically started shortly after his death. Shakespeare, Armin, Rowley or Nashes wrote plays and books about the late King and inevitably, Sommers was portrayed in many of them.

As the central point of the plays and books from this period of time was his King and boss, and since not many historical facts could be gathered on the person of Will Sommers, these pieces of fiction sometimes biased the perception we now have of him as an individual.

A shift in his representation

Time surely passed since those Shakespearean adaptations, but Will’s character is far from being forgotten. It even seems like the XXth and XXIst centuries honour him through the Arts.

Indeed, nowadays, the persona of Henry VIII has been studied and adapted and documented numerous times. Authors and playwrights now seem to focus more on ‘secondary’ characters present during Henry’s reign, and Sommers appears like one of the most obvious choices: he served for decades, could speak his mind almost freely, and was close to the King but still part of the Royal servant staff. His ears and eyes were everywhere, and for quite a long time.

Some modern adaptations of Henry VIII and the legend of his reign include the newly used point of view of his jester Will Sommers. For example:

The Last of Days, Paul C. Doherty (2013) with a King on his death bed and a long-serving jester as the final witness of the King’s last moments. In this book, Sommers starts a diary about his King’s life and death.

Under These Restless Skies, Lissa Bryan (2014), is a fictional story with Sommers as the main character. In this story, he falls in love with a mythological creature from the sea and brings her in his world.

Sommers also appears on television, being portrayed in the world famous TV show The Tudors (starting in 2007), or The Six Wives of Henry VIII (directed by both Naomi Capon and John Glenister in 1970) or even in plays, most of them adapting Shakespeare’s own piece like Henry VIII (directed by Robert Richmond in 2010) or original works such as Will Sommers: Keeping Your Head (Pierre Brault, 2016).

Will Sommers the jester still fascinates today, if not more than in his own life time, five hundred years ago. In addition to being famous during his life and shortly after his death, great artists revived his character for centuries onward, to the point where he is again today an object of mystery, and a person inevitably linked to the Great History. Not bad for a fool.

Rosalía de Castro ou la féminité « made in Galice »

Quand Nature et Culture entrent au service du Politique.

Une analyse de l’oeuvre rosalienne d’après une perspective féministe.

L’écrivaine galicienne Rosalía de Castro y Murguía.

Entre terre et patrie…

La patrie de l’écrivaine et poétesse Rosalía de Castro (1837 – 1885) était la Galice, non la Castille, pourquoi cette opposition ? Car Rosalía de Castro peut être considérée comme étant le blason de la Galice, une métaphore de ce qu’avait pu être et est cette terre. Une incarnation de cette « Galiza-mulher » (Galice – femme). La Galice peut en effet être considérée comme étant féminine mais ce, si on la regarde depuis un angle colonialiste.

Vers une construction mythique.

Ce mythe crée d’une Galice féminine avait servi les intérêts du colonisateur castillan. La féminité, même si elle n’est pas unique, est en général assimilée à un état faible, face à la force et à la virilité de la masculinité, les sentiments et la faiblesse physiques ne sont en apparence pas les meilleures armes face à la force brute. De fait, des hommes efféminés ne pouvait attirer que la dérision et la moquerie, face à une Castille d’homme masculins, c’est-à-dire forts. Les stéréotypes qui se dégagent des ces deux forces qui s’opposent font parties du système de la colonisation.

Rosalía de Castro malgré sa robustesse physique, incarnait selon nombres de critiques cette Galice féminine, ils allèrent jusqu’à dire qu’elle en était l’incarnation même. Elle incarnait des valeurs de femme pieuse et vertueuse. Cependant dans le discours castillan on trouva chez les femmes galiciennes peu de vertus. Pourquoi s’attaquer aux femmes ? Parce que les vertus des femmes étaient un argument de force. C’est donc dans le discours galicien que Rosalía représentait ces vertus. Dans ces discours, il s’agissait donc, de décrire la culture et l’identité galicienne.

Colonisateur et colonisé: du dominant et du dominé ?

Ce sont deux points de vue différents qui nous sont proposés, celui du colonisateur castillan et celui du colonisé galicien en réponse à cette volonté d’expansion. Rosalía est le symbole de cette identité galicienne.

Nous sommes donc face à un paradigme de féminité lorsque le ministre González Besada qualifie l’œuvre de Rosalía de Castro et son attitude comme étant « modeste », et non d’un paradigme du génie artistique.

Ce sont des tropes que l’on se propose d’exposer ici, les tropes de la sentimentalité galicienne qui s’oppose à l’image du celte vigoureux que l’on pourrait trouver dans des œuvres d’Eduardo Pondal. Ces deux images sont par conséquent en opposition. Pourquoi une Galice féminine ? Parce que faible selon le colonisateur castillan. Il est nécessaire de faire triompher l’une des deux images.

La Galice ou le prestige retrouvé…

La Galice n’était en effet pas la Castille, tout d’abord la langue les sépare, le galicien était pour les castillans une langue rurale tandis que pour les galiciens il s’agissait d’une langue qui, au Moyen-âge était parlé à la Cour avant que le géant castillan ne vienne la remplacer. Pour les galiciens cette langue n’a aucunement perdu de son prestige. Le galicien est par conséquent prêt à rivaliser avec le castillan. Le galicien est reconnu comme étant une langue lyrique au même niveau que le provençal. Il existe une confluence en la lyrique provençal et la lyrique populaire galicienne et cette condition était nécessaire pour qu’elle arrive à son apogée dans la Péninsule. Selon Carré Aldao la lyrique populaire galicienne alla jusqu’à améliorer la lyrique provençale en lui insufflant une âme.  

Une « comédie inévitable » ? : Quand la féminité sert les rapports de forces.

La féminité et la sentimentalité face à la force brute semblent être une faiblesse, cependant selon Carré Aldao c’est cette sentimentalité qui fait la force de la nation galicienne, il la décrit comme supérieure, différente et plus exquise. Ce point de vue est un héritage de la sensibilité du XVIIIème siècle. Dans lequel l’empathie et la compassion renforcerait un « ordre socio-psychologique » enraciné dans « l’optimisme historique » des Lumières. Carré Aldao considérait donc cela comme étant une marque avancée d’un stade dans la course à la civilisation. Mais jadis, les arguments qui prévalaient étaient ceux de la sexualité différenciée, féminin/masculin avec ses qualités respectives. Il défendait donc le sentimentalisme masculin pour que cela serve à la grandeur de la Galice. Nouvelle rhétorique coloniale.

Du point de vue de l’espagnol, du castillan, ce sentimentalisme réduisait les hommes à de simples « efféminés naïfs et [comme étant] un essaim de petits poètes efféminés ». Ce qui faisait la force n’était rien d’autre que des qualités masculines primitives comme le sont la force et l’agressivité.

Une vision stéréotypée manipulée: quand les tropes se font latents.

Le but était de modifier ces représentations mentales, ces schémas mentaux. Il s’agissait de définir la Galice comme étant porteuse d’une culture civilisée. Les femmes, quant à elles devaient réaliser leurs rôles de femmes épouses, de mères et de veuves. Rosalía correspondait à ce rôle. Nous sommes donc face à un dilemme moral du régionalisme galicien. Face à une moralité ou à une amoralité. Il est nécessaire d’ajouter que l’être galicien avaient deux amours, l’amour de l’homme, il était philanthropique et l’amour de la terre. La patience et la docilité devaient être les vertus des femmes galiciennes.

Rosalía de Castro était une excellente chrétienne, même si certains critiques trouvèrent quelques touches d’anticléricalisme dans ses œuvres. Le but du programme galicien était de construire un idéal féminin dans l’imaginaire national galicien, l’écrivaine et poétesse Rosalía de Castro en est devenu l’archétype. Il fallait par conséquent soigner l’image de l’auteure, éliminer tout ce qui pouvait venir contrecarrer cette image de femme vertueuse et sacrificatrice.

On arriva dans la littérature jusqu’à opposer une Galice féminine et tendre à une Castille aride et grossière, ces tropes sont donc des « fantasmes coloniaux ».

Vers un sentimentalisme à outrance ? La Genèse d’une nation.

D’autres auteurs tels que Castelao utilisèrent des métaphores féminines pour décrire le paysage galicien. Comme pour Rosalía, il s’agirait d’un paysage doux et harmonieux, lequel rompt avec celui d’une Castille aride et sèche. La douceur et la beauté féminines sont incarnées dans le paysage. La campagne est aussi fertile et maternelle. Les galiciens, sont les enfants de la Terra Nai (Terre Mère). « La patria es la tierra. » (« La patrie c’est la terre. ») ajoute Castelao. C’est un sentiment de saudade, de mélancolie heureuse, qu’emporte avec eux les galiciens et portugais lorsqu’ils quittent leur terre.

Nous nous trouvons face à des constructions mentales et coloniales, autant du côté de l’oppresseur que de l’opprimé. Les êtres humains ressentent la nécessité d’avoir des idéaux, lorsque ces derniers s’en rapprochent plus grande est la satisfaction et plus intense l’orgueil. Ces tropes sont des mythes construits par les êtres humains eux-mêmes. Il s’agissait de construire un idéal-nation crée par les politiques qui voulaient une Espagne unie et les autres une Galice indépendante. Tout est question de colonialisme, de l’image que l’un possède de l’autre, pour asseoir son pouvoir. L’image d’une Rosalía femme et galicienne servit à la construction d’une région-nation qu’est la Galice.

Pour aller plus loin et si vous comprenez le galicien: Conférence sur le livre « Galiza um povo sentimental?: género, política e cultura no imaginário nacional galego ».
Langues du livre : anglais, portugais.

Sources: Livre(s): – Miguélez-Carballeira, H., Galiza, um povo sentimental?: género, política e cultura no imaginário nacional galego, Através, S.l., 2015. Vidéos: – Galicia, a sentimental nation (UVigo) – Youtube. Galiza, um povo sentimental? (Helena Migueles Carballeira) os livros falam. – Youtube. , Articles: – Le galicien ; María Montes López ; Université de Saint Jacques de Compostelle ; 2008. – Stéréotypes et construction identitaire dans Cantares Gallegos de Rosalía de Castro : le « nous » galicien face à « l’autre » castillan ; Jorge Cagiao y Conde ; Univeristé de Tours ; 2007.