Initiation au “commentaire de texte”

Le “commentaire littéraire”, où plus communément le “commentaire de texte” est une production orale ou écrite dont l’auteur explique, interprète et juge un texte en introduisant notes et éclaircissements destinés à faciliter l’analyse d’un “texte”.

Qu’est ce qu’un “texte” archétype du commentaire ? Parmi eux, on trouve plus précisément des articles, dans une approche historique par exemple, des extraits de romans, dans un contexte littéraire, ou même des discours retranscrits, dans un contexte plus politique.

L’élaboration d’un “commentaire de texte” nécessite l’étude préalable d’un certain nombre de méthodes, propres à chacun, et dont le résultat final sera sensiblement le même, à savoir une compréhension plus élaborée du texte en question. Mais comment étudier un “texte” ? Par quel moyen et sous quelle convention ?

Tout d’abord par le biais d’une introduction, le commentaire de texte devra premièrement situer, présenter, contextualiser, problématiser et annoncer le sujet traité ainsi que le plan qui servira à son “développement”.

Dans un second temps, le commentaire de texte inclura un “développement”, composé de deux à trois parties dans lesquelles le rédacteur pourra se pencher davantage sur les détails et évidences sous entendues par l’auteur, et dont la saillance sera “décroissante”. Autrement dit, la première partie sera sensiblement plus générale que la seconde, cette dernière, contentée d’étudier les éléments annexes plus précis, mais demeurant néanmoins essentiels (méthode de l’entonnoir).

Finalement, le commentaire se verra achevé par une “conclusion”, dans laquelle sera émise une réponse générale aux problématiques posées précédemment dans l’introduction. Une ouverture, sous forme directe, indirecte, de question, ou même une citation peut être envisagée, le cas échéant, sous réserve que la consigne soit précisée par l’enseignant référent.

Will Sommers, the court’s jester

Engraving of Will Sommers by Francis Delaram, 1615-1624

‘As ‘all men were fools before God, and the foolishness of God was wiser than men’s wisdom’, fools could be considered holy, possessors of an essential goodness and simplicity that meant they were incapable of sin and conduits of the divine.’

Lipscomb (citing Erasmus’s The Praise of Folly, 1511) in  All the King’s Fools, 2011

How big was his influence on the king?

Will Sommers (also spelt Somers or Summers), was the most famous jester of the Tudor England. He served the Crown from 1525 to 1559 therefore serving famous King Henry VIII and his son and daughters Edward VI, Mary I and Elizabeth I.

During his years of service, historical archives (such as reports from the Royal Household and other witnesses at the time) showed that Sommers actually had an influence on the King.

Engraving of William Sommers, King Henry the Eighth’s Jester, from an ancient Picture in the Collection of Richard Aldworth Neville.

For instance, being one of the King’s favourites, he could eventually get rid of other member of staff he disliked. The famous anecdote reported by Robert Armin in Foole upon Foole shows an example of Will’s boldness: Sommers, being provocative as usual, interrupted the show of Thomas the juggler, milk and bread in his hands, asking the King for a spoon. As the King replied he did not have a spoon, Thomas told him to use his hands. After a quite spontaneous but well constructed verse, Will simply threw the milk at him. It is said that Thomas was never seen at Court again.

Antique engraving of a jester by Nicoolay, 2009.

In other words, despite being himself in the wrong, Will seemed to be under the King’s protection and in his favours.

Sommers could also use his influence to serve more serious goals. For example, he convinced the King to help his uncle who was about to be ruined because of his loss of land and money.

On an even more delicate note, he asked for an old friend of his, Robert Fermor, to be freed and forgiven for the crimes he committed (having been jailed for trying to help a monk after the birth of the Anglican Church).

Where does he come from?

Very little is known about his life before Court. All that we do know is that he was introduced to the King by the previously mentioned Robert Fermor who, before ending up in jail, was a very rich and important merchant. He apparently gave Will to the King in 1525, when Sommers was described as being in his twenties.

If so little is known about his previous life, it is because he is more likely to have been born in a poor family. His peasant origins are the only natural explanation as to why he became a Court jester. Naturally, peasants and poor people were less likely to figure on any registration at the time, and furthermore, no noble or clergy man could have ended up being the King’s buffoon.

How is he still around today?

Illustration of the King’s psalter, Jean Mallard, 1540-1541

As it was previously mentioned, Will Sommers seems to be the most famous Court Jester of Tudor England, and of England in general. The reason for this glory is probably that he served for quite a long time the same King (38 years), realising the exploit of avoiding decapitation by the tragically famous Henry VIII. The King’s wildly known reputation in addition to the break with Rome he orchestrated assured his universal impact on the people from the XVIth century onward.

Will was indeed very close to Henry VIII. He has been represented with him and his family more than once, in addition to his appearance in the King’s psalter.

The Children of Henry VIII, c.1650-1680. Copy of a lost original, c.1545-1550
From left to right: Henry VIII, Will Sommers, Edward VI, Mary I, Elizabeth I
The ‘Ideal Family’ previously attributed to Hans Holbein The Younger, 1545. Sommers can be seen on the right, a monkey on his shoulder.

As a consequence of having served one of the most fascinating Kings in History, Will’s stage career ironically started shortly after his death. Shakespeare, Armin, Rowley or Nashes wrote plays and books about the late King and inevitably, Sommers was portrayed in many of them.

As the central point of the plays and books from this period of time was his King and boss, and since not many historical facts could be gathered on the person of Will Sommers, these pieces of fiction sometimes biased the perception we now have of him as an individual.

A shift in his representation

Time surely passed since those Shakespearean adaptations, but Will’s character is far from being forgotten. It even seems like the XXth and XXIst centuries honour him through the Arts.

Indeed, nowadays, the persona of Henry VIII has been studied and adapted and documented numerous times. Authors and playwrights now seem to focus more on ‘secondary’ characters present during Henry’s reign, and Sommers appears like one of the most obvious choices: he served for decades, could speak his mind almost freely, and was close to the King but still part of the Royal servant staff. His ears and eyes were everywhere, and for quite a long time.

Some modern adaptations of Henry VIII and the legend of his reign include the newly used point of view of his jester Will Sommers. For example:

The Last of Days, Paul C. Doherty (2013) with a King on his death bed and a long-serving jester as the final witness of the King’s last moments. In this book, Sommers starts a diary about his King’s life and death.

Under These Restless Skies, Lissa Bryan (2014), is a fictional story with Sommers as the main character. In this story, he falls in love with a mythological creature from the sea and brings her in his world.

Sommers also appears on television, being portrayed in the world famous TV show The Tudors (starting in 2007), or The Six Wives of Henry VIII (directed by both Naomi Capon and John Glenister in 1970) or even in plays, most of them adapting Shakespeare’s own piece like Henry VIII (directed by Robert Richmond in 2010) or original works such as Will Sommers: Keeping Your Head (Pierre Brault, 2016).

Will Sommers the jester still fascinates today, if not more than in his own life time, five hundred years ago. In addition to being famous during his life and shortly after his death, great artists revived his character for centuries onward, to the point where he is again today an object of mystery, and a person inevitably linked to the Great History. Not bad for a fool.

Rosalía de Castro ou la féminité “made in Galice”

Quand Nature et Culture entrent au service du Politique.

Une analyse de l’oeuvre rosalienne d’après une perspective féministe.

L’écrivaine galicienne Rosalía de Castro y Murguía.

Entre terre et patrie…

La patrie de l’écrivaine et poétesse Rosalía de Castro (1837 – 1885) était la Galice, non la Castille, pourquoi cette opposition ? Car Rosalía de Castro peut être considérée comme étant le blason de la Galice, une métaphore de ce qu’avait pu être et est cette terre. Une incarnation de cette « Galiza-mulher » (Galice – femme). La Galice peut en effet être considérée comme étant féminine mais ce, si on la regarde depuis un angle colonialiste.

Vers une construction mythique.

Ce mythe crée d’une Galice féminine avait servi les intérêts du colonisateur castillan. La féminité, même si elle n’est pas unique, est en général assimilée à un état faible, face à la force et à la virilité de la masculinité, les sentiments et la faiblesse physiques ne sont en apparence pas les meilleures armes face à la force brute. De fait, des hommes efféminés ne pouvait attirer que la dérision et la moquerie, face à une Castille d’homme masculins, c’est-à-dire forts. Les stéréotypes qui se dégagent des ces deux forces qui s’opposent font parties du système de la colonisation.

Rosalía de Castro malgré sa robustesse physique, incarnait selon nombres de critiques cette Galice féminine, ils allèrent jusqu’à dire qu’elle en était l’incarnation même. Elle incarnait des valeurs de femme pieuse et vertueuse. Cependant dans le discours castillan on trouva chez les femmes galiciennes peu de vertus. Pourquoi s’attaquer aux femmes ? Parce que les vertus des femmes étaient un argument de force. C’est donc dans le discours galicien que Rosalía représentait ces vertus. Dans ces discours, il s’agissait donc, de décrire la culture et l’identité galicienne.

Colonisateur et colonisé: du dominant et du dominé ?

Ce sont deux points de vue différents qui nous sont proposés, celui du colonisateur castillan et celui du colonisé galicien en réponse à cette volonté d’expansion. Rosalía est le symbole de cette identité galicienne.

Nous sommes donc face à un paradigme de féminité lorsque le ministre González Besada qualifie l’œuvre de Rosalía de Castro et son attitude comme étant « modeste », et non d’un paradigme du génie artistique.

Ce sont des tropes que l’on se propose d’exposer ici, les tropes de la sentimentalité galicienne qui s’oppose à l’image du celte vigoureux que l’on pourrait trouver dans des œuvres d’Eduardo Pondal. Ces deux images sont par conséquent en opposition. Pourquoi une Galice féminine ? Parce que faible selon le colonisateur castillan. Il est nécessaire de faire triompher l’une des deux images.

La Galice ou le prestige retrouvé…

La Galice n’était en effet pas la Castille, tout d’abord la langue les sépare, le galicien était pour les castillans une langue rurale tandis que pour les galiciens il s’agissait d’une langue qui, au Moyen-âge était parlé à la Cour avant que le géant castillan ne vienne la remplacer. Pour les galiciens cette langue n’a aucunement perdu de son prestige. Le galicien est par conséquent prêt à rivaliser avec le castillan. Le galicien est reconnu comme étant une langue lyrique au même niveau que le provençal. Il existe une confluence en la lyrique provençal et la lyrique populaire galicienne et cette condition était nécessaire pour qu’elle arrive à son apogée dans la Péninsule. Selon Carré Aldao la lyrique populaire galicienne alla jusqu’à améliorer la lyrique provençale en lui insufflant une âme.  

Une “comédie inévitable” ? : Quand la féminité sert les rapports de forces.

La féminité et la sentimentalité face à la force brute semblent être une faiblesse, cependant selon Carré Aldao c’est cette sentimentalité qui fait la force de la nation galicienne, il la décrit comme supérieure, différente et plus exquise. Ce point de vue est un héritage de la sensibilité du XVIIIème siècle. Dans lequel l’empathie et la compassion renforcerait un « ordre socio-psychologique » enraciné dans « l’optimisme historique » des Lumières. Carré Aldao considérait donc cela comme étant une marque avancée d’un stade dans la course à la civilisation. Mais jadis, les arguments qui prévalaient étaient ceux de la sexualité différenciée, féminin/masculin avec ses qualités respectives. Il défendait donc le sentimentalisme masculin pour que cela serve à la grandeur de la Galice. Nouvelle rhétorique coloniale.

Du point de vue de l’espagnol, du castillan, ce sentimentalisme réduisait les hommes à de simples « efféminés naïfs et [comme étant] un essaim de petits poètes efféminés ». Ce qui faisait la force n’était rien d’autre que des qualités masculines primitives comme le sont la force et l’agressivité.

Une vision stéréotypée manipulée: quand les tropes se font latents.

Le but était de modifier ces représentations mentales, ces schémas mentaux. Il s’agissait de définir la Galice comme étant porteuse d’une culture civilisée. Les femmes, quant à elles devaient réaliser leurs rôles de femmes épouses, de mères et de veuves. Rosalía correspondait à ce rôle. Nous sommes donc face à un dilemme moral du régionalisme galicien. Face à une moralité ou à une amoralité. Il est nécessaire d’ajouter que l’être galicien avaient deux amours, l’amour de l’homme, il était philanthropique et l’amour de la terre. La patience et la docilité devaient être les vertus des femmes galiciennes.

Rosalía de Castro était une excellente chrétienne, même si certains critiques trouvèrent quelques touches d’anticléricalisme dans ses œuvres. Le but du programme galicien était de construire un idéal féminin dans l’imaginaire national galicien, l’écrivaine et poétesse Rosalía de Castro en est devenu l’archétype. Il fallait par conséquent soigner l’image de l’auteure, éliminer tout ce qui pouvait venir contrecarrer cette image de femme vertueuse et sacrificatrice.

On arriva dans la littérature jusqu’à opposer une Galice féminine et tendre à une Castille aride et grossière, ces tropes sont donc des « fantasmes coloniaux ».

Vers un sentimentalisme à outrance ? La Genèse d’une nation.

D’autres auteurs tels que Castelao utilisèrent des métaphores féminines pour décrire le paysage galicien. Comme pour Rosalía, il s’agirait d’un paysage doux et harmonieux, lequel rompt avec celui d’une Castille aride et sèche. La douceur et la beauté féminines sont incarnées dans le paysage. La campagne est aussi fertile et maternelle. Les galiciens, sont les enfants de la Terra Nai (Terre Mère). « La patria es la tierra. » (« La patrie c’est la terre. ») ajoute Castelao. C’est un sentiment de saudade, de mélancolie heureuse, qu’emporte avec eux les galiciens et portugais lorsqu’ils quittent leur terre.

Nous nous trouvons face à des constructions mentales et coloniales, autant du côté de l’oppresseur que de l’opprimé. Les êtres humains ressentent la nécessité d’avoir des idéaux, lorsque ces derniers s’en rapprochent plus grande est la satisfaction et plus intense l’orgueil. Ces tropes sont des mythes construits par les êtres humains eux-mêmes. Il s’agissait de construire un idéal-nation crée par les politiques qui voulaient une Espagne unie et les autres une Galice indépendante. Tout est question de colonialisme, de l’image que l’un possède de l’autre, pour asseoir son pouvoir. L’image d’une Rosalía femme et galicienne servit à la construction d’une région-nation qu’est la Galice.

Pour aller plus loin et si vous comprenez le galicien: Conférence sur le livre “Galiza um povo sentimental?: género, política e cultura no imaginário nacional galego”.
Langues du livre : anglais, portugais.

Sources: Livre(s): – Miguélez-Carballeira, H., Galiza, um povo sentimental?: género, política e cultura no imaginário nacional galego, Através, S.l., 2015. Vidéos: – Galicia, a sentimental nation (UVigo) – Youtube. Galiza, um povo sentimental? (Helena Migueles Carballeira) os livros falam. – Youtube. , Articles: – Le galicien ; María Montes López ; Université de Saint Jacques de Compostelle ; 2008. – Stéréotypes et construction identitaire dans Cantares Gallegos de Rosalía de Castro : le « nous » galicien face à « l’autre » castillan ; Jorge Cagiao y Conde ; Univeristé de Tours ; 2007.

XML-TEI & littérature

Ici on va parler du XML-TEI un procédé de codage qui va permettre une meilleure analyse des textes et manuscrits pour les personnes initiés à ce langage. Pour celles et ceux qui ne savent ce qu’est le XML je vous renvoie au lien d’openclassrooms qui vous donnera un petit cours gratuit sur le sujet.

Le XML-TEI c’est quoi ?

La Text Encoding Initiative abrégée TEI c’est d’abord une communauté appartenant aux Humanités Numériques qui à pour objectif de définir un ensemble de règles et de recommandations pour l’encodage des documents textuels et leurs reproductions numériques . Ce type d’encodage va permettre de travailler sur un grand nombre de document textuels typiquement du manuscrit d’une oeuvre à son édition finale. Comme son nom l’indique son objet d’étude principal est le texte, mais grâce a son développement elle peut être appliquer à différent type de données numériques, audio, vidéo, image.

De plus comme il s’agit d’un langage informatique avec des balises normées, il est possible de les retrouver sur le site internet des Guidelines de la TEI.

Pourquoi utiliser la TEI?

Il est possible d’apporter plusieurs réponses à cette question.

D’abord, la TEI va d’avantage se concentrer sur le sens du texte plutôt qu’à son format, bien sûr un éditeur de texte standard ou un traitement de texte classique du type Open Office ou Microsoft Word, pourrait facilement vous retrouver toutes les occurrences d’un termes dans le texte, mais il est incapable de faire une recherche intelligente, dans laquelle il distinguerait les significations de deux homographes. Il fallait donc une solution, car il y a une grande différence entre la façon dont le chercheur réfléchi au texte et la façon dont le système automatisé le traite. En effet ce système va réduire à l’apparence des chaines de caractères ce qui est effectivement écrit. Ainsi un simple traitement de texte ne va pas faire de différence entre “La physique” et “Le physique” il va juste rencontrer deux occurrences du mot “physique”. Dans cet éditeur de texte nous pourrons modifier autant que nous le souhaitons la police, la couleur et toute autre valeur visuelle du texte en fonction de la signification. Dans la TEI il nous sera possible d’indiquer de manière fidèle, si le nom est masculin ou féminin, mais aussi il nous est possible d’indiquer si Paris est un nom de ville ou de personnes, si Camille est un personnage masculin ou féminin, mais aussi si un terme à telle ou telle origine, ou bien encore dans un corpus de texte si un personnage, un lieu apparaît dans plusieurs textes, il est donc possible de montrer aussi l’intertextualité.

Le second avantage serait la totale indépendance du système d’écriture. En effet avec la TEI il n’y a pas de question à se poser quant aux compatibilités entre les différents logiciels, mais aussi les systèmes d’exploitations. Le document sera toujours lisible partout. La réponse est la même si vous tentez d’ouvrir votre document des années après. Le document reste lisible partout et tout le temps, il n’y a aucune question à se poser pour le devenir de celui-ci. En effet le document TEI va prêter attention au texte sans s’occuper du logiciel pour le visualiser. Bien au contraire la TEI va représenter directement la pensée de son auteur. Par exemple il est possible d’identifier avec la TEI un titre de chanson, un extrait de discours, un passage en langue étrangère, en fonction de comment la chaîne de caractère va être identifier par le chercheur. Un autre avantage est que l’auteur – chercheur peut décider, dans une version imprimée, de visualisé le titre d’un article en Italique, mais dans une version numérique faire un renvoi vers le lien internet de ce dernier.

Aussi cette indépendance bien qu’elle soit cadrée par les Guidelines va permettre aux différents auteurs d’un même document de travailler ensemble dans un but commun. Chacun pourra donc travailler sur son propre domaine, il est possible d’admettre que un auteur travaille à l’encodage des personnages, un autre à celui des villes et que enfin un dernier s’occupe de la relecture, car ils vont tout les trois suivre les mêmes règles.

La TEI va aussi être essentielle pour l’analyse des manuscrits, en effet le chercheur va pouvoir représenter ce dernier numériquement, va pouvoir le mettre en face à face avec son fac-similé. Aussi il va pouvoir représenter la genèse de l’écriture, sa chronologie, montrer à quel moment apparaît chaque portion de texte, dire si une rature introduit une autre signification ou si il s’agit simplement d’une suppression. Le champs des possibilités est relativement grand un des meilleurs exemples serait certainement les dossiers de Bouvard et Pécuchet auxquels ont peut associer leur dossier en TEI disponible sur le Catalogue OAI.

Pour conclure

Le XML-TEI offre donc une visualisation de tout ce qui peut sembler important à propos d’un texte, un manuscrit, mais aussi un document audio ou vidéo, et pas seulement son apparence. l’identification des différentes entités et caractéristiques du document va permettre de nouvelles visualisations et de nouvelles perspectives d’analyses.

Top des difficultés pour s’exprimer en espagnol

Les difficultés de ce top sont pour certaines valables pour toutes les langues et d’autres le sont plus particulièrement en espagnol. Elles sont vraies pour un apprenant francophone même si elle peuvent, dans certains cas s’appliquer à d’autres.

1. Râler, se plaindre.

C’est bien connu les français sont râleurs, et même à l’étranger ils ont besoin de se plaindre, de faire sortir leur colère et leur frustration.

Exprimer sa colère ou son mécontentement est souvent difficile quand on doit le faire dans une autre langue que la sienne. Même avec une bonne maitrise de la langue il est difficile de rester crédible. En espagnol, les grossièretés ne correspondent pas littéralement à celle que nous avons en français et la façon de faire des injonction ou de réprimander quelqu’un est différente. Sans doute est-ce aussi lié à la culture, l’espagnol n’étant pas le même dans tous les endroits où on le parle car les influences culturelles sont très variées.

2. Les différences géographiques.

Comme nous venons de le dire, l’espagnol est parlé dans plusieurs pays, 21 exactement, répartis sur trois continents. Cette grande extension géographique implique des différences qui sont parfois difficiles à saisir quand on apprend la langue.

Comme le disent les deux chanteurs dans la vidéo, il est parfois difficile de saisir les nuances de la langue de Cervantes. Un mot peut être très commun dans un pays ou une région ou un pays et quasiment incompréhensible dans un autre. Il peut aussi prendre une signification très différente. Certains mots ont une connotation vulgaire ou sexuelle dans certains endroits alors qu’ils sont d’un emploi très courant dans d’autres. La prononciation varie aussi d’un pays à l’autre ce qui peut entraver la compréhension.

3. Le R “roulé”

Le R espagnol est l’une des plus grosses difficultés de prononciation pour le locuteur (avec la fricative dentale sourde /θ/, qui peut être évitée car elle n’est pas présente dans toutes les variantes de l’espagnol). Cette consonne vibrante simple alvéolaire sonore (qui peut aussi être multiple comme dans “perro”) n’étant pas présente en français métropolitain actuel elle est difficile à articuler les natif de cette langue.

“Tres tristes tigres tragan trigo en un trigal”

Ce virelangue populaire montre que, apposé à la consonne dentale occlusive sourde /t/, sa prononciation est d’autant plus compliquée. C’est aussi le cas quand il est proche de la consonne uvulaire fricative sourde /X/ comme dans “naranja”.

4. L’accentuation

L’accentuation des mots espagnols suit des règles bien précises. Les accents écrits (toujours aigus) , servent à indiquer un déplacement exceptionnel de l’accent tonique. L’accentuation connait trois types principaux :

  • Les mots oxytons sont accentués sur la dernière syllabe. Cela concerne les mots terminant par une consonne, sauf N et S. Ces dernières étant la mar.que du pluriel respectivement des substantifs et des verbes elles n’influencent pas directement l’accentuation des mots qu’elles terminent.
  • Les mots paroxytons sont ceux qui, terminés par une voyelle ou les marques du pluriel, portent l’accent tonique sur l’avant-dernière syllabe.
  • Les mots proparoxytons sont les seuls à toujours porter un accent écrit. Il se trouve sur l’antépénultième syllabe.

Au pluriel, l’accent reste à ça place. Ces règles connaissent deux grandes exceptions :

  • Il existe trois mots qui au pluriel connaissent un déplacement de l’accent tonique : régimen / regímenes, carácter / caracteres, espécimen / especímenes.
  • Les adverbes de manière qui sont formé d’un adjectif au féminin et du suffixe -mente portent une double accentuation : celle de l’adjectif et celle du suffixe.

5. La traduction.

Les variantes culturelles étant aussi marquées par la langue, et même si par exemple la France et l’Espagne sont des pays frontaliers il reste des concepts intraduisibles. Quand on vient à bien maitriser les deux langues on se retrouve parfois dans une situation où il nous est difficile d’exprimer une idée dans la langue de son interlocuteur car notre idée s’exprime mieux dans l’une ou l’autre langue.

L'espagnol possède par exemple deux verbes que l'on pourrait traduire par le verbe être français. Il est de ce fait difficile d'en discerner les usages, mais cela permet surtout de donner certaines nuances inexistantes en français.

Les adjectifs et pronoms démonstratifs sont dans un système ternaire en espagnol alors qu'en français il s'agit d'un système binaire ce qui encore une fois donne des nuances différentes à ce que l'on veut exprimer. 

Enfin, parfois il y a des mots qui n'existent pas dans une langue ou l'autre, ce qui rend l'exercice de traduction plutôt ardu.

Pour conclure cet article, nous pouvons dire que l’espagnol est une très belle langue qui permet d’exprimer d’autres choses que le français. C’est ici l’une des principales raison de notre satisfaction de maitriser ces deux langues.

L’interprétation

Au cours de ma formation à l’université de Poitiers, j’ai eu l’opportunité de suivre des cours d’interprétation. L’interprétation est une forme de traduction orale, souvent utilisée lors de conférences, de voyages d’affaire, de visites guidées, de procès… dont les différents membres ne parlent pas la même langue. Il existe deux types d’interprétation : l’interprétation simultanée et l’interprétation consécutive.

L’interprétation simultanée

L’interprétation simultanée consiste à traduire ce que dit le locuteur pendant qu’il parle. Souvent employée dans un contexte politique, par exemple à l’ONU, cette méthode d’interprétation permet aux interprètes, par le biais de matériel spécifique, de ne pas se gêner mutuellement, puisqu’ils retransmettent le discours traduit via des oreillettes.

Le processus d’interprétation pour l’Organisation des Nations Unies est assez complexe. Les interprètes sont assis dans des cabines fermées alignées tout autour de la pièce, ce qui leur donne un point de vue approprié pour voir et entendre au mieux les travaux et débats de la session. Pour la plupart des conférences des Nations Unies, il est de mise que les interprètes fournissent une traduction simultanée : ils écoutent et traduisent en même temps.

“Comment les interprètes de l’ONU manient les langues au quotidien”, Dylan Lyons, babbel.com
Exemple d’Interprétation Simultanée, United States Court

L’interprétation consécutive

L’interprétation consécutive nécessite moins de moyens et ne requiert pas de matériel spécifique. L’interprète prend en notes ce que dit le locuteur pendant quelques minutes, puis le locuteur s’arrête pour laisser l’interprète traduire. Deux configurations sont possibles. Soit il y a un seul interprète qui traduit à voix haute pour toute l’assemblée, il se tient alors à côté du locuteur ; soit chaque personne dans l’assemblée a son propre interprète, qui traduit alors à voix basse pour ne pas gêner les autres (c’est ce qu’on appelle l’interprétation chuchotée).

Exemple d’Interprétation Consécutive, United States Courts

Mon expérience personnelle

J’ai suivi des cours d’interprétation consécutive en troisième année de licence LLCER (Langue, Littérature et Culture Étrangère ou Régionale) Anglais à l’université de Poitiers. Lors de ces cours, un enseignant (francophone) et un lecteur (anglophone) dialoguaient sur un sujet établi à l’avance pour nous permettre de le préparer. Ils parlaient pendant environ deux minutes, pendant lesquelles nous prenions des notes, puis s’arrêtaient et demandaient à un élève de restituer sa traduction du discours pour la classe. Chaque élève devait passer deux fois, une fois en thème (du français vers l’anglais) et une fois en version (de l’anglais vers le français). J’ai pu pendant ces cours relever certaines difficultés spécifiques à l’interprétation.

L’une des difficultés que l’on peut rencontrer dans cette discipline, c’est celle de la prise de notes. En effet, celle-ci se doit d’être exhaustive, on ne peut se permettre d’omettre une information. On ne peut cependant pas couper le locuteur pour lui demander de répéter une date, un nom, voire un segment entier de son discours qu’on aurait eu du mal à noter. Il faut bien sûr aller vite dans sa prise de notes, user d’abréviations, et ne pas se formaliser des fautes d’orthographe qu’on évite pourtant toujours quand on prend le temps d’écrire. Nos professeurs encourageaient d’ailleurs les lecteurs à parler assez vite, comme ils le feraient dans le cadre d’une discussion. (Il arrivait cependant qu’un lecteur bienveillant répète certaines informations à la fin de son discours.)

Résultat de la prise de notes du premier cours, second semestre de L3
Résultat de la prise de notes du cinquième cours, second semestre de L3 ; on constate un changement de méthode de notation par soucis d’efficacité

Une autre difficulté est bien sûr celle de la restitution. Il s’agit d’une forme de traduction, et comme dans le cas de la traduction écrite, il faut rester aussi fidèle que possible au discours original, en en respectant le ton, le niveau de langage… Il ne faut rien omettre et éviter tout contre-sens, bien évidemment. On nous avait par ailleurs expliqué qu’il ne faut pas entendre l’interprète, qu’il doit se faire discret et ne doit surtout pas faire d’aparté. De même, il ne faut surtout pas censurer le locuteur, et c’est là qu’on peut voire une difficulté supplémentaire au travail de l’interprète : celui de séparer ses propres opinions et convictions de celles du locuteur dont il traduit le discours. Nous n’avons pas eu à nous inquiéter de cela en cours, mais ça n’en reste pas moins non-négligeable, par exemple lorsqu’il faut traduire un discours politique.

Exemple d’Interprétation Légale Inexacte, United States Court

Toujours concernant cette restitution, la façon de s’exprimer a son importance. En plus d’une bonne maîtrise de la langue cible, on attendait de nous que nous nous exprimions clairement. Il fallait limiter les temps d’hésitation, quitte à meubler en tournant autour du mot sur lequel on buttait en attendant de le retrouver. Il fallait également soigner son élocution, parler suffisamment fort pour que toute la classe nous entende. Bonus pour ceux qui mettaient de l’emphase dans leurs paroles, et dont le discours n’était pas plat.

Malheureusement, le nombre d’élèves par groupes et le nombre d’heures limité nous empêchaient de passer plus d’une fois en thème et en version. Il fallait donc nous entraîner chez nous, ou entre amis (du moins c’était vivement conseillé). Et puisque les notes sont une préoccupation constante des étudiants, il est peut-être utile de mentionner que cela impliquait qu’une mauvaise note n’était généralement pas rattrapable, et ce malgré la bonne volonté des enseignants.

En résumé

L’interprétation est une discipline complexe, aussi bien sur le plan technique que sur le plan mental. Elle nécessite une grande capacité de concentration, une excellente maîtrise des langues source et cible, ainsi qu’une certaine assurance lors de la prise de parole. Elle reste néanmoins fascinante, puisque les domaines d’applications sont très divers : l’interprète peut être amené à travailler dans des colloques, des conférences scientifiques, pour des musées, des tribunaux…

Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié les cours d’interprétation que j’ai suivi en licence, ils m’ont permis de découvrir cette discipline qui m’intéressait mais dont je ne connaissais rien. Et même si l’exercice était difficile, j’appréciais grandement ces cours. J’ai pu récemment me prêter de nouveau au jeu, lors de la présentation orale de l’une de mes camarades de Master. Et je dis jeu, car cela s’était décidé au dernier moment, à l’initiative de l’enseignant, comme pour s’amuser (et faciliter la compréhension de l’exposé en anglais par les étudiants hispanistes). Encore aujourd’hui, je prends plaisir à pratiquer cet exercice, aussi bien pour m’amuser que pour rendre service.

TU VIENS D’OÙ ? QU’EST-CE QUI REPOSE DERRIÈRE CETTE QUESTION ?

Expérience de migration en contexte de violence ou quand raconter devient impossible .

La faculté de Poitiers a accueilli une conférence le 17-18 octobre 2019 sous le titre: Expérience de migration en contexte de violence ou quand raconter devient impossible. (Approche comparée France- Québec pour un dialogue entre migrants, praticiens et chercheurs)

Dans les deux jours, il y avait plusieurs ateliers animés par des chercheurs, praticiens et chercheurs de l’université de Poitiers et ailleurs. Ayman Al Joumaa est un jeune étudiant de l’université de Poitiers qui a abordé la question « tu viens d’où dans le contexte d’exil. »

Ayman est un étudiant en M2 LLCER/parcours Anglais à l’université de Poitiers, dans son mémoire de M2 il a abordé la question de “la mémoire ou l’oubli dans le contexte d’exil, l’exemple des réfugiés syriens au Canada”, étant un réfugié Syrien en France Ayman était intéressé par ce sujet.  

Ayman a amené une enquête auprès de 30 personnes (10 personnes au Canada et 20 essentiellement en Europe), il a posé plein de questions pour arriver aux résultats: photo n1

Et pourquoi on s’intéresse à cette question ?

Parce que cette question qui semble banale, parce qu’on la pose naturellement dans des contextes différents. Mais le plus intéressant ce sont les questions qui viennent après parce que souvent sont des questions qui sollicitent la mémoire, qui sont des questions très personnelles qu’on ne pose pas normalement à n’importe qui. Et plutôt les personnes qui posent cette question ils ont envie d’écouter une histoire personnelle surtout dans le contexte d’exil, c’est-à-dire quand on voit un réfugie, on s’intéresse à poser ces questions parce qu’on voulait savoir plus.

Les résultats de cette enquête :

Les réponses comme on voit étaient différents, mais qui intéressent que la différence entre le Canada et l’Europe. Les gens au Canada semblent plus ouverts à cette question qu’en Europe. Ayman a cité quelques témoignages :  

En conclusion : la question qui semblait banale ne l’est pas, qui est considéré comme une forme d’intégration, souvent cette question « tu viens d’où » est suivi par des questions qui sollicitent la mémoire chez le réfugie et qui créent des fois des sentiments de malaise, en espérant qu’on arrive un jour que la réponse soit je suis humain comme toi, et je viens de la terre qui nous accueille tous.

(Illustrations utilisées avec l’autorisation de Ayman Al Joumaa)

Farah Asaad. Étudiante en M2 LLCER . Université de Poitiers