L’interprétation

Au cours de ma formation à l’université de Poitiers, j’ai eu l’opportunité de suivre des cours d’interprétation. L’interprétation est une forme de traduction orale, souvent utilisée lors de conférences, de voyages d’affaire, de visites guidées, de procès… dont les différents membres ne parlent pas la même langue. Il existe deux types d’interprétation : l’interprétation simultanée et l’interprétation consécutive.

L’interprétation simultanée

L’interprétation simultanée consiste à traduire ce que dit le locuteur pendant qu’il parle. Souvent employée dans un contexte politique, par exemple à l’ONU, cette méthode d’interprétation permet aux interprètes, par le biais de matériel spécifique, de ne pas se gêner mutuellement, puisqu’ils retransmettent le discours traduit via des oreillettes.

Le processus d’interprétation pour l’Organisation des Nations Unies est assez complexe. Les interprètes sont assis dans des cabines fermées alignées tout autour de la pièce, ce qui leur donne un point de vue approprié pour voir et entendre au mieux les travaux et débats de la session. Pour la plupart des conférences des Nations Unies, il est de mise que les interprètes fournissent une traduction simultanée : ils écoutent et traduisent en même temps.

“Comment les interprètes de l’ONU manient les langues au quotidien”, Dylan Lyons, babbel.com
Exemple d’Interprétation Simultanée, United States Court

L’interprétation consécutive

L’interprétation consécutive nécessite moins de moyens et ne requiert pas de matériel spécifique. L’interprète prend en notes ce que dit le locuteur pendant quelques minutes, puis le locuteur s’arrête pour laisser l’interprète traduire. Deux configurations sont possibles. Soit il y a un seul interprète qui traduit à voix haute pour toute l’assemblée, il se tient alors à côté du locuteur ; soit chaque personne dans l’assemblée a son propre interprète, qui traduit alors à voix basse pour ne pas gêner les autres (c’est ce qu’on appelle l’interprétation chuchotée).

Exemple d’Interprétation Consécutive, United States Courts

Mon expérience personnelle

J’ai suivi des cours d’interprétation consécutive en troisième année de licence LLCER (Langue, Littérature et Culture Étrangère ou Régionale) Anglais à l’université de Poitiers. Lors de ces cours, un enseignant (francophone) et un lecteur (anglophone) dialoguaient sur un sujet établi à l’avance pour nous permettre de le préparer. Ils parlaient pendant environ deux minutes, pendant lesquelles nous prenions des notes, puis s’arrêtaient et demandaient à un élève de restituer sa traduction du discours pour la classe. Chaque élève devait passer deux fois, une fois en thème (du français vers l’anglais) et une fois en version (de l’anglais vers le français). J’ai pu pendant ces cours relever certaines difficultés spécifiques à l’interprétation.

L’une des difficultés que l’on peut rencontrer dans cette discipline, c’est celle de la prise de notes. En effet, celle-ci se doit d’être exhaustive, on ne peut se permettre d’omettre une information. On ne peut cependant pas couper le locuteur pour lui demander de répéter une date, un nom, voire un segment entier de son discours qu’on aurait eu du mal à noter. Il faut bien sûr aller vite dans sa prise de notes, user d’abréviations, et ne pas se formaliser des fautes d’orthographe qu’on évite pourtant toujours quand on prend le temps d’écrire. Nos professeurs encourageaient d’ailleurs les lecteurs à parler assez vite, comme ils le feraient dans le cadre d’une discussion. (Il arrivait cependant qu’un lecteur bienveillant répète certaines informations à la fin de son discours.)

Résultat de la prise de notes du premier cours, second semestre de L3
Résultat de la prise de notes du cinquième cours, second semestre de L3 ; on constate un changement de méthode de notation par soucis d’efficacité

Une autre difficulté est bien sûr celle de la restitution. Il s’agit d’une forme de traduction, et comme dans le cas de la traduction écrite, il faut rester aussi fidèle que possible au discours original, en en respectant le ton, le niveau de langage… Il ne faut rien omettre et éviter tout contre-sens, bien évidemment. On nous avait par ailleurs expliqué qu’il ne faut pas entendre l’interprète, qu’il doit se faire discret et ne doit surtout pas faire d’aparté. De même, il ne faut surtout pas censurer le locuteur, et c’est là qu’on peut voire une difficulté supplémentaire au travail de l’interprète : celui de séparer ses propres opinions et convictions de celles du locuteur dont il traduit le discours. Nous n’avons pas eu à nous inquiéter de cela en cours, mais ça n’en reste pas moins non-négligeable, par exemple lorsqu’il faut traduire un discours politique.

Exemple d’Interprétation Légale Inexacte, United States Court

Toujours concernant cette restitution, la façon de s’exprimer a son importance. En plus d’une bonne maîtrise de la langue cible, on attendait de nous que nous nous exprimions clairement. Il fallait limiter les temps d’hésitation, quitte à meubler en tournant autour du mot sur lequel on buttait en attendant de le retrouver. Il fallait également soigner son élocution, parler suffisamment fort pour que toute la classe nous entende. Bonus pour ceux qui mettaient de l’emphase dans leurs paroles, et dont le discours n’était pas plat.

Malheureusement, le nombre d’élèves par groupes et le nombre d’heures limité nous empêchaient de passer plus d’une fois en thème et en version. Il fallait donc nous entraîner chez nous, ou entre amis (du moins c’était vivement conseillé). Et puisque les notes sont une préoccupation constante des étudiants, il est peut-être utile de mentionner que cela impliquait qu’une mauvaise note n’était généralement pas rattrapable, et ce malgré la bonne volonté des enseignants.

En résumé

L’interprétation est une discipline complexe, aussi bien sur le plan technique que sur le plan mental. Elle nécessite une grande capacité de concentration, une excellente maîtrise des langues source et cible, ainsi qu’une certaine assurance lors de la prise de parole. Elle reste néanmoins fascinante, puisque les domaines d’applications sont très divers : l’interprète peut être amené à travailler dans des colloques, des conférences scientifiques, pour des musées, des tribunaux…

Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié les cours d’interprétation que j’ai suivi en licence, ils m’ont permis de découvrir cette discipline qui m’intéressait mais dont je ne connaissais rien. Et même si l’exercice était difficile, j’appréciais grandement ces cours. J’ai pu récemment me prêter de nouveau au jeu, lors de la présentation orale de l’une de mes camarades de Master. Et je dis jeu, car cela s’était décidé au dernier moment, à l’initiative de l’enseignant, comme pour s’amuser (et faciliter la compréhension de l’exposé en anglais par les étudiants hispanistes). Encore aujourd’hui, je prends plaisir à pratiquer cet exercice, aussi bien pour m’amuser que pour rendre service.

TU VIENS D’OÙ ? QU’EST-CE QUI REPOSE DERRIÈRE CETTE QUESTION ?

Expérience de migration en contexte de violence ou quand raconter devient impossible .

La faculté de Poitiers a accueilli une conférence le 17-18 octobre 2019 sous le titre: Expérience de migration en contexte de violence ou quand raconter devient impossible. (Approche comparée France- Québec pour un dialogue entre migrants, praticiens et chercheurs)

Dans les deux jours, il y avait plusieurs ateliers animés par des chercheurs, praticiens et chercheurs de l’université de Poitiers et ailleurs. Ayman Al Joumaa est un jeune étudiant de l’université de Poitiers qui a abordé la question « tu viens d’où dans le contexte d’exil. »

Ayman est un étudiant en M2 LLCER/parcours Anglais à l’université de Poitiers, dans son mémoire de M2 il a abordé la question de “la mémoire ou l’oubli dans le contexte d’exil, l’exemple des réfugiés syriens au Canada”, étant un réfugié Syrien en France Ayman était intéressé par ce sujet.  

Ayman a amené une enquête auprès de 30 personnes (10 personnes au Canada et 20 essentiellement en Europe), il a posé plein de questions pour arriver aux résultats: photo n1

Et pourquoi on s’intéresse à cette question ?

Parce que cette question qui semble banale, parce qu’on la pose naturellement dans des contextes différents. Mais le plus intéressant ce sont les questions qui viennent après parce que souvent sont des questions qui sollicitent la mémoire, qui sont des questions très personnelles qu’on ne pose pas normalement à n’importe qui. Et plutôt les personnes qui posent cette question ils ont envie d’écouter une histoire personnelle surtout dans le contexte d’exil, c’est-à-dire quand on voit un réfugie, on s’intéresse à poser ces questions parce qu’on voulait savoir plus.

Les résultats de cette enquête :

Les réponses comme on voit étaient différents, mais qui intéressent que la différence entre le Canada et l’Europe. Les gens au Canada semblent plus ouverts à cette question qu’en Europe. Ayman a cité quelques témoignages :  

En conclusion : la question qui semblait banale ne l’est pas, qui est considéré comme une forme d’intégration, souvent cette question « tu viens d’où » est suivi par des questions qui sollicitent la mémoire chez le réfugie et qui créent des fois des sentiments de malaise, en espérant qu’on arrive un jour que la réponse soit je suis humain comme toi, et je viens de la terre qui nous accueille tous.

(Illustrations utilisées avec l’autorisation de Ayman Al Joumaa)

Farah Asaad. Étudiante en M2 LLCER . Université de Poitiers

         

Dynamiques et pluralités culturelles

Les étudiants du master LLCER Anglais “Dynamiques et Pluralités Culturelles” et LLCER Espagnol “Archives, Mémoires et Écritures” de l’Université de Poitiers alimenteront un carnet voué à mettre en valeurs leurs activités de recherche. Le Master est consacré aux mondes anglophone et hispanophone sous toutes leurs dimensions, à la fois géographiques et thématiques (autant en littérature qu’en civilisation, c’est-à-dire en histoire, sociologie ou politique). L’un des objectifs est de croiser les différents objets d’études dans une approche interdisciplinaire.
Le contenu pourra varier entre les recensions de conférences, la méthodologie et les résultats des recherches des étudiants, les réflexions personnelles sur les recherches ou la vulgarisation scientifique et vise donc un large public intéressé par l’actualité de la recherche sur le monde anglophone et hispanophone.
Si le contenu sera principalement en français, les étudiants sont encouragés à rédiger des contributions en langue anglaise également.

Le carnet du master LLCER Anglais et Espagnol de Poitiers

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search