Les Réputations ou la caricature de l’autre

« La caricature est l’hommage que la médiocrité paie au génie. »

(Oscar Wilde)

Résumé

En Colombie, au début du XXe siècle, l’un des plus célèbres caricaturistes était Ricardo Rendón, qui a mis fin à ses jours à l’âge de 37 ans en 1931. C’est avec l’histoire de l’un de ses successeurs, Javier Mallarino, que Juan Gabriel Vásquez nous emmène une fois de plus au cœur de la société colombienne et de l’humanité.  

 Une caricature peut d’un seul coup, ébranler, blesser et vaincre les réputations les plus fortes et les plus établies. Elle peut renverser les gouvernements, tout en influençant l’opinion publique. C’est en tout cas ce que qu’essaie de nous montre l’auteur à travers son protagoniste Javier Mallarino. Caricaturiste de renommée, au point d’être devenu une institution nationale Javier Mallarino a su se forger une haute réputation. Mais à quel prix ? Quel est l’impact de son influence ? C’est l’une des choses que notre travail de recherche tentera de clarifier.

1. La réputation comme moyen de notoriété

Il existe bien des façon de définir le terme de réputation, du moins c’est bien ce que nous souligne Philippe Boistel lorsqu’il nous affirme : « Si la réputation a été considérée comme une des « Gold Research Priorities » du Marketing Science Institute en 2002, il faut reconnaître que la thématique reste difficile à traiter en raison de la profusion des sens attribués au concept ».

Vous trouverez ici son article complet: https://journals.openedition.org/communicationorganisation/4796

La réputation, est le thème central de l’œuvre au point d’en être le titre du roman. Juan Gabriel Vásquez parle de la fragilité d’une réputation dans le monde d’aujourd’hui. Quand on parle de réputation, il semble essentiel d’évoquer la notion d’identité, c’est-à-dire, de la façon dont notre propre réputation s’est forgée. Ainsi, les premières pages du roman soulignent la difficulté du protagoniste de Mallarino à créer sa notoriété. Dix ans durant lesquels, après avoir vécu dans l’anonymat, il s’est forgé une réputation en devenant célèbre grâces à la publication de ses caricatures quotidiennes. La réputation de Mallarino va lui permettre, par la suite, de jouir d’une certaine marginalité. Il se permettra, d’ailleurs, une forme de travail atypique puisqu’il n’entre pas dans un bureau pour y travailler toute la journée comme la plupart de ses homologues ; il travaille à la maison en toute liberté.

2. La réputation comme moyen de destruction.

Un autre aspect que le livre étudie et qui me semble essentiel est l’analyse de la réputation comme moyen de destruction. Pour développer cet aspect, je me suis appuyé sur le Estante literario qui nous précise que « l’information aujourd’hui se réplique exponentiellement dans le monde aussi facilement et rapidement qu’un virus ».. L’intérêt de cette situation, c’est qu’elle met le livre en perspective avec nos modes de vie actuels, plus précisément les réseaux sociaux actuels : « une photo que nous publions dans nos profils de réseaux sociaux ou quelque chose que nous commentons est littéralement accessible à tous et on peut littéralement en faire n’importe quoi ». La réputation de l’un peut détruire la réputation de l’autre, du moins c’est ce que ce travail semble nous confirmer.  

3. Le problème de la fiabilité d’une réputation.

En outre, un autre aspect soulevé par le roman est la fiabilité de la réputation. Ainsi, par exemple, après les événements d’Adolf et ses révélations effrayantes, la nouvelle réputation de Cuellar était prête : celle d’un violeur perverti. Cette idée s’est développée avec la caricature accusatrice et assumée de Mallarino. Mais quel est le fondement d’une réputation ? Sur quoi Mallarino se base-t-il réellement avant de produire cette caricature ? C’est la première fois dans le roman que l’auteur remet en question le bien-fondé des accusations. Une telle situation me peut aussitôt nous faire songer à une citation, celle d’un philosophe qui nous dit : « Il est plus facile de traiter avec sa mauvaise conscience qu’avec sa mauvaise réputation » (Friedrich Nietzsche, 1844 – 1900) https://citations.ouest-france.fr/citations-friedrich-nietzsche-611.html. Tout cela montre s’il est important ou non d’accorder la priorité à la fiabilité d’une réputation.

4. Le souci du maintien d’une réputation

Enfin, le roman aborde l’un des principaux problèmes posés par la réputation, celui de sa conservation. Ainsi, après avoir pris l’initiative de chercher la vérité, Mallarino sait qu’il y a un risque de perdre sa réputation et d’en créer une nouvelle, celle d’un meurtrier, un menteur qui aurait bénéficié de sa notoriété. L’idée de vouloir préserver sa réputation (et d’une certaine manière sa notoriété) va de pair avec l’idée de ne pas être oublié, ce qui, je pense, peut devenir une source de prétention. Le souci de préserver une réputation s’explique, à mon avis, par la crainte, la peur d’être oublié et de ne plus faire partie de la mémoire collective. Cette idée s’illustre par la grande présence de la mémoire qui est est un thème récurrent dans l’œuvre de Juan Gabriel Vásquez. D’ailleurs, dans le livre, la mémoire et sa capacité à réformer le présent, voire à déterminer le futur, définissent le comportement et les décisions des personnages.

5. Conclusion

On peut dire que dans Las Reputaciones, Juan Gabriel Vasquez revient à ses obsessions les plus intenses : le poids du passé, les échecs de la mémoire. Un roman qui se démarque également par la profondeur des thèmes qu’il aborde telle que l’importance de l’opinion dans nos sociétés. L’une des principales raisons de mon intérêt pour ce roman et s’illustre par la notion de réflexion. En d’autres termes, l’œuvre nous donne la possibilité de réfléchir sur nos faits, nos choix, à travers tous les personnages de l’œuvre. La proximité, le parallélisme de cette œuvre avec l’époque qui est la nôtre, obsédée par la peur de l’image, du souci de la réputation dans un mode ultra-digitalisé, est un choix audacieux de la part de l’auteur mais convaincant à tout point de vue.

Margaret Thatcher et la politique de l’éducation

Fille d’un père épicier et prédicateur méthodiste et d’une mère couturière, Margaret Thatcher est dès son plus jeune âge affiliée aux classes sociales les plus modestes du Royaume Uni, prédominantes à l’époque. Une situation financière précaire qui lui vaut insultes et moqueries de ses vaniteuses camarades de classe ne soupçonnant pas un instant, qu’elles tournaient en ridicule celle qui deviendra maintes années plus tard, la « Dame de fer ».

Un diplôme à Oxford

Après avoir intégré une grammar school sélective du Lincolnshire, dans laquelle ses efforts et sa détermination furent congratulés par ses professeurs, Margaret Thatcher est quelques années après, admise à l’université d’Oxford, de laquelle elle ressortira bénéficiaire d’une licence en chimie, mention Honorable, après avoir conduit des recherches sur la cristallographie et la gramicidine B. Une éducation scolaire rigoureuse principalement incarnée par une volonté sincère de réussir et de démontrer, comme la science tend à le promouvoir, que l’image dégradante qui lui fut régulièrement prêtée n’était manifestement pas celle que ses plus fervents ennemies tentaient de lui dépeindre.

Début en politique

Margaret Thatcher se confronte très tôt au monde de la politique, notamment au lycée lorsque qu’elle rejoint les rangs de l’Oxford University Conservative Association. Un destin politique semblait alors quelque peu se dessiner, délinéant les questions « traditionnelles » de l’époque. En 1946, Margaret Thatcher assiste au congrès du parti conservateur britannique à Blackpool où elle se familiarise avec la base militante conservatrice, à laquelle elle s’associe vivement.

En 1950, elle illustre ses prémisses de femme politique en se présentant à un mandat de député. Siège qu’elle n’obtiendra finalement pas. En dépit de cet échec face au parti travailliste, Margaret Thatcher ne s’interdit pas « le succès et la réussite », encourageant ainsi « le dynamisme et l’initiative ». En 1959, Margaret Thatcher se porte candidate au parlement britannique dans la circonscription du Finchley. Après une campagne assidue, elle remporte finalement l’élection haut la main face au candidat travailliste Eric Deakins avant d’intégrer la chambre des communes du Royaume Uni.

Du parlement britannique au département de l’éducation

Lors des élections générales de 1970, le parti conservateur, autrefois opposition devient majorité politique, soutenant le gouvernement Heath duquel Margaret Thatcher est nommée secrétaire d’état à l’éducation et à la science. Le programme politique de Margaret Thatcher, au demeurant ambitieux et selon lequel le système éducatif britannique devrait souligner le mérite et l’effort, apparait comme inadéquat aux yeux du premier Ministre Edward Heath, notamment au regard du contexte éducationnel marqué principalement par un engouement général autour du progrès et de l’inclusion à l’école, découlant de l’esprit des années 1960.

En 1974, lorsque le gouvernement conservateur se voit perdre les élections générales face aux travaillistes, Margaret Thatcher regrette de ne pas avoir eu l’occasion de réformer davantage l’éducation en dépit de ses nombreux souhaits et ambitions, réfutées par son Premier Ministre. Quelques années plus tard, Margaret Thatcher est finalement élue Premier Ministre du Royaume Uni, en 1979. Cette position fut-elle davantage propice à prétendre réformer l’éducation que lorsque que Margaret Thatcher était ministre de l’éducation ou au contraire, cette dernière fut -elle distraite par d’autres problématiques que l’éducation ?

Premier Ministre

Consciente des limites auxquelles elle fut confrontées au ministère de l’éducation, Margaret Thatcher redoute toute référence ou connotation quant à sa volonté de promouvoir une école sélective et compétitive, au moment où ses années de ministre de l’éducation furent paradoxalement marquées par une expansion des écoles inclusives. Au fil du mandat conservateur, secrétaires d’état à l’éducation et réformes se succèdent, posant les questions du maintien du processus de sélection, du pouvoir des parents, du programme scolaire, du rôle des autorités locales et des institutions, et même de la place de la religion dans l’éducation. Alors que la fin du mandat de Margaret Thatcher approche et que le système éducatif ne semble pas aussi reformé que promis, Kenneth Baker, l’avant-dernier secrétaire d’état à l’éducation du gouvernement s’engage dans la proposition d’un nouveau projet de loi en 1988, considéré comme l’acte de réforme de l’éducation le plus important depuis 1944 et de sa loi « Butler » et ayant figuré comme définitoire de l’ensemble des mesures prises pendant les années Thatcher.

Ainsi, bien que Margaret Thatcher apparut comme désinvolte au regard de l’éducation, la fin de son mandat, davantage tourné vers les réformes économiques et budgétaires du pays, fut néanmoins marqué par un investissement notable des forces politiques et une volonté de réforme indubitable alors que de nombreux spécialistes de l’éducation britannique tels que Clyde Chitty, Michael Flude, Merril Hammer ou même Nicholas Timmins dans son ouvrage sur l’état providence, confirment le caractère considérable de l’acte de 1988, ce dernier, légitime et « vénéré » concurrent du fruit de la politique éducationnelle de R. A Butler.

Sources :

BAKER, Kenneth, The Turbulent Years: My life in politics, Faber and Faber Limited, 1993.

CHITTY, Clyde, Education Policy in Britain, London, Palgrave Macmilan, 2009.

FLUDE, Michael, HAMMER, Merril, The Education Reform Act: Its origins and implications, The Falmer Press, 1990.

THATCHER, Margaret, The Downing Street Years, HarperCollins, 1993.

TIMMINS, Nicholas, The five giants: A Biography of the Welfare State, HarperCollinsPublishers, 1995.

L’étude du harcèlement en classe d’espagnol au collège

Je suis professeure contractuelle d’espagnol dans un collège. Il est d’usage d’étudier le harcèlement en fin de 4ème ou début de 3ème pour sensibiliser les élèves au bon comportement à adopter s’ils sont victimes ou témoins de harcèlement.

Il ne s’agira pas ici de présenter une séquence (ensemble de plusieurs séances de la durée d’un cours) mais plutôt de mettre en valeur l’étude de certains documents.

Ce premier document est l’introduction de la séquence. Il permet aux élèves de s’exprimer à partir d’un document iconographique qui met en œuvre un vocabulaire déjà connu (description physique et des émotions, et lexique du milieu scolaire) et permet d’introduire les nouveaux mots de la séquence.

  • El acoso escolar = le harcèlement scolaire
  • Un cartel = une affiche
  • Una venda = un bandeau
  • Un testigo = un témoin
  • Un agresor = un agresseur
  • Una víctima = une victime
  • Falta de respeto = manque de respect
  • Burlarse de alguien = se moquer de quelqu’un
  • Señalar del dedo = montrer du doigt
  • Aislar = isoler
  • Maltratar = maltraiter
  • Golpear = frapper
  • Matar = tuer
  • Luchar = lutter
  • Ayudar = aider

La description d’un élève :

El documento es un cartel. Habla del acoso escolar. El título es Bulling, que en español se dice acoso y hay un eslogán que es : Quítate la venda. Vemos que la escena tiene lugar en un colegio porque hay alumnos que llevan mochilas.

Vemos a la izquierda a niños burlandose de otro niño que está en el centro del dibujo. Señalan del dedo al chico. Son los agresores.

Vemos a la derecha a niños con los ojos vendados. Son testigos del maltrato del chico en el centro.

Vemos que hay un niño en el centro. Nos está mirando. Vemos que está triste porque frunce el ceño. Es la víctima. Pide ayuda.

Matthias, 14 ans.

Il est d’usage de faire l’étude de 3-4 documents : un texte (article, extraits de roman, etc.), enregistrement audio, vidéo …

Pour terminer cette séquence, et après l’étude d’un texte sur le harcèlement en Espagne, nous avons travaillé sur la vidéo à suivre.

Ce dernier document permet de réviser et d’approfondir les notions étudiées tout au long de la séquence pour mieux les préparer aux évaluations finales (Expression écrite et Expression orale).

Expression écrite : 
Qu'est-ce que le harcèlement scolaire et qu'en pensez-vous ? 

Expression orale : 
Mise en scène de situation de harcèlement scolaire. 
Définition des différents harcèlements.

A la fin de cette séquence, les élèves sauront parler du harcèlement scolaire en espagnol. Et dans leurs vies de tout les jours, ils auront pris conscience des risques liés a cette pratique.

¡Vamos todos ! Une méthode éclectique

Dans le cadre de la validation du Master Professionnel Didactique des Langues à l’université de Poitiers, il est demandé aux étudiants de créer un outil pédagogique à expérimenter lors d’un stage pratique. Ce stage, je l’ai obtenu en tant que professeur d’espagnol dans un l’établissement scolaire français.

Les apprenants qui m’ont été confiés sont des adolescents entre 14 et 15 ans. En les accueillant, j’ai pu constater la grande difficulté qu’éprouvent ceux-ci au moment de parler dans une langue étrangère qu’ils ne maîtrisent pas. Le rôle essentiel de la pratique dans l’apprentissage d’une langue m’a poussée à essayer de créer des situations de communication propice au développement de la compétence de production orale en classe.

J’ai créé ¡Vamos todos ! pour eux. Mon manuel se veut un outil qui pourrait aider les élèves à acquérir des stratégies et des connaissances leur permettant de communiquer dans des situations et des contextes différents.

La construction de ce volume a débuté par un questionnement. Quels savoirs et savoir-faire doivent être transmis à mes apprenants ?

J’ai commencé par identifier leur motivation. L’une des deux principales motivations des élèves pour apprendre l’espagnol était le voyage en Espagne organisé tous les ans par l’établissement pour les élèves de troisième. Ils savaient qu’ils allaient dormir chez une famille d’accueil espagnole, alors ils souhaitaient les comprendre et communiquer avec eux. L’autre motivation était le sentiment de progresser, d’obtenir des notes qui récompenserait leurs efforts.

Ensuite, j’ai adapté une pédagogie en tenant compte non seulement du public mais aussi des conditions de travail propres de l’enseignement scolaire. Le premier axe de travail qui s’est imposé était l’interaction entre les apprenants et la communication orale en essayant de mettre en place des tâches plus propices à l’interactivité des élèves. C’est pour ces raisons que j’ai réalisé des séquences en utilisant une approche communicative et actionnelle.

Cependant, au cours de cette expérimentation, nous avons détecté des difficultés qui m’ont gêné, surtout dans la gestion de la classe et qui m’ont obligé à changer la méthodologie établie.

Tout d’abord, une classe de troisième se caractérise par des effectifs chargés de 23, de 27 et de 29 élèves respectivement. Les conséquences sur la prise de parole des élèves sont multiples : le temps de participation réduit, le risque de débordements et bavardages, le risque de répétition du même type de phrases qui entraîne la lassitude. Il est d’autant plus important alors d’établir des rites de participation et d’écoute dès le début de l’année.

Puis, lors des moments de communication orale, les élèves en difficulté se plaignaient de ne pas avoir de supports grammaticaux sous les yeux. Le fait d’avoir un support écrit leur apportait possiblement un sentiment de sécurité. Ils avaient besoin de prendre connaissance des nouvelles règles de grammaire. Ils avaient l’impression de maîtriser une partie du système linguistique. Cela les rassurait pour participer à l’oral. En plus, au moment du premier conseil de classe, les délégués m’ont demandé de réintroduire de la grammaire dans leur enseignement de façon explicite et démonstrative. Alors, face à cette demande, mon manuel adapte une méthode traditionnelle et met en place une page qui aborde les points grammaticaux en français. A ce sujet, j’ai dû privilégier la grammaire en favorisant moins les interactions orales. Néanmoins, le manuel conseille de réaliser l’explication explicite uniquement quand il y a une difficulté de perception sur des points grammaticaux. Parfois, la grammaire ne pouvait pas être tout le temps réemployée dans des situations de communication. L’expression orale, surtout en interactivité, est un travail de longue haleine où les habitudes et les stratégies de communication ont besoin de beaucoup de temps et de rigueur pour être mises en place. La difficulté, dans mon contexte d’enseignement était la contrainte temporelle car il y avait un programme à suivre.

Dans le but de motiver les apprenants et de leur créer un climat de confiance et par conséquent de les faire parler sans contrainte, j’ai diversifié mon enseignement pour bâtir le manuel.

Comment ?

Afin de répondre à un plus grand nombre de critères favorisant la réussite des élèves, j’ai emprunté à la méthodologie traditionnelle, active, directe, SGAV et aux approches communicatives et actionnelles quelques-uns des principes fondamentaux en réalisant des croisements méthodologiques. Selon Christian Puren, il s’agit d’un éclectisme méthodologique. Cette approche, se centre sur l’enseignant et sa capacité et liberté d’utiliser la méthode qui lui semble bonne et utile, selon les situations où il se sent à l’aise.

Par rapport à l’expérience vécue au cours du stage, l’idée est qu’au lieu de se limiter à une seule approche, l’enseignante aura l´avantage à adopter une approche éclectique, c’est-à-dire qu’elle emprunte le meilleur des différentes approches ou pédagogies. Ainsi, l’enseignant pourra gérer plus ou moins parfaitement une méthodologie qu’il n’a pas toujours eu la liberté de choisir. Grâce à l’utilisation de l’approche éclectique, l’enseignant sort du système limité et tend vers une diversification méthodologique. Le graphique ci-dessous propose la participation des méthodologies d’enseignement utilisées dans la méthode « ¡Vamos todos ! » collège LV2 en pourcentage.

Ainsi, l’objectif de la méthode ¡Vamos todos ! collège LV2, est de développer, acquérir et consolider les compétences pour une production en espagnol. Le manuel veut également permettre aux élèves, de prendre en main leur apprentissage, de développer des stratégies et des automatismes. A ce propos, j’ai voulu me concentrer sur l’apport de connaissances en introduisant des approches dynamiques dans lesquelles le savoir-faire des élèves est activé.

Ce travail réalisé à partir de ma première expérience professionnelle et stage au sein d’un collège français a été enrichissant. En effet, j’ai constaté que pour permettre aux élèves d’acquérir un excellent niveau en espagnol, il est nécessaire de faire preuve de rigueur, d’avoir des exigences assez élevées et de manière continue. Durant mon stage, j’ai pu observer la mise en place des différentes stratégies abordées à l’université. Même s’il est conseillé de développer principalement l’approche communicative et actionnelle ainsi que la méthodologie structuro-globale audiovisuelle, je me suis rendue compte que la méthode traditionnelle était efficace et nécessaire, comme l’a prouvé mon stage dans l’établissement. Pour obtenir de bons résultats en langue en milieu scolaire, je me suis rendue compte qu’il ne faut pas négliger les autres types de méthodologie.

la traduction audiovisuelle – définition ET compétences demandées

La traduction audiovisuelle correspond à la traduction d’un document vidéo à partir de l’utilisation d’un logiciel de traduction numérique. Au niveau de l’audiovisuel, la fonction du traducteur est de réaliser le doublage et les sous-titrages de films, de séries ou de documentaires. Le traducteur doit respecter plusieurs éléments techniques comme la synchronisation du texte avec l’audio du fichier vidéo ou alors la vitesse de déroulement des sous-titres.

Cependant, ce type de traduction requiert plusieurs étapes avant de terminer la traduction du document.

Tout d’abord, il est nécessaire de voir et écouter le document que l’on souhaite adapter dans une autre langue. C’est pourquoi le traducteur audiovisuel est souvent spécialisé dans la langue dans laquelle il devra traduire le document afin de respecter la syntaxe de la langue et adapter correctement la traduction du document vidéo.

Ensuite, le traducteur doit transcrire le dialogue rencontrés dans le fichier et l’ajouter dans un programme de traduction assistée par ordinateur. Pour cela, le traducteur doit être capable d’utiliser différents types de logiciels informatiques pour éditer des fichiers audio ou vidéos et doit maitriser le programme de traduction exploité afin de respecter les normes requises par le logiciel. Comme par exemple, le nombre de caractères autorisés dans un sous-titres et le temps à respecter entre l’apparition et la disparition du dialogue placé en bas de l’écran.

Pour terminer, le traducteur audiovisuel doit utiliser les mêmes compétences que les autres traducteurs en général, c’est-à-dire savoir comprendre un texte, un dialogue et l’adapter dans une autre langue dans un programme informatique ou dans un document vidéo.

Définir la traduction audiovisuelle et les étapes de sa conception permettent alors de déterminer l’utilisation de plusieurs compétences apprises au long de la licence Langues Traduction et Médiation Interculturelle et le Master Langues Littératures Civilisations Étrangères et Régional, Études hispaniques: Une maitrise approfondie de la langue étudié dans ces formations, une réflexivité linguistique pour comprendre, écouter, lire et écrire un document audio ou vidéo et la capacité à analyser des sources cinématographiques pour adapter la culture de la langue source du document vers la langue utilisée pour la traduction.

Liens utiles sur la traduction audiovisuelle et la formation de l’Institution de Traducteurs, d’interprètes et de relations internationales (ITIRI) de la ville de Strasbourg.

https://itiri.unistra.fr/masters-traduction/traduction-audiovisuelle/

http://www.onisep.fr/Ressources/Univers-Metier/Metiers/traducteur-interprete-traductrice-interprete

« Las Reputaciones o la caricatura del otro » Juan Gabriel Vasquéz (2014)

La caricatura es el tributo que la mediocridad paga al genio”.

(Oscar Wilde)

Resumen

En Colombia, a principios del siglo XX, uno de los más famosos fue Ricardo Rendón, que terminó su vida cuando tenía apenas 37 años en 1931. Es con la historia de uno de sus sucesores, Javier Mallarino, que Juan Gabriel Vásquez nos lleva una vez más al corazón de la sociedad colombiana y al corazón de la humanidad.

De un solo golpe, puede sacudir, herir y derrotar a las reputaciones más fuertes y establecidas, puede derrotar a los gobiernos, influir en las decisiones políticas simplemente con una hoja de papel en blanco y un poco de tinta. Javier Mallarino tiene ese poder, y lo conoce, e incluso se ha convertido en una institución nacional, pero ¿a qué precio? ¿Cuál es el impacto de su influencia? Este es una de las cosas que nuestro trabajo de investigación intentará aclarar.

1. Las reputaciones como medio de notoriedad

La reputación: es, digamos, el tema central de la obra y a quien se le debe el nombre de la novela. Juan Gabriel Vásquez discute lo frágil que es la reputación en un mundo como el actual.Cuando hablamos de reputación, me parece esencial mencionar su identidad, cómo se forja nuestra propia reputaciónAsí, las primeras páginas de la novela ponen de relieve la dificultad que tuvo el protagonista Mallarino para crear su notoriedad. Diez años en los que, después de haber vivido en el anonimato, se forjó una reputación y se hizo famoso a razón de una caricatura al día. La reputación de Mallarino le permite disfrutar de una cierta marginalidad, se permite una forma atípica de trabajo, no entra en una oficina todo el día como los demás, trabaja en casa con total libertad.

2. La reputación como medio de destrucción.

Otro aspecto que el libro estudia y que me parece esencial es el estudio de la reputación como medio de destrucción. Para desarollar este aspecto, me apoyé en el Estante literario quién me precisa la información hoy en día se replica exponencialmente en el mundo y se fragmente y se riega tan fácil y rápido como un virus”. Lo que me parecía muy interesante con esta cita, es que pone el libro con nuestra actualidad y más precisamente las redes sociales Una foto que publicamos en nuestros perfiles de redes sociales o algo que comentemos son accesibles literalmente a todo el mundo y puede hacerse con ella, literalmente, cualquier cosa”. La reputación de uno puede destruir la reputación del otro, al menos eso es lo que este trabajo me confirmó.

3. El problema de la fiabilidad de una reputación.

Además, otro aspecto planteado por la novela es la fiabilidad de la reputación. Así, por ejemplo, después de los acontecimientos sobre Adolfo y su espantosas revelaciones, la nueva reputación de Cuéllar estaba lista: la de un violador pervertido. Esta idea se desarrolló aún más con la caricatura denunciante de Mallarino. Sin embargo, ¿cuál es la base para construir una reputación? Entonces, ¿en qué se basa Mallarino para hacer esta caricatura? ¿Qué sabía concretamente sobre el caso?Es la primera vez en la novela que el autor cuestiona el fundamento de las acusaciones. Una tal situación me hace pensar a una citación : ”Es más fácil tratar con tu mala conciencia que con tu mala reputación” (Friedrich Nietzsche, 1844 – 1900). Todo eso pone de manifiesto la importancia o no de que se dé prioridad o no a la fiabilidad de una reputación.

4. La preocupación por mantener una reputación

Por último, la novela aborda uno de los principales problemas que plantea la reputación , la de su conservación. Así, tras la iniciativa de buscar la verdad, Mallarino sabe que existe el riesgo de perder su reputación y de que se cree una nueva, la de un asesino, un mentiroso que se habría beneficiado de su notoriedad. La idea de mantenerlo va de la mano con la idea de no ser olvidado, lo que creo que puede convertirse en una fuente de pretensión. La preocupación por preservar una reputación puede explicarse, en mi opinión, por el miedo a ser olvidado y a dejar de formar parte de la memoria colectiva. Esa idea se ilustra por el hecho que La memoria es un tema recurrente en la obra de Juan Gabriel VásquezEn el libro, la memoria y su capacidad de reformar el presente, e incluso de determinar el futuro, definen los comportamientos y decisiones de los personajes.

5. Conclusión

En definitiva, a la cuestión de saber cuál es el papel de la reputación Se puede decir que en Las Reputaciones, Juan Gabriel Vasquez vuelve sobre sus mas intensas obsesiones : el peso del pasado, los fallos de la memoria. Pero es también una novela sobre la importancia que tiene la opinión en nuestras sociedades. Lo que me interesó fue la noción de reflexión, es decir que la obra nos da la posibilidad reflexionar sobre nuestros hechos, nuestras elecciones, a través de todos los personajes de la obra. Creo también que esta obra se inscribe perfectamente en muestra época, obsesionada por el miedo de la imagen y de su reputación.