Archives de catégorie : Travaux en cours

Les hypothèses de recherche, les résultats provisoires et les interrogations des étudiants sur leurs travaux de recherche.

Définir la problématique du mémoire

Pour décrire la problématique du sujet de recherche, il faut:

  1. trouver le point de départ, telle question qui n’a pas été encore abordée ;
  2. formuler un aspect concret à analyser dans votre travail de recherche;
  3. il faut également faire la recherche des sources pour savoir vraiment sur quoi vous allez travailler;
  4. avoir la bibliographie pertinente pour formuler votre base méthodologique ainsi que la problématique de la recherche.

De plus, n’oubliez pas de réfléchir sur les questions qui sont autour de votre sujet du TER qui peuvent être liées à votre sujet de recherche.

Premièrement, pour comprendre qu’est–ce que c’est que le mémoire, il faut avoir une définition claire et explicite. Donc, il s’agit du travail scientifique dont le sujet à étudier fait partie d’un objet de recherche (i.e. la thématique). Pour être très précis, il est nécessaire de distinguer le sujet et le thème. Au départ, le sujet est une explication du récit en détails (Qu’est–ce qui se passe? Qui? Quand? Comment? etc.). Puis, le thème doit être représenté par les notions et les réflexions assez vastes qui poussent le lecteur d’un travail concret à réfléchir.

  Deuxièmement, il est très important de suivre l’idée du choix de sujet et, par conséquent, les obstacles de la problématique identifiée (c’est–à–dire, le point de départ personnel). En plus, mettre en place les objectifs et l’intérêt du sujet font une part intégrante d’idée de finalité du TER. Et là on se pose la question – est–ce qu’on est limité de travailler qu’à la faculté ou on continue de développer et d’approfondir les idées?

  Troisièmement, on doit introduire l’argument scientifique ainsi que la description d’un argument du sujet, parce que d’avoir l’argument et la description du sujet de recherche égale la réflexion. Pour justifier son choix d’argumentation scientifique, on propose l’argument sous une forme d’abstract en indiquant les perspectives du travail de recherche scientifique.

 Quatrièmement, on prépare la bibliographie ce qu’on appelle ˝le corpus du travail˝et comme ça on suit la chronologie et l’évolution du travail. Et visant aux recherches qui ont été déjà fait, on peut éclairer des choses qui ont pas dit et élargir son sujet.

 Et finalement, on s’est concentré aussi sur les dates de la rédaction de mémoire en divisant la mémoire en quelques partiesselon le volume du travail pour suivre les délais proposés par les directeurs de recherche.

 Pour conclure, on cherche quelqu’un qui peut lire le travail pour savoir si c’est le travail correct ou s’il manque des éléments du contexte etc.

Will Sommers, the court’s jester

Engraving of Will Sommers by Francis Delaram, 1615-1624

‘As ‘all men were fools before God, and the foolishness of God was wiser than men’s wisdom’, fools could be considered holy, possessors of an essential goodness and simplicity that meant they were incapable of sin and conduits of the divine.’

Lipscomb (citing Erasmus’s The Praise of Folly, 1511) in  All the King’s Fools, 2011

How big was his influence on the king?

Will Sommers (also spelt Somers or Summers), was the most famous jester of the Tudor England. He served the Crown from 1525 to 1559 therefore serving famous King Henry VIII and his son and daughters Edward VI, Mary I and Elizabeth I.

During his years of service, historical archives (such as reports from the Royal Household and other witnesses at the time) showed that Sommers actually had an influence on the King.

Engraving of William Sommers, King Henry the Eighth’s Jester, from an ancient Picture in the Collection of Richard Aldworth Neville.

For instance, being one of the King’s favourites, he could eventually get rid of other member of staff he disliked. The famous anecdote reported by Robert Armin in Foole upon Foole shows an example of Will’s boldness: Sommers, being provocative as usual, interrupted the show of Thomas the juggler, milk and bread in his hands, asking the King for a spoon. As the King replied he did not have a spoon, Thomas told him to use his hands. After a quite spontaneous but well constructed verse, Will simply threw the milk at him. It is said that Thomas was never seen at Court again.

Antique engraving of a jester by Nicoolay, 2009.

In other words, despite being himself in the wrong, Will seemed to be under the King’s protection and in his favours.

Sommers could also use his influence to serve more serious goals. For example, he convinced the King to help his uncle who was about to be ruined because of his loss of land and money.

On an even more delicate note, he asked for an old friend of his, Robert Fermor, to be freed and forgiven for the crimes he committed (having been jailed for trying to help a monk after the birth of the Anglican Church).

Where does he come from?

Very little is known about his life before Court. All that we do know is that he was introduced to the King by the previously mentioned Robert Fermor who, before ending up in jail, was a very rich and important merchant. He apparently gave Will to the King in 1525, when Sommers was described as being in his twenties.

If so little is known about his previous life, it is because he is more likely to have been born in a poor family. His peasant origins are the only natural explanation as to why he became a Court jester. Naturally, peasants and poor people were less likely to figure on any registration at the time, and furthermore, no noble or clergy man could have ended up being the King’s buffoon.

How is he still around today?

Illustration of the King’s psalter, Jean Mallard, 1540-1541

As it was previously mentioned, Will Sommers seems to be the most famous Court Jester of Tudor England, and of England in general. The reason for this glory is probably that he served for quite a long time the same King (38 years), realising the exploit of avoiding decapitation by the tragically famous Henry VIII. The King’s wildly known reputation in addition to the break with Rome he orchestrated assured his universal impact on the people from the XVIth century onward.

Will was indeed very close to Henry VIII. He has been represented with him and his family more than once, in addition to his appearance in the King’s psalter.

The Children of Henry VIII, c.1650-1680. Copy of a lost original, c.1545-1550
From left to right: Henry VIII, Will Sommers, Edward VI, Mary I, Elizabeth I
The ‘Ideal Family’ previously attributed to Hans Holbein The Younger, 1545. Sommers can be seen on the right, a monkey on his shoulder.

As a consequence of having served one of the most fascinating Kings in History, Will’s stage career ironically started shortly after his death. Shakespeare, Armin, Rowley or Nashes wrote plays and books about the late King and inevitably, Sommers was portrayed in many of them.

As the central point of the plays and books from this period of time was his King and boss, and since not many historical facts could be gathered on the person of Will Sommers, these pieces of fiction sometimes biased the perception we now have of him as an individual.

A shift in his representation

Time surely passed since those Shakespearean adaptations, but Will’s character is far from being forgotten. It even seems like the XXth and XXIst centuries honour him through the Arts.

Indeed, nowadays, the persona of Henry VIII has been studied and adapted and documented numerous times. Authors and playwrights now seem to focus more on ‘secondary’ characters present during Henry’s reign, and Sommers appears like one of the most obvious choices: he served for decades, could speak his mind almost freely, and was close to the King but still part of the Royal servant staff. His ears and eyes were everywhere, and for quite a long time.

Some modern adaptations of Henry VIII and the legend of his reign include the newly used point of view of his jester Will Sommers. For example:

The Last of Days, Paul C. Doherty (2013) with a King on his death bed and a long-serving jester as the final witness of the King’s last moments. In this book, Sommers starts a diary about his King’s life and death.

Under These Restless Skies, Lissa Bryan (2014), is a fictional story with Sommers as the main character. In this story, he falls in love with a mythological creature from the sea and brings her in his world.

Sommers also appears on television, being portrayed in the world famous TV show The Tudors (starting in 2007), or The Six Wives of Henry VIII (directed by both Naomi Capon and John Glenister in 1970) or even in plays, most of them adapting Shakespeare’s own piece like Henry VIII (directed by Robert Richmond in 2010) or original works such as Will Sommers: Keeping Your Head (Pierre Brault, 2016).

Will Sommers the jester still fascinates today, if not more than in his own life time, five hundred years ago. In addition to being famous during his life and shortly after his death, great artists revived his character for centuries onward, to the point where he is again today an object of mystery, and a person inevitably linked to the Great History. Not bad for a fool.

Rosalía de Castro ou la féminité “made in Galice”

Quand Nature et Culture entrent au service du Politique.

Une analyse de l’oeuvre rosalienne d’après une perspective féministe.

L’écrivaine galicienne Rosalía de Castro y Murguía.

Entre terre et patrie…

La patrie de l’écrivaine et poétesse Rosalía de Castro (1837 – 1885) était la Galice, non la Castille, pourquoi cette opposition ? Car Rosalía de Castro peut être considérée comme étant le blason de la Galice, une métaphore de ce qu’avait pu être et est cette terre. Une incarnation de cette « Galiza-mulher » (Galice – femme). La Galice peut en effet être considérée comme étant féminine mais ce, si on la regarde depuis un angle colonialiste.

Vers une construction mythique.

Ce mythe crée d’une Galice féminine avait servi les intérêts du colonisateur castillan. La féminité, même si elle n’est pas unique, est en général assimilée à un état faible, face à la force et à la virilité de la masculinité, les sentiments et la faiblesse physiques ne sont en apparence pas les meilleures armes face à la force brute. De fait, des hommes efféminés ne pouvait attirer que la dérision et la moquerie, face à une Castille d’homme masculins, c’est-à-dire forts. Les stéréotypes qui se dégagent des ces deux forces qui s’opposent font parties du système de la colonisation.

Rosalía de Castro malgré sa robustesse physique, incarnait selon nombres de critiques cette Galice féminine, ils allèrent jusqu’à dire qu’elle en était l’incarnation même. Elle incarnait des valeurs de femme pieuse et vertueuse. Cependant dans le discours castillan on trouva chez les femmes galiciennes peu de vertus. Pourquoi s’attaquer aux femmes ? Parce que les vertus des femmes étaient un argument de force. C’est donc dans le discours galicien que Rosalía représentait ces vertus. Dans ces discours, il s’agissait donc, de décrire la culture et l’identité galicienne.

Colonisateur et colonisé: du dominant et du dominé ?

Ce sont deux points de vue différents qui nous sont proposés, celui du colonisateur castillan et celui du colonisé galicien en réponse à cette volonté d’expansion. Rosalía est le symbole de cette identité galicienne.

Nous sommes donc face à un paradigme de féminité lorsque le ministre González Besada qualifie l’œuvre de Rosalía de Castro et son attitude comme étant « modeste », et non d’un paradigme du génie artistique.

Ce sont des tropes que l’on se propose d’exposer ici, les tropes de la sentimentalité galicienne qui s’oppose à l’image du celte vigoureux que l’on pourrait trouver dans des œuvres d’Eduardo Pondal. Ces deux images sont par conséquent en opposition. Pourquoi une Galice féminine ? Parce que faible selon le colonisateur castillan. Il est nécessaire de faire triompher l’une des deux images.

La Galice ou le prestige retrouvé…

La Galice n’était en effet pas la Castille, tout d’abord la langue les sépare, le galicien était pour les castillans une langue rurale tandis que pour les galiciens il s’agissait d’une langue qui, au Moyen-âge était parlé à la Cour avant que le géant castillan ne vienne la remplacer. Pour les galiciens cette langue n’a aucunement perdu de son prestige. Le galicien est par conséquent prêt à rivaliser avec le castillan. Le galicien est reconnu comme étant une langue lyrique au même niveau que le provençal. Il existe une confluence en la lyrique provençal et la lyrique populaire galicienne et cette condition était nécessaire pour qu’elle arrive à son apogée dans la Péninsule. Selon Carré Aldao la lyrique populaire galicienne alla jusqu’à améliorer la lyrique provençale en lui insufflant une âme.  

Une “comédie inévitable” ? : Quand la féminité sert les rapports de forces.

La féminité et la sentimentalité face à la force brute semblent être une faiblesse, cependant selon Carré Aldao c’est cette sentimentalité qui fait la force de la nation galicienne, il la décrit comme supérieure, différente et plus exquise. Ce point de vue est un héritage de la sensibilité du XVIIIème siècle. Dans lequel l’empathie et la compassion renforcerait un « ordre socio-psychologique » enraciné dans « l’optimisme historique » des Lumières. Carré Aldao considérait donc cela comme étant une marque avancée d’un stade dans la course à la civilisation. Mais jadis, les arguments qui prévalaient étaient ceux de la sexualité différenciée, féminin/masculin avec ses qualités respectives. Il défendait donc le sentimentalisme masculin pour que cela serve à la grandeur de la Galice. Nouvelle rhétorique coloniale.

Du point de vue de l’espagnol, du castillan, ce sentimentalisme réduisait les hommes à de simples « efféminés naïfs et [comme étant] un essaim de petits poètes efféminés ». Ce qui faisait la force n’était rien d’autre que des qualités masculines primitives comme le sont la force et l’agressivité.

Une vision stéréotypée manipulée: quand les tropes se font latents.

Le but était de modifier ces représentations mentales, ces schémas mentaux. Il s’agissait de définir la Galice comme étant porteuse d’une culture civilisée. Les femmes, quant à elles devaient réaliser leurs rôles de femmes épouses, de mères et de veuves. Rosalía correspondait à ce rôle. Nous sommes donc face à un dilemme moral du régionalisme galicien. Face à une moralité ou à une amoralité. Il est nécessaire d’ajouter que l’être galicien avaient deux amours, l’amour de l’homme, il était philanthropique et l’amour de la terre. La patience et la docilité devaient être les vertus des femmes galiciennes.

Rosalía de Castro était une excellente chrétienne, même si certains critiques trouvèrent quelques touches d’anticléricalisme dans ses œuvres. Le but du programme galicien était de construire un idéal féminin dans l’imaginaire national galicien, l’écrivaine et poétesse Rosalía de Castro en est devenu l’archétype. Il fallait par conséquent soigner l’image de l’auteure, éliminer tout ce qui pouvait venir contrecarrer cette image de femme vertueuse et sacrificatrice.

On arriva dans la littérature jusqu’à opposer une Galice féminine et tendre à une Castille aride et grossière, ces tropes sont donc des « fantasmes coloniaux ».

Vers un sentimentalisme à outrance ? La Genèse d’une nation.

D’autres auteurs tels que Castelao utilisèrent des métaphores féminines pour décrire le paysage galicien. Comme pour Rosalía, il s’agirait d’un paysage doux et harmonieux, lequel rompt avec celui d’une Castille aride et sèche. La douceur et la beauté féminines sont incarnées dans le paysage. La campagne est aussi fertile et maternelle. Les galiciens, sont les enfants de la Terra Nai (Terre Mère). « La patria es la tierra. » (« La patrie c’est la terre. ») ajoute Castelao. C’est un sentiment de saudade, de mélancolie heureuse, qu’emporte avec eux les galiciens et portugais lorsqu’ils quittent leur terre.

Nous nous trouvons face à des constructions mentales et coloniales, autant du côté de l’oppresseur que de l’opprimé. Les êtres humains ressentent la nécessité d’avoir des idéaux, lorsque ces derniers s’en rapprochent plus grande est la satisfaction et plus intense l’orgueil. Ces tropes sont des mythes construits par les êtres humains eux-mêmes. Il s’agissait de construire un idéal-nation crée par les politiques qui voulaient une Espagne unie et les autres une Galice indépendante. Tout est question de colonialisme, de l’image que l’un possède de l’autre, pour asseoir son pouvoir. L’image d’une Rosalía femme et galicienne servit à la construction d’une région-nation qu’est la Galice.

Pour aller plus loin et si vous comprenez le galicien: Conférence sur le livre “Galiza um povo sentimental?: género, política e cultura no imaginário nacional galego”.
Langues du livre : anglais, portugais.

Sources: Livre(s): – Miguélez-Carballeira, H., Galiza, um povo sentimental?: género, política e cultura no imaginário nacional galego, Através, S.l., 2015. Vidéos: – Galicia, a sentimental nation (UVigo) – Youtube. Galiza, um povo sentimental? (Helena Migueles Carballeira) os livros falam. – Youtube. , Articles: – Le galicien ; María Montes López ; Université de Saint Jacques de Compostelle ; 2008. – Stéréotypes et construction identitaire dans Cantares Gallegos de Rosalía de Castro : le « nous » galicien face à « l’autre » castillan ; Jorge Cagiao y Conde ; Univeristé de Tours ; 2007.