Le paragraphe A.E.I : l’incontournable de l’argumentation

Image tirée du site : saintmartindheres.fr le 28 février 2020.

Alors que nos professeurs nous « reprochent parfois, souvent, ou même toujours de ne pas suffisamment développer nos idées », ces derniers prescrivent à leurs élèves et étudiants diverses méthodes argumentatives pour y remédier. Autrefois lycéen en économie et sciences sociales, je fus sensibilisé à cette formule dans le cadre de la rédaction d’un « commentaire composé » à l’épreuve d’économie du Baccalauréat. Cette méthode, réunissant un ensemble de capacités que nous développerons dans les paragraphes suivants, représente à elle seule une compétence à part entière : « argumenter ». Bien qu’argumenter semble commun aux yeux des élèves et étudiants de par son usage fréquent en classe, peut-on l’appréhender si aisément ? Y a-t-il un moyen d’éclaircir nos idées à travers l’usage d’un outil efficace ? Quelles sont les étapes du paragraphe A.E.I ?

L’affirmation

Le paragraphe A.E.I me permet de développer mon raisonnement de manière logique en un paragraphe structuré. La méthode en question préconise tout d’abord d’apporter en amorce de l’argument une affirmation, faisant allusion au « A » dans le sigle de la formule.

Exemple : Élue Premier Ministre britannique le 03 mai 1979, Margaret Thatcher s’apprêtait à devenir l’une des plus grandes personnalités politiques du Royaume-Uni.

L’affirmation me permet de présenter l’idée que je souhaite écrire de manière succincte. Le lecteur saisit ainsi le postulat engagé et peut être en mesure d’anticiper les lignes suivantes du paragraphe. Bien que l’affirmation me rende capable de résumer une déclaration en une phrase claire et concise, elle ne se suffit pas à elle même. L’affirmation doit être suivie d’une explication. Sans quoi, l’affirmation ne sert pas l’argument .

“Nier c’est encore affirmer.”

Alfred Capus

L’explication

L’explication représente la seconde étape du paragraphe structuré. Elle me permet de « donner des précisions » à mon sujet en détaillant par exemple « une description ou un mécanisme ». Je fais notamment en sorte à ce que le lecteur comprenne les termes et mots-clefs figurant dans la première partie de mon paragraphe qui peuvent paraitre pédants, ou a priori alambiqués. Le lecteur ne perd pas le fil de mon argument qui n’attend qu’à être illustré et en conséquence, jugé valide ou acceptable.

Exemple : Élue Premier Ministre britannique le 03 mai 1979, Margaret Thatcher s’apprêtait à devenir l’une des plus grandes personnalités politiques du Royaume-Uni. Alors qu’elle succède au candidat travailliste James Callaghan, Margaret Thatcher, occupant à son tour le 10 Downing Street, entend réformer le pays autour de lignes et projets de loi pouvant selon elle, enrayer le déclin national marqué par la crise économique et sociale de la fin des années 1970.

“Quand on ne sait pas, on ne se pose pas trop de questions, mais quand on commence à disposer d’un début d’explication, on veut à tout prix tout savoir, tout comprendre.”

Bernard Werber

L’illustration

Maillon essentiel de l’argumentation pour clôturer le paragraphe structuré, l’illustration me permet de « donner de la force » à mon explication, de prouver ce que j’avance. Le lecteur,  dans le cas où ce dernier ne semble pas avoir saisi le sens de mon explication, doit désormais comprendre ce que je désire démontrer. L’illustration est probablement la phase la plus importante du paragraphe argumenté car elle valide les prémisses de l’argument par le biais de citations, données statistiques, schémas etc.

Exemple : Élue Premier Ministre britannique le 03 mai 1979, Margaret Thatcher s’apprêtait à devenir l’une des plus grandes personnalités politiques du Royaume-Uni. Alors qu’elle succède au candidat travailliste James Callaghan, Margaret Thatcher, occupant à son tour le 10 Downing Street, entend réformer le pays autour de lignes et projets de loi pouvant selon elle, enrayer le déclin national marqué par la crise économique et sociale de la fin des années 1970. Margaret Thatcher offre la victoire au parti Conservateur avec 43,9% des voix contre 36,9% pour les travaillistes et permet à 339 conservateurs de siéger au parlement britannique, contre 269 pour l’opposition. Elle assurera le mandat de Premier Ministre le plus long de l’histoire du Royaume-Uni avec trois victoires consécutives (1979, 1983 et 1987).

« Les titres des tableaux ne sont pas des explications et les tableaux ne sont pas des illustrations des titres. »

René Magritte

Dans le domaine de la recherche, la méthode A.E.I semble essentielle dans la construction d’un argument, de surcroît lors de la réalisation d’un mémoire, ou plus spécifiquement, d’un commentaire, ou d’une dissertation. Le recours à la méthode A.E.I m’a notamment permis d’obtenir la note de 18/20 à mon épreuve d’économie au Baccalauréat. Alors que son efficacité semblait porter ses fruits, j’ai en conséquence décidé de faire de la formule A.E.I un leitmotiv indispensable de mes diverses rédactions universitaires.

Sources :

http://ww2.ac-poitiers.fr/ses/sites/ses/IMG/pdf/fiche_methode_-_realiser_des_ecrits_de_qualite-2.pdf

https://sesame.apses.org/index.php?option=com_content&view=article&id=169&Itemid=239

https://sites.google.com/site/sitedeketch/4-ap/6–le-paragraphe-aei

https://manuelweb.belin.education/ses-seconde/topics/ses2-fm-145-a_fiche-methode-2-construire-un-paragraphe-argumente

COMMENT FAIRE UNE NOTE DE SYNTHÈSE

Faire une note de synthèse d’une conférence, revient à dire, rendre compte du thème présenté par  le conférencier, et être capable de dire de manière claire tout en tenant compte des différentes étapes du déroulement de celle-ci.

Pour faire une bonne synthèse, il important pour nous se poser les questions suivantes :

-Quel  est le thème présenté par le conférencier.

-Où et quand a eu lieu cette  conférence.

-La conference le conférencier (nom, prénom et profession).

-Comment il a développé son thème.

-Quels sont les intervenants.

Cette démarche nous renvoie en tant qu’étudiants en Master de recherche à nos sorties de terrain, tout en nous permettant de  savoir rentre compte de nos recherches sur terrain. Mais aussi être capable d’exposer ces recherches de manière claire.

Exemple de note de synthèse

Titre de la conférence : L’EXPÉRIENCE DE MIGRATION EN CONTEXTE DE VIOLENCE GÉNÉRALE Où RACONTER DEVIENT IMPOSSIBLE

Conférence tenue par monsieur Guillaume Martin  le 17 Octobre 2019 à l’université de Poitiers, à la faculté des langues et  lettres  lors d’une journée d’études.

Monsieur Guillaume Mongeau Martin, médecin dans une clinique de réfugiés au Canada nous raconte son expérience avec des réfugiés venus d’Irak pendant le génocide de 2014, précisément le génocide du peuple Yazidis une communauté de ce pays.

Le conférencier a abordé plusieurs points ; L’expérience de migration, la thématique de la réussite, les difficultés et les défis.

L’expérience de migration  a permis de connaître les réalités vécues par les réfugiés en vue de leur apporter de l’aide nécessaire. Comme exemple le conférencier a  parlé d’une réfugiée qui répond au nom de Nadia Murad qui a été une esclave sexuelle.

Pour la thématique de réussir il est question de répondre aux attentes des réfugiés en leur permettant aussi de rentrer en contact avec leur famille. Réussir à créer un lien de fraternité avec ces réfugiés.

En ce qui concerne  les  difficultés il a mentionné le manque de soutien du gouvernement face aux besoins des réfugiés;  des maladies telles que le traumatisme sévère qui n’a pas de traitement.

Les défis à relever ne sont rien d’autre que de remédier aux difficultés qui se présentent dans ce camp de réfugiés.

En définitive nous pouvons noter que cette conférence a été très enrichissante avec l’intervention des uns et des autres, en plus elle nous a permis de connaitre les réalités des réfugiés dans des camps. Cependant le plus important à retenir nous en tant qu’étudiants en Master de chercher c’est la présentation c’est-à-dire  comment structurer le thème à présenter, comment se tenir devant un public et rendre de manière claire votre travail ou votre recherche.

comment choisir son sujet de memoire ?

Le deuxième cycle universitaire est marqué le plus souvent par l’amorce d’un exercice de réflexion à caractère méthodologique appelé : sujet de mémoire auquel l’étudiant est confronté. Dans l’UFR de langues, l’étudiant est appelé à faire le choix de son propre sujet sur lequel il fait des recherches pour donner son point de vue. Cette réflexion est sanctionnée en fin de compte par une soutenance de mémoire qui est un moment crucial, qui permet au candidat ou l’étudiant de mettre en évidence ces connaissances acquises sur le sujet. Mais, bien avant cet exercice oral, il est indéniable de souligner la première difficulté relative au choix du sujet à laquelle l’étudiant est confrontée par manque d’expérience et constitue même le point essentiel, le point de départ pour effectuer son travail. Définir son sujet de recherche peut être une tâche complexe pour tout étudiant novice dans le domaine de la recherche, vue l’immensité de l’objectif à atteindre. Même s’il n’existe pas réellement de critères spécifiques définis pour le choix d’un sujet de mémoire, il y a tout de même un ensemble d’éléments à considérer avant ou pendant le choix de celui-ci.

Ce présent travail traitera de mon expérience personnelle, à travers des conseils pratiques, des cours de méthodologie et d’autres disciplines de mon programme qui m’ont plus forgé, pour un début de recherche et de choix du sujet.

●Concept définitionnel du sujet de mémoire

Le sujet de mémoire est un thème spécifique sur lequel il convient de mener une réflexion profonde en vue d’apporter des réponses idoines à la problématique qu’il dégage.

●Le choix du sujet de mémoire

L’an dernier en master I, n’ayant jamais fait de mémoire, je me trouvais face à une nouvelle approche de notre formation, la soutenance d’un TER (Travail d’Etude et de Recherche). Choisir mon sujet de TER a été une étape difficile, car je n’avais aucune idée de ce sur quoi je voulais travailler. Le séminaire intitulé De la Résistance à la citoyenneté : les stratégies politiques des minorités en Amérique Latine dans lequel il était question de comprendre et de connaitre les processus et stratégies d’intégration et d’assimilation des minorités en Amérique Latine à savoir les mouvements féministes, les mouvements pour la diversité sexuelle, la question du droit pour tous ; au-delà des connaissances premières de ce séminaire, il nous a aussi permis d’appréhender les caractéristiques, les qualités d’un bon chercheur, en nous inculquant des notions de savoir-faire et de savoir-être dans la recherche ou pour le choix du sujet. Comme compétences d’une part, en terme de savoir-être, ce séminaire m’a instruit à être impartial, à avoir un esprit critique, être rigoureux, méthodologique. D’autre part comme savoir-faire, à être capable d’avoir un thème de recherche bien définis dans l’espace et dans le temps et qui suscite un intérêt particulier pour moi. Être chercheur ou faire le choix d’un sujet, c’est avoir aussi la capacité d’aller au-delà de ce qui est connu par le commun des mortels, c’est-à-dire avoir la volonté de dépassement.

Ce séminaire a été d’une grande utilité, les connaissances et compétences acquises lors de ce séminaire m’ont permis de définir mon sujet qui est : Personnalité et condition féminine dans la Tia Tula de Miguel de Unamuno. C’était en quelque sorte l’outil déclencheur de mon choix du sujet. Il m’a permis de comprendre que mon thème de recherche devrait s’inscrire dans l’un des trois axes d’études liés à ma formation : Littérature, Civilisation et linguistique regroupés sous le chapeau de : Archives, Mémoire et Ecritures.

Pour définir un sujet de mémoire, on peut aussi partir d’un thème global qui nous intéresse, d’une thématique abordée en cours qu’on souhaiterait développer ou travailler sur d’autres aspects non développés.

●L’originalité du sujet

L’originalité d’un sujet fait référence à la forme spécifique du sujet. Le sujet doit être lié à une problématique actuelle et applicable dans la résolution de mise en question d’une aire déterminée de connaissances. La particularité d’un sujet original est qu’il vise à produire de nouveaux résultats. Après avoir définir son sujet, l’étudiant se doit de le soumettre à l’appréciation de son encadreur. Celui-ci apportera des précisions qui détermineront la faisabilité dudit sujet. Ainsi pour faire un bon choix de sujet, l’étudiant se doit de prendre en compte les facteurs tels que définis précédemment.

●Le corpus

La qualité du mémoire dépend en grande partie du corpus sur le sujet. Après le choix du sujet il est important de constituer le corpus. C’est un ensemble de documents, articles, romans, livres, écrits sur le sujet de réflexion. La richesse du corpus détermine la qualité de la rédaction du mémoire.

●Les erreurs à éviter

-Ne pas choisir un thème trop vaste, savoir être précis et concis.

-Ne pas se laisser imposer un sujet pour lequel on n’a aucun intérêt.

-Ne pas choisir un sujet irréalisable dans le temps et l’espace.

-Eviter le plagiat, ne pas reprendre un sujet déjà traité.

-Ne pas choisir un sujet de recherche avec lequel nous avons des idées personnelles. Le sujet doit être d’ordre scientifique, le travail doit être objectif et non subjectif. Le chercheur doit être impartial, mettre ses idéologies de côté et avoir un esprit critique.

En définitive le choix du sujet de mémoire est une étape importante et déterminante pour faire une bonne rédaction de mémoire. Le choix du sujet doit respecter certains critères tels que l’originalité, la faisabilité, etc. Il convient donc à l’étudiant de prendre en compte ces éléments utiles avant de choisir son sujet.

LA TRADUCTION DE TEXTES et l’enseignement des langues

Le parcours LLCER regorge plusieurs matières fondamentales. En ce qui me concerne, c’est la traduction de textes qui m’a beaucoup inspiré. Etant dans ce département de la recherche, mon attraction a été celle du domaine de la compréhension de textes. car de nombreux apprenants font face à cette difficulté, au collège, au lycée ainsi qu’à l’Université c’est le même problème.

En effet, étudiante avertie et suivant le parcours, j’ai eu des propositions de cours dans certains collèges. J’ai donc commencé par donner des cours à domicile et quelle ne fut pas ma surprise, les apprenants rencontraient vraiment d’énormes difficultés qu’à la traduction de texte (français-espagnol). Le souci des apprenants se situaient au niveau de la connaissance des notions de bases en traduction. Notamment, la compréhension de texte, la traduction contextuelle, littérale etc. Face à cela, je me suis mise alors de prime à bord dans la tête d’un bon enseignant. Car mon objectif principal était de les emmener à connaitre les notions et éléments nécessaires avant de se mettre à traduire.

Pour ce faire, j’ai élaboré un plan d’attaque très simple, qui au départ paraissait anodin. Mais qui par la suite s’est avéré efficace. Les différentes classes que je tenais, chaque apprenant devait apprendre par coeur la conjugaison des verbes à tous les temps, ainsi que la concordance des temps, les verbes à diphtongue et surtout étudier des proverbes qu’ils devaient réciter individuellement, toutes les fois ou j’intervenais dans leurs salles comme à la maison pour certains. Cela fut très productif. Car au fur et à mesure, le constat fut tel qu’ils étaient enthousiastes à l’idée de me retrouver le plus souvent, chacun d’eux voulant montrant ce qu’il avait assimilé. A la base nous partions sur de simples principes, de phrases simples qu’ils devaient traduire en tenant compte du contexte, puis du vocabulaire. En traduisant chacun donnait une idée. Car le but était que tous soient participatifs du projet, si bien que lorsque je distribuais le texte la première consistait à ce que soit rappelé le procédé avant toute chose.

Alors, les interventions étaient toujours à point. Car dans l’amusement, je suis parvenue à leur apprendre à s’approprier le texte avant tout, en le lisant plusieurs fois, à le découper par virgules répéter les mots durs du texte, à connaitre les règles de grammaire de même que l’orthographe des mots. La traduction était un moment de partage. Car l’objectif était que chacun sorte de là, en ayant appris quelque chose. Et à la fin de nos séances, ils faisaient déjà une bonne traduction en s’appuyant sur les normes que je leur avais inculquées.

Cette expérience m’a moi-même servi. Car, cela n’a fait que renforcer mes acquis en traduction. Cela me permettait d’assister à des colloques sur la traduction organisés dans mon département . J’ai compris par exemple qu’il ne faut jamais mettre deux négations avant le verbe, ne pas faire dans le désordre, de bien contextualiser le texte. En enseignant à ces apprenants ces astuces sur la traduction, j’ai moi aussi appris davantage et appliquer toutes ces connaissances. Cela est susceptible demain d’aider dans le concours de traduction.

En résumé, la traduction reste un élément crucial pour tout apprenant qui prétend apprendre une langue étrangère ou passer un concours dans le domaine. Dans le parcours de LLCER c’est très important d’avoir de bonnes bases en traduction de textes. Car cela ouvre à plusieurs champs(traducteur, interprète). Maitriser aussi l’orthographe des mots, faciliterait la rédaction sans faute du texte traduit.